lLa double vie de Pénélope B

L'ouvrage:
Pénélope Beauchêne vit à Rennes. Elle est satisfaite de sa vie, entre sa meilleure amie (Lilly), ses parents, et ses petites habitudes. Mais un événement fait qu'elle est si écoeurée, que de rage, elle annonce à ses parents et à Lilly qu'elle va s'établir à Paris pour travailler avec sa tante, Aurélie, dite Aure, en tant que graphiste. Ses parents sont ravis qu'elle se lance enfin, et prenne sa vie en main. Elle qui voulait être réconfortée et cajolée n'a d'autres solutions que de partir...

Après quelques jours de flottement, Pénélope décide d'avoir un blog. Elle en lit, pourquoi n'aurait-elle pas le sien?

Critique:
C'est un roman dans la veine des Helen Fielding, Saskia Mulder, Isabel Wolf, et Sophie Kinsella. Je n'aime pas trop ce genre, car les auteurs sont là pour nous faire rire ou pleurer, et emploient pour ce faire des moyens qu'on voit venir gros comme des maisons. Ça se veut une comédie, mais c'est insipide. Seuls, les deux tomes de «Le journal de Bridget Jones» m'ont réellement plu parmi ceux que j'ai tentés.
Ici, j'ai voulu donner une chance au genre, et à l'auteur qui est française.

Le livre se laisse lire, mais on devine beaucoup de choses. On sait que ce qui se passe au mariage est dû à un certain personnage; on sait qu'il y a un quiproquo entre Pénélope et Victor; on se doute de la façon dont ça va se terminer, on l'attend, d'ailleurs, car sinon, ce ne serait pas une comédie.
En outre, il est un peu gros que le blog de la Mouette ait tant de succès en si peu de temps. Certes, c'est expliqué par le fait qu'elle écrit des choses qui intéressent beaucoup de monde, mais comment tant de monde la découvre-t-il en l'espace d'une soirée? Ce qui fait les visites d'un blog, c'est le bouche à oreille, mais pas seulement. Cela dépend aussi du référencement du blog sur le net. Dans les moteurs de recherche, il est dû à la fréquentation du blog, mais pour qu'un blog soit connu, il faut qu'il fasse ses preuves, et les gens le découvrent petit à petit. Il faut aussi que son auteur le fasse connaître en le référençant sur des annuaires.

En outre, même si Pénélope explique comment elle se documente, et comment elle peut écrire ce qu'elle publie, cet aspect du roman est également tiré par les cheveux. Bien sûr, en se documentant, on peut écrire un article fouillé, mais cela prend plusieurs heures par articles si on veut faire ça bien.

Certaines situations sont peu crédibles. Pénélope souffre de l'abandon de Victor, mais la façon dont sa souffrance est montrée ne m'a pas convaincue. Ca fait grandiloquent, comme dans les séries où des adolescentes pleurent leur premier amour en se gavant de crème glacée.
Ce qui arrive, vers la fin, quand Pénélope ouvre la porte à Victor, serait un effet comique destiné à détendre l'atmosphère, car souvent, dans toute situation critique, un incident amusant survient. Oui, mais là encore, j'ai trouvé ça trop téléphoné.

Une situation m'a réellement amusée: ce qui se passe lorsque Pénélope arrive chez Aure. Là, je n'avais rien vu venir. J'aurais dû, en y repensant, mais comme je n'ai rien deviné, l'auteur a atteint son but.

Bref, si vous aimez ce genre, ce livre vous plaira. Mais si comme moi, vous adhérez peu, ce n'est pas ce livre qui vous fera changer d'avis. On va me dire: «Ben pourquoi tu l'as lu, puisque tu n'adhères pas vraiment au genre?» Comme je l'ai dit, deux romans du genre m'ont plu, et je voulais donner sa chance à cet auteur. En outre, j'ai bien révisé ma position sur les fresques familiales en lisant «Le silex et la rose», et ai constaté que toutes n'étaient pas du style de celles que je rejetais.

Éditeur: First.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Hélène de Carlo pour la Bibliothèque Braille Romande.

Acheter « La double vie de Pénélope B » sur Amazon