La dame de Reykjavik

L'ouvrage:
Islande.
Hulda est policière. Elle doit prendre sa retraite à la fin de l'année. Cela ne l'enchante guère, car elle aime son métier. Quelle n'est pas sa déconvenue lorsque son patron, Magnus, lui apprend qu'il la met à la retraite dans quelques jours, son remplaçant étant attendu sous peu. Elle ne peut même pas achever ses enquêtes en cours, car il les a distribuées aux autres membres du commissariat. La voyant désemparée, Magnus lui jette un os à ronger: elle peut, si elle le souhaite, rouvrir une enquête non élucidée. Hulda choisit l'une de celles effectuées par un collègue dont elle n'approuve pas les méthodes: la découverte, un an pus tôt, du cadavre d'une femme russe demandeuse d'asile.

Critique:
Ce roman m'a beaucoup plu. Je me suis très vite attachée à Hulda, et j'ai aimé découvrir son passé au fil des chapitres. À certains moments, je me disais que dans telle situation, elle aurait plutôt dû faire ceci ou cela, et j'aurais souhaité savoir ce qui serait arrivé si elle avait choisi ma solution. Je pense surtout à son attitude face à son mari.
Je me suis identifiée à elle parce qu'elle agit souvent en solitaire dans son métier.

En parallèle, nous découvrons l'histoire d'une jeune mère et de son bébé. Au début, j'ai hésité à relier ce récit à l'un des personnages. Au bout d'un moment, quelques indices m'ont menée vers quelqu'un, et quelques chapitres plus tard, cela a été confirmé par le personnage. Cette histoire m'a touchée et beaucoup frustrée. J'aurais voulu que la jeune mère soit davantage aidée, qu'elle parvienne à tisser des liens avec son bébé... et j'ai regretté d'autres choses par la suite.

Ensuite, il y a l'enquête. Elle n'est pas fourmillante de rebondissements, mais elle m'a plu. Il y a au moins deux choses que je n'avais pas comprises avant que l'auteur ne les dévoile. De plus, j'ai trouvé sa façon de faire originale. En effet, on ne voit pas seulement Hulda enquêter, on suit un pan de l'histoire d'un autre point de vue.

La fin m'a laissée perplexe, parce que j'avais cru comprendre que ce roman était un tome 1. Or, il y a peu de possibilités (même s'il y en a quand même) qu'il puisse y avoir une suite. J'ai pu constater, sur Audible, que les romans existent en audio anglais. Il y a bien un tome 2. Cependant, il me semble que l'intrigue se passe avant celle du tome 1. Bien sûr, je ne me suis basée que sur la date de l'intrigue du tome 2 (1997), et sur le fait que je suis persuadée que le 1 se passe dans les années 2010. Mais en réfléchissant, rien n'indique que le tome 1 se déroule à cette période' J'ai sûrement dû rater des indications temporelles...

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Anne O'Dolan pour les éditions Lizzie.

J'avais beaucoup apprécié la lecture de cette comédienne dans «La coupure». J'ai donc été ravie de la retrouver ici. Elle ne m'a pas déçue. Son intonation calme n'est jamais trop sobre, son jeu est naturel et approprié. J'espère qu'elle enregistrera beaucoup d'autres livres qui me tenteront.

Acheter « La dame de Reykjavik » sur Amazon
Acheter « La dame de Reykjavik » en audio sur Amazon ou en téléchargement audio ici (Audible.fr)