Le cas jack Spark T1

L'ouvrage:
Jack Spark a quinze ans. Il est insomniaque, allergique au sel, et supporte mal le soleil. Sa mère est une fervente partisane du «manger sainement». Son grand-père, pâtissier de renom, lui envoie en douce des pâtisseries préparées spécialement sans sel pour lui. C'est également son grand-père qui a offert à Jack Quacker, son hamster épileptique.

Après un bulletin assez décevant, Jack apprend qu'il n'ira pas chez son grand-père pour l'été, mais au camp de vacances Redrock où on lui apprendra la discipline. Il est loin de s'attendre à ce qu'il va y découvrir: amitié, amour, mais aussi haine, et autre chose qui le dépasse.

Critique:
Ce livre m'a captivée. Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. L'auteur a su doser ses ingrédients (aventure, humour, guerre des peuples), et a fait en sorte que le récit ne traîne pas.
J'ai peut-être exagéré en parlant d'humour, car il y en a peu, mais le livre en est parsemé. J'évoquerai, par exemple, la scène où les adolescents doivent se cacher dans le fumier, et où Ti Jean refuse parce que la saleté le rebute.
Quant aux mystères, certains seront résolus à la fin du tome 1... le plus grand de tous étant Jack lui-même.
On retrouve aussi le thème du personnage devant «affronter» des pouvoirs qu'il ne maîtrise pas. C'est un thème récurrent dans ce genre de romans (ici, cela m'a fait penser à «Darkest powers», de Kelley Armstrong), mais cela ne m'a pas paru redondant, car c'est bien exploité, et cela renforce la confusion de Jack quant à ce qu'il découvre sur lui-même.

Le thème de la différence est abordé de plusieurs façons, et même si, à un moment, on peut penser que certaines remarques sont un peu mièvres, et qu'il y a beaucoup de bons sentiments, je préfère un livre qui prône la tolérance plutôt qu'un livre qui prône l'uniformité.
C'est Jack et Josh qui représentent le mieux le thème de la tolérance.

Est bien sûr abordé le thème des enfants mal élevés ou délaissés, voire maltraités par des parents qui ne se préoccupent pas d'eux ou qui ne savent pas s'y prendre, préférant les envoyer dans un camp de vacances où on les disciplinera plutôt que de tenter de les comprendre.
Ce thème est bien exploité, car représenté sous diverses formes au travers des différents enfants que côtoie Jack.

On découvre, avec intérêt, un peuple créé par l'auteur. Je suis toujours fascinée lorsqu'un auteur parvient à m'immerger dans son univers, et à créer des peuples aux coutumes et aux habitudes diverses. Ici, cela m'a paru moins creusé que dans «Le vol des harpies», de Megan Lindholm, ou que dans «Sommeil de sang», de Serge Brussolo, mais c'est tout de même bien exploité. Et puis, peut-être est-ce encore plus fouillé dans les autres tomes.

Les personnages sont attachants, surtout nos héros. Chacun a sa particularité qui le rend drôle ou attendrissant. Certains évoluent, comme Jack et Doug. À propos de Doug, je trouve d'ailleurs que l'auteur a été plus fin que certains autres qui créent un personnage de méchant, et c'est ce personnage qui sera l'ennemi juré du bien, et surtout, du gentil personnage principal. Ici, c'est plus complexe, et c'est tant mieux.

Les parents de Jack ont l'air d'être un peu caricaturaux, surtout sa mère. Son père est trop effacé pour que j'aie pu me faire une opinion. Mais peut-être le verra-t-on plus dans les autres tomes.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par mon mari.
Ce livre m'a été offert par les éditions Jean-Claude Gawsewitch dans le cadre d'un partenariat proposé par Blog-O-Book.

Acheter « Le cas jack Spark T1 » sur Amazon