L'incroyable histoire d'Halcyon Crane

L'ouvrage:
À l'âge de cinq ans, Halcyon (dite Hallie) Crane a perdu sa mère, Madeline.
Aujourd'hui, à trente-cinq ans, alors que son père vit ses derniers instants, elle reçoit une lettre l'informant que sa mère vient juste de mourir et qu'elle croyait sa fille morte depuis trente ans. La tête pleine de questions, Hallie se rend sur la petite île isolée où a toujours habité sa mère et où elle-même a vécu ses premières années.

Critique:
En lisant la quatrième de couverture, je m'attendais à une enquête, mais je n'imaginais pas que je fraierais avec des fantômes. En général, je suis circonspecte lorsqu'on rencontre des revenants, parce que je trouve que les auteurs qui s'y essaient en font trop. Ici, j'ai eu de la chance: le roman m'a plu.

Wendy Webb plante bien le décor, et fait habilement monter la tension. D'abord, il y a ce mystère entourant Hallie et sa mère. Pourquoi Noah, le père de l'héroïne, les a-t-il séparées d'une manière si radicale? À ce sujet, j'ai trouvé qu'au départ, les faits semblaient trop accuser Noah, faisant de lui un monstre sans coeur, et j'ai préféré attendre avant de lui jeter la pierre.
Ensuite, la tension et le suspense sont renforcés par le fait que quelqu'un raconte à la narratrice l'histoire de ses ancêtres. À ce moment, j'ai eu peur de m'ennuyer lors de fastidieux retours en arrière. Heureusement, cela n'a pas été le cas. On plonge rapidement dans le récit de la famille. J'avais peur qu'il s'étale sur plusieurs chapitres en continu, et qu'on ne retrouve le présent d'Hallie que vers la fin. Cette crainte a vite été dissipée.

L'auteur a bien choisi le théâtre de l'histoire des Crane. Cette île sujette aux caprices du temps, où tout se sait, dont les habitants sont isolés, cette grande maison sur laquelle semble peser la malédiction d'humains qui jouèrent avec le feu... Je me suis très bien imaginé tous ces éléments.
Les manifestations des fantômes auraient justement pu être grandiloquentes et prêter à rire ou à soupirer d'ennui (en tout cas me concernant), mais j'ai trouvé que la romancière avait finement amené tout cela.

J'ai deviné certaines choses, mais cela ne m'a pas gênée. Je pense que l'auteur souhaitait que le lecteur ait une petite longueur d'avance à propos de quelques faits.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Cassandra Campbell pour les éditions Blackstone audio.
Comme d'habitude, j'ai été ravie de retrouver cette lectrice dont j'aime beaucoup le jeu.
La version audio a un plus, à mon sens. Plusieurs fois, Hallie se souvient d'une chansonnette enfantine l'invitant à jouer avec des amies. La lectrice la fredonne. Cela ajoute à cette ambiance inquiétante qui émane du roman. La chansonnette souvenir est une sorte de code utilisé par certains auteurs du genre, justement pour faire monter l'angoisse, parce que son air joyeux fait ressortir la tension en la pointant du doigt.

Acheter « L'incroyable histoire d'Halcyon Crane » sur Amazon