Le goût du bonheur, tome 2: Adélaïde

L'ouvrage:
Avril 1942.
La guerre et les drames familiaux frappent la famille Miller. Certains devront faire des choix. Si l'amour reste présent, l'incompréhension le détrône parfois. Elle provoquera un douloureux éloignement.

Critique:
Ce tome est beaucoup plus sombre que le premier. On sent déjà cette ambiance à la fin du tome 1. Il faut dire que pendant plus de la moitié de ce volume, le monde est en guerre et les personnages doivent en subir les conséquences. à ce sujet, Marie Laberge expose des personnages meurtris, mais continuant de vivre... Elle prend le temps de raconter cette période charnière, de décrire un monde en mouvements, une société qui évolue.

D'autre part, la scission entre deux personnages peut surprendre, mais elle n'est que l'effet de ce qui arrive à la fin du tome 1. J'ai compris toute la chaîne des réactions d'Edward, qu'elles soient justifiées ou non, car il était évident qu'il réagirait ainsi. Non à cause du comportement des autres, mais à cause de l'événement qui clôt le tome 1. Cette réaction est à mettre en regard avec tout le parcours d'Adélaïde (personnage principal de ce tome, comme son titre l'indique), mais aussi de certains autres, comme Isabelle.

Ce roman m'a moins plu que le premier volume, principalement parce que j'ai trouvé le premier bien pensé, bien écrit. Celui-là aussi, mais il me semble que Marie Laberge a cédé à une certaine facilité en créant des situations qui font un peu soap opera. D'abord, on a droit aux histoires d'amour de chacun, et elles sont toutes caractérisées par quelque chose qui les rend compliquées. Bien sûr, la plupart m'ont intéressée (je me suis surtout attachée à l'une d'elles), mais il y en avait peut-être un peu trop. Je trouve que l'auteur aurait pu se passer de certains rebondissements, notamment concernant Isabelle, mais aussi le fait que l'écrivain ressort un personnage de son chapeau afin de précipiter certains événements. Pour moi, elle en a un peu trop fait. Je trouve aussi un peu dommage qu'elle ait créé un tel cliché s'agissant de Florent. Pourquoi faut-il obligatoirement que deux choses le concernant aillent ensemble? Il est un peu dommage que cela soit si «convenu».

Quant aux personnages, s'ils restent sympathiques, ils sont plus tranchés (donc moins épais) que dans le tome 1, sauf Nick qui reste égal à lui-même. Bien sûr, on pouvait se douter de la manière dont seraient certains, mais je pense qu'ils auraient pu être plus complexes. Par exemple, cette propension à avoir le feu aux fesses est un peu lourde. En outre, si Béatrice montrait des dispositions au caprice et à l'égoïsme, là, elle l'est tellement qu'elle semble caricaturale. Quant à Adélaïde, c'est bien sûr à elle qu'ira la préférence du lecteur, mais il est très agaçant que tout le monde l'adore, que beaucoup d'hommes la désirent, qu'elle soit charismatique, presque hypnotique. Je me croyais un peu dans un roman de Jacqueline Monsigny. (Ce n'est pas un compliment.)
Et puis, l'auteur en délaisse certains comme Germaine et Paulette. Germaine aurait pourtant été intéressante à suivre, car au début de ce tome, elle s'affirme. Quant à Paulette, je ne sais pas trop quoi penser d'elle. Elle n'a pas l'éclat d'Adélaïde...

Je n'ai pas du tout aimé l'événement sur lequel se clôt ce deuxième tome. D'abord parce que je pense qu'après cela, le troisième tome me sera fade. Ensuite parce que j'ai vraiment peur de tomber encore plus dans du Monsigny à cause du tempérament fougueux d'un personnage. Il est même facile de prévoir certains événements du tome 3, du coup.

Éditeur: Anne Carrière.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Jacqueline Duperret pour la Bibliothèque Sonore Romande.

Acheter « Le goût du bonheur, tome 2: Adélaïde » sur Amazon