Last one home

L'ouvrage:
À dix-huit ans, Cassie Carter a fui la maison familiale pour épouser le garçon qui venait de lui faire un enfant. Agissant ainsi, elle a brisé le coeur de ses parents. Ses soeurs, Karen et Nichole, ne ressentent plus que rancoeur et amertume à son égard.
Après plusieurs années de souffrance, Cassie est parvenue à mettre fin à son mariage. Depuis, elle et sa fille Amy sont reparties de zéro. Maintenant, à trente-et-un ans, elle fait ce qu'elle peut pour s'en sortir. C'est alors qu'elle reçoit une lettre de Karen.

Critique:
J'ai décidé de tenter ce livre en connaissance de cause. Je pensais bien que ce serait une lecture facile, légère, et donc repose-cerveau. Je l'ai pris parce que j'aime beaucoup la lectrice. En effet, l'intrigue est assez prévisible. Par exemple, dès que l'un des personnages est apparu, j'ai su qu'il serait le futur soupirant de Cassie. J'ai également vite soupçonné un personnage de rouerie (je le trouvais un peu trop empressé), et je ne me suis pas trompée. Enfin, je me doutais qu'il y avait anguille sous roche avec un autre... Ces ficelles sont un peu faciles, mais après tout, elles décrivent des événements qui pourraient arriver dans la vie.

Même si les personnages ne sont pas très creusés, j'ai apprécié que l'héroïne se remette en question, et reconnaisse qu'elle a fait n'importe quoi avant. Il est un peu gros qu'elle fasse figure de Super Woman. En effet, elle travaille énormément. À un moment, elle se blesse grièvement: il est très dur de lui faire comprendre qu'elle doit se reposer. Bien sûr, cette blessure (entre autres) est un prétexte pour l'auteur afin de créer un moment émouvant où le personnage amoureux de Cassie va pouvoir jouer les chevaliers servants. Cela ne m'a pas agacée, car je m'attendais à ce genre de ficelles.

Nichole m'a un peu ennuyée... J'ai trouvé qu'elle était un peu trop sûre d'elle, de sa vie... Au début, Karen aussi m'a un peu agacée parce qu'il me semblait qu'elle voulait une vie trop bien rangée. Pourtant, j'approuvais (par exemple) le fait qu'elle tienne à ce que toute la famille se retrouve à table pour partager les événements de la journée.

Amy, la fille de Cassie, est assez amusante. Elle pense beaucoup avec son estomac, ce qui permet de créer de petits instants de détente. Bien sûr, elle s'inquiète beaucoup pour sa mère, la protège comme elle peut, et la précipite dans les bras de celui qui, selon elle, est le bon. Là encore, l'auteur insère des moments amusants, notamment la conversation entre Amy et l'amoureux de Cassie (dont je vous laisse découvrir le prénom) où ceux-ci planifient certaines choses et que Cassie tente désespérément de les arrêter. Je pense que l'arrangement entre Royce et Amy est aussi un moment drôle, mais j'ai trouvé ça lourd.

C'est un roman assez prévisible, qui conviendra parfaitement si on n'a pas envie de réfléchir.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Rebecca Lowman pour les éditions Random house audio.