Le noeud de la sorcière

L'ouvrage:
Diana ayant appris à utiliser ses pouvoirs, à les maîtriser, et à en découvrir davantage sur elle-même, Matthew et elle peuvent se concentrer sur la recherche du livre de la vie. Cependant, la congrégation n'entend pas leur accorder la tranquillité, étant donné qu'ils ont bravé l'interdit du pacte.

Critique:
Le tome 3 de cette série m'a plu. Certaines choses m'ont déçue, mais j'ai réussi à en faire abstraction. Par exemple, je n'aime pas du tout ce que le lecteur découvre concernant Gallowglass. Avant de commencer ce tome, je pensais justement à cette éventualité, et me disais: «Non non. Deborah Harkness ne fera pas quelque chose d'aussi stupide. C'est bon pour les auteurs que je méprise!» Malheureusement, elle l'a fait...

J'ai aimé voir Diana évoluer. C'est un personnage que j'appréciais, au départ, mais il me semble que ses responsabilités l'ont fait mûrir. Par exemple, elle prend une décision dont elle sait que la toute première conséquence est un déchirement d'une durée indéterminée, mais voyant le long terme, elle n'hésite pas. Dans un entretien (disponible gratuitement sur Audible.fr, mais uniquement en anglais) Deborah Harkness explique que certains lecteurs lui ont dit que Diana les agaçait, car ils la trouvaient pleurnicharde. Au long de ma lecture, je n'ai jamais pensé cela, parce que je me disais qu'à la place de Diana, je serais bien moins courageuse qu'elle. Cela rejoint d'ailleurs un peu ce que répond l'autrice: «Imaginez que c'est une de vos amies. Vous voudriez l'aider, non?»

Les côtés un peu mièvres sont toujours là (voir la première critique de cette chronique), mais ils m'ont moins agacée parce que j'étais attachée aux personnages. De plus, avec tous les faits extrêmement délicats qui arrivent, les éléments un peu sirupeux sont sources de détente. ;-)

J'ai aussi apprécié les moments d'humour que l'autrice instille au milieu de la tension. Par exemple, certaines répliques d'Isabeau (notamment la fois où elle évoque son voyage avec les seize chariots), le fait que Sarah s'insère dans la famille, et une autre scène dont je ne peux dévoiler la teneur.

À la fin du tome 2, je déplorais que la romancière n'ait pas fait une certaine chose. Elle parvient à arranger un peu cela dans le tome 3. Bien sûr, ce n'est pas aussi bien que ce que je souhaitais, mais c'est mieux que si elle avait complètement laissé tomber ce personnage.

Il y a un genre de tome 4 qui est une suite sans vraiment en être une. Je ne sais pas s'il est sorti en français, mais son résumé ne me tente pas, donc je ne courrai pas après.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Helena Coppejans pour les éditions Audiolib.

Comme dans les deux autres tomes, j'ai apprécié le jeu de la comédienne. Encore une fois, elle a joué sans exagération les sentiments et les émotions des personnages. Comme elle joue bien, je lui ai pardonné ses modifications de voix pour certains rôles. Ça m'a quand même un peu agacée.
Malheureusement, dans ce tome, on revoit les deux personnes pour lesquelles la comédienne a pris un accent anglophone. Cela m'a agacée parce que ce genre de choses m'énerve, mais surtout parce que cet accent n'a pas lieu d'être, comme je l'explique dans la chronique du tome 1.
Dans le tome 2, on rencontre une certaine Phoebe, et elle est encore là dans le tome 3. La comédienne prononce ce prénom Fibi, à l'anglophone. Ici, elle n'est pas à blâmer: je ne sais pas pourquoi, depuis les années 2000, tout le monde tient absolument à prononcer ce prénom à l'anglophone. Je peux comprendre qu'on n'apprécie pas la consonance du prénom en français, mais il se trouve qu'il a une prononciation française, et que ce n'est pas la même que l'anglophone. D'ailleurs, Fibi dans une conversation en français, je ne trouve pas ça particulièrement joli, outre le fait que ça m'agace parce que ce n'est pas la prononciation adéquate selon la langue.
Outre tout cela, Helena Coppejans fait partie des très rares comédiens qui prononcent correctement le français standard. Par exemple, elle n'oublie pas d'ouvrir les «ais / ait» et de fermer les «ai». Idem pour les «o», les «eu» devant consonnes, etc.

Acheter « Le noeud de la sorcière » sur Amazon
Acheter « Le noeud de la sorcière » en téléchargement audio sur Amazon (Audible.fr)