La mémoire d'une autre

L'ouvrage:
La narratrice se retrouve prise dans une tempête de neige. Elle croit succomber lorsqu'elle se sent emportée par des bras salvateurs. Elle s'éveille, amnésique, dans une maison où une enfant de six ans, Jade, lui explique que c'est son père, Vincent, qui l'a trouvée et sauvée. La fillette assure ensuite à la jeune femme qu'elle savait qu'elle viendrait, car sa soeur, Ambre, le lui a dit.
Plus tard, Tara, la gouvernante de la maison, lui apprend qu'Ambre est morte depuis deux ans, et que Jade est muette.

Critique:
Malgré des événements parfois un peu gros, j'ai un sentiment globalement positif quant à ce livre parce que je ne me suis pas ennuyée. Certes, les moyens utilisés par l'auteur pour retarder certaines révélations ne sont pas très fins, mais elle ne fait pas de remplissage. Elle intercale des événements qui distraient le lecteur de ce qu'il veut savoir, et cela fonctionne.

Mélanie Rose a choisi de s'attaquer à deux thèmes déjà abondamment évoqué dans divers livres et films: l'amnésie et les esprits défunts qui tentent de communiquer en se servant d'une personne vivante. C'était donc risqué, même si ces thèmes sont tentateurs pour des romanciers, beaucoup de lecteurs en étant friands. Elle s'en tire bien parce qu'elle parvient (surtout avec ce qu'on apprend vers la fin) à donner une logique à son histoire. L'intrigue est quelque peu balisée: certaines choses doivent finir par trouver une résolution, certains mystères ne peuvent s'expliquer que d'une façon... Cependant, l'auteur apporte un brin de renouveau à tout cela en créant des personnages attachants dont on comprendra les errances et les difficultés.
Tara et Maria m'ont parfois agacée, et pourtant, il est aisé de se mettre à leur place et de comprendre leur frustration, surtout celle de Tara.

D'autre part, la romancière laisse le lecteur libre d'imaginer certains détails. Par exemple, Jade communique-t-elle vraiment avec sa soeur ou bien est-ce sa manière de la garder vivante, telle une lointaine amie imaginaire? Dans ce cas, lorsqu'«Ambre dit que», n'est-ce pas plutôt l'instinct et les désirs de Jade?
À un moment, l'héroïne fait une supposition concernant Cheryl, la femme de Vincent. Le lecteur la suivra sûrement. J'ai ri parce que j'avais imaginé autre chose.

Je reprocherai bien sûr les coups de foudre. Je les trouve toujours aussi invraisemblables. Je pense que l'auteur aurait pu amener ses histoires d'amour de manière moins mièvre. J'ai également été agacée par les hésitations de l'héroïne: «Est-ce que celui-ci serait la réincarnation de Garret? Dans ce cas, c'est à lui que je suis destinée! Ah mais c'est peut-être celui(là! Alors, c'est lui que je dois aimer!» Cette volonté de vouloir faire correspondre les deux histoires gâche un peu le tout.

En revanche, j'ai beaucoup aimé l'amour indéfectible que se portent Bill et Betty. Cet amour-là n'est ni mièvre ni grandiloquent, mais serein. J'ai également apprécié le profond attachement et le respect dont Adam fait preuve à leur égard. Il ne s'en débarrasse pas, et ce n'est ni par pitié ni parce qu'il se sentirait coupable.

Un livre divertissant qui permet de s'évader, même s'il ne laissera pas un souvenir impérissable.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par mon mari.
Ce livre m'a été offert par les éditions L'archipel par l'intermédiaire de l'agence de communication LP Conseils.

Acheter « La mémoire d'une autre » sur Amazon