Le garçon dans la lune

L'ouvrage:
Brian, Julia, et leur fils (Sam), se rendent chez le père de Brian (Jeremiah) pour des vacances. C'est alors que l'impensable se produit. Après le drame, Julia quitte Brian, et se retire chez Jeremiah. Elle se met à s'interroger sur la vie de la famille, sur les drames qui la traversèrent. C'est alors qu'elle trouve le journal de Margaret, la défunte épouse de Jeremiah.

Critique:
Ce roman est bien pensé. La psychologie des personnages est très forte. Tout est crédible et dit avec justesse. C'est dense, oppressant, l'atmosphère est lourde. Les personnages ont des comptes à régler avec leur passé, leur famille, et eux-mêmes. Le lecteur comprendra très bien pourquoi ils agissent comme ils le font, sauf peut-être Jeremiah. Pourtant, il existe des personnes comme lui, des gens qui sont simplement méchants, despotiques, aiment faire régner la terreur, contrôler tout et tous. Son influence malsaine, le fait que ses enfants cherchent, malgré tout, son amour, tout cela fait qu'il les manipule, et parvient, à un moment (même s'il n'est pas présent au départ) à les faire se battre pour rien.
Jeremiah fait quand même quelque chose de bien sans vraiment le vouloir: en permettant à Julia de rester chez lui, en faisant d'elle sa nouvelle esclave, il lui permet de combattre sa douleur. Julia ne souhaite pas être plainte, elle ne veut pas qu'on la traite comme une petite poupée en sucre. L'aide involontaire de Jeremiah lui donne la force de se préoccuper de quelqu'un d'autre que d'elle-même. C'est au plus fort de cette douleur qu'elle s'ouvrira, et sera prête à comprendre ceux qu'elle côtoya, mais dont elle ne voulut jamais prendre la mesure de la souffrance, voire de la détresse.

Ce roman ne souffre d'aucun temps mort. Il est structuré d'une manière qui, souvent, me déplaît, mais qui est pertinente ici. Le récit du présent des protagonistes est émaillé de retours en arrière. Ce sont souvent des scènes extrêmement fortes en émotions, en tension.
Il y a bien un moment où Kato O'Riordan retarde sciemment une révélation, mais je lui ai pardonné cette ficelle facile, car elle a su ne pas faire de remplissage. D'autre part, cette révélation peut être devinée, car le lecteur connaît bien les personnages. Ce qui est réellement attendu, c'est la réaction de certains, car cela aura un énorme impact sur les personnes concernées.

Ce livre est une épreuve que doivent traverser ses personnages. Il leur faut affronter leur erreurs, leurs blessures... S'ils sont irrémédiablement meurtris, ils ont un peu d'espoir.
La question du pardon se pose. Peut-on pardonner un acte irréfléchi à quelqu'un? Un acte qui a eu d'horribles conséquences, et qui aurait pu aisément être évité? Peut-on vivre avec quelqu'un à qui on sait qu'on ne pardonnera jamais un tel acte? Peut-on se pardonner soi-même?

Éditeur: Jeëlle Losfeld.

Acheter « Le garçon dans la lune » sur Amazon