Intimidation

L'ouvrage:
Hambourg, Janvier 1947. La ville est occupée par les Anglais. C'est l'après-guerre, ce qui fait que tout est rationné. La ville étant en ruines, les réfugiés et ceux dont les maisons n'existent plus vivent où ils peuvent, comme ils le peuvent. L'inspecteur Frank Stave est, lui aussi, meurtri par les conséquences de la guerre. Il pleure sa femme, morte dans un incendie, et cherche des traces de son fils, qui s'était enrôlé dans l'armée allemande. C'est alors que le corps d'une jeune femme est découvert dans les ruines. Stave et ses collègues (un policier allemand de la brigade des moeurs, et un policier britannique) mènent l'enquête.

Critique:
Ce roman m'a plu. Beaucoup écrivent sur la seconde guerre mondiale (ce qui m'agace un peu), mais je n'avais encore jamais lu un roman se déroulant juste après, en Allemagne qui plus est. La ville d'Hambourg reflète l'état du pays. Les habitants ont beaucoup perdu, la nourriture se fait très rare, et elle n'est même pas bonne, chacun essaie de tirer son épingle du jeu au marché noir... De plus, chacun tente de soigner ses blessures psychologiques. Tout cela fait que beaucoup sont adeptes du chacun pour soi. Dans ce contexte, l'enquête n'est pas facile. Cay Rademacher décrit, avec une douloureuse et méticuleuse précision, l'état de la ville (et donc du pays) après la guerre.

À côté de ces aspects sordides, le romancier montre que la vie continue, et que des conséquences de la guerre, peuvent naître des éléments inattendus. Je pense à ce qui arrive à la secrétaire de Stave.

L'intrigue est bien menée. J'étais toujours d'accord avec Stave concernant ses intuitions. À un moment, j'ai pensé que l'un des personnages allait peut-être le poignarder dans le dos. Cependant, je ne me résolvais pas à croire ce personnage coupable... À vous de voir si j'ai eu raison...

L'auteur parvient à créer des rebondissements tout en avançant assez lentement. Cela m'a plu. Rien n'est bâclé, rien n'est incohérent, et la lenteur est en adéquation avec l'ambiance de cette Allemagne meurtrie.

Dans la postface, Cay Rademacher explique qu'à cette période, des crimes comme ceux racontés dans son roman ont réellement eu lieu. Seulement, ils n'ont jamais été élucidés.

J'ai hâte de lire la suite de cette trilogie hambourgoise.

Note:
Moi qui dis toujours quand l'auteur ou le traducteur se trompe, je vais ici dire quelque chose de positif. Le traducteur applique bien la règle de «après que».

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Nicolas Dangoise pour les éditions Sixtrid.

Je ne connaissais pas du tout ce comédien. Son jeu m'a plu. Seul petit reproche: il a raté un de mes tests de prononciation de mots, car il dit «moeurse» pour «moeurs». Certes, beaucoup font cela...

Acheter « Intimidation » sur Amazon
Acheter « Intimidation » en téléchargement audio sur Amazon (Audible.fr)