Le reste de leur vie

L'ouvrage:
Manel est aide à domicile pour les personnes âgées. Elle s'est prise d'affection pour certaines de ces personnes. Parmi elles, il y a Samuel, quatre-vingts-deux ans.
Ambroise est thanatopracteur. Depuis longtemps, ses relations avec son père ne sont pas bonnes. Il vit chez sa grand-mère (Beth), aimable, drôle, et toujours prête à mijoter des pâtisseries.
À cause d'un événement particulier, Manel et Samuel vont rencontrer Ambroise et Beth.

Critique:
Cela fait un petit moment que j'ai repéré ce roman, mais j'avais peur qu'il soit mièvre, et plein d'invraisemblances. Je me suis laissée tenter parce que j'aime beaucoup la lectrice qui l'a enregistré. Je suis contente d'avoir essayé ce livre, parce que pour moi, l'auteur parvient à faire en sorte que son histoire ne soit pas mièvre. Je pense quand même qu'il va un peu loin à propos d'un ou deux éléments finaux, mais globalement, il s'en tire bien.

Le livre est court, et ne souffre pas de temps morts. Les choses se mettent rapidement en place. Au départ, je ne voyais pas trop comment les personnages pourraient se croiser. Ce qu'a trouvé l'auteur m'a convenu, ce n'était pas tiré par les cheveux. Je n'ai pas non plus tiqué du fait que Beth soit du voyage. Après tout, les raisons invoquées sont bonnes, et la manière dont s'y prend Ambroise est acceptable. En outre, la présence de Beth facilite beaucoup les choses. Pleine d'entrain, disant toujours ce qui a besoin de l'être avec bonne humeur, la vieille dame fait souvent office de passerelle, surtout au moment où Ambroise doit oublier son hostilité envers un personnage pour faire ce qu'il faut. Comme je suis pinailleuse, je ne peux m'empêcher de noter ici le petit reproche que j'ai adressé à Beth au long de ma lecture. Pour elle, si on n'aime pas le kouign-amann, on est indigne d'intérêt. Partageant l'amour de Beth pour les pâtisseries, mais n'aimant pas le kouign-amann, cela m'a fait râler. De toute façon, on ne juge pas quelqu'un sur ce genre de choses. Cela me rappelle qu'un jour, en plaisantant, j'ai dit que toutes les personnes qui avaient aimé «Sur la route de Madison» n'étaient pas dignes d'être mes amies. ;-) Ici, Beth manque justement d'ouverture d'esprit, alors que dans le reste du roman, elle en fait preuve. On me dira que personne n'est parfait... ;-)

Une fois que certains éléments sont posés, l'auteur doit trouver un moyen de résoudre cela au mieux. C'est tout cela qui, pour moi, a été bien fait. Il y a une chose que je n'ai absolument pas vue venir, alors que j'aurais peut-être dû... À part cela, le roman est traversé de répliques savoureuses, certaines situations secondaires m'ont réchauffé le coeur (par exemple ce qui arrive au chat). J'ai également apprécié la raison pour laquelle Ambroise a choisi son métier. Certaines scènes montrent d'ailleurs qu'il veut toujours faire au mieux, et se soucie réellement des familles. Je pense à l'histoire du clown.

Un roman sympathique, une note d'espoir malgré de petits éléments un peu gros, un récit qui donne envie que ça se passe toujours comme ça dans la vie.

Éditeur: Au diable vauvert.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Anne-Elvire de Montjou pour la Bibliothèque Sonore Romande.
Comme je l'ai déjà dit, Anne-Elvire de Montjou fait partie des lecteurs dont j'apprécie la lecture. Je suis contente de m'être plus attentivement penchée sur ce qu'elle a enregistré pour la BSR, parce que j'ai découvert des livres qui m'ont plu, et la lectrice n'a pas démérité.

Acheter « Le reste de leur vie » sur Amazon