La pluie et le beau temps

L'ouvrage:
Daley Amory a onze ans lorsque ses parents se séparent.

Critique:
Ce roman est un coup de coeur.
Daley, la narratrice, est très attachante. Dès son enfance, elle est lucide quant à ses parents. Elle se sent déchirée entre les deux, mais comprend bien qu'ils ne peuvent pas rester ensemble. Elle ne prend pas vraiment parti, car même si elle comprend sa mère, elle ne lui pardonne pas certains actes. Quant à son père, la relation se complique. De ces trois personnages, c'est la narratrice la plus objective. Elle pointe du doigt les erreurs de ses parents, et pour moi, a raison. Elle expose le mal que chacun lui a fait après cette séparation. Bien sûr, sa mère a surtout agi par maladresse, mais sa priorité aurait dû être sa fille, et cela ne semblait pas toujours être le cas.

C'est surtout sa relation avec son père que Daley raconte ici. Le roman est divisé en trois parties. La première raconte la séparation et les mois qui suivent. Les deux autres sont des tournants dans la vie de l'héroïne et dans sa relation avec son père. Dans la deuxième partie, Daley fait certaines choses que son entourage ne comprend pas. Même si j'ai eu du mal à admettre qu'elle sacrifie autant pour quelqu'un qui a été si dur envers elle, j'ai pensé qu'elle avait raison, et aurait regretté de n'avoir pas été au bout de ce chemin. J'ai trouvé que son entourage la jugeait sévèrement. Je n'étais pas d'accord avec les théories que son amie et son fiancé lui sortaient. Je pense qu'encore une fois, c'était elle la plus lucide. D'autant que son abnégation n'est certainement pas allée jusqu'à la bêtise et le reniement de soi.

Autre chose rend la narratrice admirable: elle a su dépasser les blessures reçues, et est devenue quelqu'un de bien, de posé. Elle a appris à franchir les obstacles occasionnés par ces blessures.

Je n'ai pas pu apprécier Gardner, le père de Daley. J'ai très bien compris les sentiments à la fois forts et contradictoires qui les unissaient, mais Gardner m'agaçait la plupart du temps. Bien sûr, il avait ses bons jours, et certaines discussions entre sa fille et lui étaient soit drôles soit paisibles, mais pour moi, il avait d'énormes défauts rédhibitoires.

Dans ce roman, rien ne traîne. L'auteur expose parfaitement le ressenti de son héroïne, les événements s'enchaînent de manière fluide, l'écriture est alerte et soignée.

Éditeur français: Pocket
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Cassandra Campbell pour les éditions Audible Studios.

Comme d'habitude, la lecture de Cassandra Campbell est juste et vivante. Elle rend très bien les émotions de Daley, n'exagère pas lorsqu'il s'agit de jouer les rôles masculins... Bref, son interprétation est toujours adéquate.

Acheter « La pluie et le beau temps » sur Amazon