L'ouvrage:
Florence.
Pietro Gerber est un psychiatre pour enfants, spécialisé dans l'hypnose. Un jour, Thérésa Walker, une consoeur australienne lui demande de se charger d'une patiente, Hanna Hall. C'est une adulte, mais elle dit avoir tué son frère lorsqu'elle était enfant. Elle pense que cela a eu lieu alors que sa famille habitait à Florence. Hanna, souhaitant découvrir la vérité, séjourne donc à Florence. Gerber est réticent à s'occuper d'elle, car elle est adulte. Thérésa lui rétorque que, justement, c'est l'enfant en elle qu'Hanna souhaite retrouver.
La thérapie commence donc, et Gerber s'aperçoit que les choses sont plus complexes que ce qu'a laissé entrevoir sa collègue.

Critique:
D'une manière générale, ce roman m'a plu. Ce que j'ai le plus apprécié est le fait que le suspense soit omniprésent. Le lecteur devine certains éléments, mais d'autres restent obscures. Certaines ficelles sont bien utilisées, mais une ne m'a pas plu: l'auteur retardant certaines révélations, tout simplement en passant à un autre sujet.
J'ai apprécié une autre ficelle: celle où Gerber émet une théorie sur ce qui est arrivé à Hanna dans son enfance. D'abord, la théorie m'a plu, car elle était crédible et cohérente. De plus, elle était assez effrayante pour que le lecteur soit tenu en haleine.

J'ai également apprécié que l'auteur dévoile peu à peu l'histoire d'Hanna (pas seulement lors des séances d'hypnose), et qu'à chaque fois, le lecteur fasse une découverte intéressante. J'ai aimé que l'auteur soit parvenu, très simplement, à me faire croire quelque chose qui était totalement faux. J'ai trouvé cet élément très réussi, car tout est cohérent.

En revanche, je n'ai pas apprécié ce que finit par comprendre Pietro quant au «cadeau d'anniversaire» de monsieur B. D'abord, je doute qu'une telle chose soit possible. Certes, je ne suis pas médecin, et je ne connais rien à l'hypnose, donc je ne peux pas le savoir. Mais même pour une néophyte comme moi, c'est très gros. De plus, j'ai trouvé la fin très brutale. J'aurai aimé qu'il y ait des chapitres supplémentaires disant ce que deviennent les personnages, si Pietro parvient à mettre les choses à plat, si certains éléments lui sont racontés plus en détails, etc.

Je recommande donc ce livre, mais j'émets une petite réserve sur certains de ses aspects.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Sylvain Agaësse pour les éditions Audiolib.

Sylvain Agaësse fait partie des comédiens qu'il me plaît de retrouver. Ici, il n'a pas démérité. Sa lecture est vivante et fluide, son jeu est naturel, il ne modifie pas sa voix à outrance.