La mer sans étoiles

L'ouvrage:
Zachary Ezra Rawlins est en train d'écrire une thèse sur les jeux vidéo. Féru de lecture, il fréquente souvent la bibliothèque. Un jour, il emprunte «Doux chagrin», un mystérieux livre dont le nom de l'auteur n'est écrit nulle part. En le lisant, il découvre qu'un chapitre raconte un moment de son enfance. Très intrigué, il va tenter de comprendre...

Critique:
Ce roman m'a beaucoup plu. Au départ, j'ai douté, car les passages de «Doux chagrin» (ils alternent avec le présent de Zachary) me paraissaient difficiles à suivre, me semblant décousus. En fait, je n'ai eu aucun souci pour me retrouver dans ce qui, au départ, m'apparaissait comme un labyrinthe. Le mystère ne vient pas de ce que lecteur patauge, mais plutôt de l'aspect onirique du roman. Et cet aspect est extrêmement intéressant. Erin Morgenstern s'ingénie à jouer avec certains genres: conte (merveilleux, distorsion du temps, éléments récurrents...), légende (anecdotes semblant mythiques), suspense (plusieurs énigmes se posent), aventure, tout cela baigné d'onirisme. Pour son lecteur, elle ouvre certaines portes, afin qu'il réfléchisse aux possibilités qui se présentent à lui dans la vie, au quotidien, à sa façon d'appréhender tel événement. L'autrice parsème son roman de clins d'yeux (les uns explicites, les autres discrets) à «Alice au pays des merveilles». Il y a peut-être aussi une allusion à la série «Le cimetière des livres oubliés» de Carlos Ruiz Zafón.

À un moment, la romancière a dû penser que le lecteur allait tirer une conclusion hâtive concernant quelque chose. Alors, elle imagine un personnage qui tente de faire croire à Zachary que cette chose arrive justement. J'ai trouvé cela très bien fait, car j'avais justement peur que la chose en question soit la solution de l'énigme, et je me préparais à pester, car je déteste cette ficelle. J'ai donc bien ri de la manière dont l'autrice m'a rassurée sur ce point.

Pour moi, la fin appelle une suite. Mais c'est surtout parce que j'aimerais retrouver certains personnages, et qu'ils soient réunis. Je ne sais pas trop quelles aventures l'autrice pourrait leur faire vivre, mais il me plairait que Kat rencontre Dorian, par exemple, et que Zachary et eux soient les personnages principaux de la suite. Bien sûr, il semble que c'est ce qui va arriver, mais ce serait sympathique qu'Erin Morgenstern nous le montre.

Ce roman regorge de thèmes, de façons de penser, de magie (oups, Mirabelle me dirait que c'est un gros mot)... Je sais que ma chronique est trop fade pour lui rendre justice comme il le mérite, mais écrire davantage en profondeur signifierait trop en dévoiler. Donc si vous n'avez pas lu ce roman, laissez-vous tenter.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Emmanuel Dekoninck pour les éditions Lizzie.

Emmanuel Dekoninck fait partie des comédiens qu'il me plaît de retrouver parce qu'il a toujours le ton adéquat. Pour ce livre, à mon avis, autre chose entre en jeu. Emmanuel Dekoninck a la voix parfaite pour interpréter ce type de romans où les genres sont mélangés, et où tout baigne dans une ambiance onirique. Donc, je pense que le choix de ce comédien pour ce roman a été plus que judicieux, car outre son grand talent, il a la voix pour.

Acheter « La mer sans étoiles » sur Amazon
Acheter « La mer sans étoiles » en téléchargement audio sur Amazon (Audible.fr)