Le bal des célibataires

Voir la critique du tome 1

L'ouvrage:
Première guerre mondiale.
Pierre doit partir combattre. La famille est désespérée. Malvina et Cécile l'accompagnent à la gare.
Pierre reviendra en permission. Mais à la fin de la guerre, il ne reviendra pas. Il est porté disparu. Cécile et lui se sont mariés pendant l'une de ses permissions. Cécile gardera un souvenir vivant de lui: un enfant.

Un jour, une femme, Sylvaine, se présente chez Cécile. Elle lui apprend qu'elle a été la maîtresse de Pierre, et qu'elle voulait connaître sa femme qu'il adorait. Après cette entrée en matière incongrue, et une réaction plutôt vive de la part de Cécile, (réaction compréhensible, avouons-le), les deux femmes cohabitent, et se lient d'une amitié teintée de ressentiments, lorsqu'elles évoquent Pierre.

D'un autre côté, le village de Saint-Roch est comme mort. Beaucoup d'hommes de ce petit village sont morts au combat. Les femmes ont besoin d'hommes pour les aider dans les travaux quotidiens, et aussi pour combler leur solitude.
C'est alors que Cécile et Sylvaine ont une idée.

Critique:
Pour la petite anecdote amusante, ce livre a d'abord été un téléfilm. En fait, "L'orange de Noël" a été adapté pour la télévision en 1997. Les créateurs du film ont décidé de lui inventer une suite télévisée. Michel Peyramaure a ensuite écrit l'adaptation en livre de ce téléfilm.

En général, la suite d'un livre est moins bien que le premier tome, si ce premier tome n'appelait pas de suite. Ici, mon sentiment est mitigé. L'idée du bal des célibataires est assez originale. Elle peut paraître saugrenue, mais il faut se remettre dans le contexte de l'époque. Les femmes dépendaient plus des hommes que maintenant pour leur vie quotidienne. Il est également compréhensible qu'elles aient envie de compagnons. Et puis, ne voit-on pas ce genre de choses aujourd'hui, avec les sites de rencontres, par exemple?

Le personnage du maire est assez amusant. Il est mené à la baguette par sa femme, et essaie de faire croire que c'est lui qui porte la culotte dans le ménage.
Certaines histoires d'amour attendrissent le lecteur: celle de Thérèse et d'Armand, ou celle d'Emma Berthier.
En outre, Malvina explique que le bal des célibataires n'a pas été un succès pour tout le monde. Cela rend l'histoire plus crédible.

Une chose m'a fortement déplu: l'histoire entre Sylvaine, Robert, et Cécile. On dirait une espèce de remake de l'histoire entre Cécile, Pierre, et Sylvaine. Et puis, Robert semble avoir au moins de l'affection pour Sylvaine, et pourtant, il ne fait rien pour l'aider lorsque Cécile la chasse. Mieux: il reste chez Cécile, et finit par se mettre avec elle. Tout cela n'est pas très net, et est tiré par les cheveux. Lorsque Cécile a chassé Sylvaine, je pensais que Robert aurait la décence de s'en aller, même si, comme le résume Malvina, il n'a que du désir pour Sylvaine, et éprouve de l'amour pour Cécile. En fait, cette histoire a gâché le plaisir que j'ai eu à lire ce livre. Tout le reste du livre est sympathique, mais cette histoire-là est décevante, à mon avis.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Frédérique Ribes pour les éditions VDB.

Acheter « Le bal des célibataires » sur Amazon