Le livre des âmes

Ce livre est la suite directe de «Le livre des morts». Il est obligatoire de les lire dans l'ordre.

L'ouvrage:
Suite à l'affaire Apocalypse, Will Piper a eu droit à une retraite anticipée. Il est marié à Nancy qui fut son équipière dans cette dernière affaire. Ils ont un fils, Philip.
Will s'ennuie quelque peu. C'est alors que Henry Spence le contacte et lui replonge dans l'affaire Apocalypse qui est loin d'être finie.

Critique:
J'ai été déçue par ce roman. Ce qu'il s'y passe aurait pu tenir dans le tome 1. Il suffisait de rallonger quelque peu «Le livre des morts». Il était déjà très bien, le fait de changer la fin, et de la remplacer par une partie de «Le livre des âmes» l'aurait rendu meilleur. Pour ce tome 2, j'ai eu l'impression que Glenn Cooper a surfé sur la vague, et a bricolé une suite avec trois fois rien, en tentant de prolonger le mystère. En effet, on ne découvre pas grand-chose... Le début ressemble à une rediffusion des moments importants du tome 1. De longs passages du tome 1 sont d'ailleurs racontés à nouveau (même si certains sont résumés) ici. C'est sûrement pour ceux qui ne liraient pas le tome 1 ou l'auraient lu longtemps avant de lire le 2, mais pour moi, cela a contribué à allonger inutilement le roman.

L'auteur a, là encore, louvoyé entre deux époques. Ce qui était une bonne idée dans le tome 1 s'est révélé être trop long ici. En effet, dans le tome 1, le mystère s'épaississait lorsque l'époque changeait. Le lecteur mettait un bon moment à comprendre où l'auteur voulait en venir. Ici, on sait plus ou moins ce qui s'est passé. Les indices traqués par Will, et dont nous découvrons l'origine en 1334 puis en 1527, etc, ne font pas vraiment avancer les choses. D'ailleurs, j'ai trouvé tout le jeu de pistes très long. Il y a même eu des moments invraisemblables: en effet, il est assez étrange qu'au moins l'un des indices (le poème) n'ait jamais été trouvé par Isabelle, puisqu'elle compulsait souvent le livre.

J'ai également été agacée par de petites choses... Par exemple, j'ai trouvé très cliché que Will craque, et piétine toutes ses bonnes résolutions. C'était à prévoir, car on ne change pas ainsi en un claquement de doigts, mais j'aurais trouvé moins cliché, et plus digne du personnage, qu'il ne craque qu'en partie. Moi qui trouvais que «Le livre des morts» évitait clichés et longueurs, voilà que «Le livre des âmes» tombe en plein dedans!
En outre, j'aurais préféré que Will enquêtât avec Nancy.

Le livre s'arrange à partir du moment où Will en est au même point que le lecteur: lorsqu'il sait ce que signifie la date du 9 février 2027. À ce moment, on suit Will dans sa course effrénée, les événements s'enchaînent rapidement, on n'a plus le temps de s'ennuyer.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Isabelle Miller, Jean-Christophe Lebert, et Hervé Lavigne pour les éditions VDB.
Si le livre m'a beaucoup moins plu que le tome 1, j'ai été ravie de retrouver les trois comédiens dont le talent n'est plus à prouver.
Jean-Christophe Lebert a eu à interpréter (entre autres), le rôle difficile d'Henry Spence qui fait de l'emphysème. Le comédien est parvenu à rendre la parole hachée d'Henry sans trop en faire.
Quant à Isabelle Miller, elle devait (entre autres) interpréter Sue Sanchez que l'on voit à nouveau dans ce tome. Elle a réussi à rendre l'accent hispanique de Sue sans qu'il soit caricatural ou exagéré. Je pense que cela n'a pas dû être facile à faire: il est beaucoup plus aisé de surjouer en faisant des accents extrêmement prononcés. Ici, la comédienne a trouvé exactement ce qu'il fallait faire.