L'épouse et la veuve

L'ouvrage:
Melbourne.
Ce jour-là, Kate s'inquiète: son mari devait revenir d'un séminaire à Londres, et si l'avion qu'il devait prendre est bien là, John ne se trouve pas à bord. Il ne donne aucune nouvelle. Peu de temps après, la police contacte Kate: l'alarme de la maison de vacances que le couple possède à Belport s'est déclenchée. La jeune femme décide de s'y rendre. John y est peut-être.

Critique:
Je n'ai pas aimé «Le mystère Sammy Went», mais le résumé de «L'épouse et la veuve» m'a beaucoup tentée. Alors, je me suis dit que je devais redonner une chance à Christian White. J'ai eu raison, car j'ai préféré ce roman au premier. Il y a quand même une ficelle qui m'a déplu, car où que je la rencontre, je la trouve déloyale. D'autres ficelles sont faites e telle manière que l'auteur «joue» avec son lecteur, mais elles ne sont pas, à mon avis, aussi déloyales que celle-là. Certes, elle a rempli son office, mais je la trouve malhonnête. Et c'est là que ma voix intérieure me dit: «Pourquoi ne l'as-tu pas trouvée déloyale dans "une femme entre nous"?» Ma voix intérieure en profite pour me dire que je suis tout simplement injuste envers Christian White sous prétexte que je n'ai pas aimé son premier roman. En fait, pour moi, la ficelle n'est pas tout à fait la même dans les deux romans. Dans «Une femme entre nous», une partie de cette ficelle m'a tellement étonnée qu'elle a annulé l'autre partie pour moi, car la partie qui m'époustouflait ne pouvait aller sans l'autre. Chez Christian White, il n'y a, à mon avis, que le côté déloyal de la ficelle. Dans sa note finale, il explique qu'ayant été berné (et heureux de l'avoir été) par une ficelle de ce genre dans l'épisode d'une série, il avait voulu faire pareil pour son roman. Je le comprends, et je concède que ses indices (je ne me suis pas amusée à tous les reprendre, mais ceux dont je me souviens) sont bien employés.

Pour moi, il n'y a pas de temps morts. On devine (ou on envisage) un élément important, mais cela ne gâche pas la lecture.

Dans le paragraphe suivant, j'appellerai des personnages X, Y, et Z, pour ne pas dévoiler un élément important.
À travers son intrigue, Christian White aborde des questions dont certaines réponses peuvent être dérangeantes. Jusqu'où irait-on pour protéger son enfant? Je ne peux m'empêcher de penser: et pour le protéger de quoi? En effet, je pense que X a raison lorsqu'il dit à Y qu'en tant qu'adulte, Y a mal agi, alors que X et Z étaient complètement perdus. J'approuve X: Y aurait dû faire autrement, car il n'est pas sûr qu'on puisse être heureux avec un poids tel que celui que des adultes, sûrs que leur solution est la meilleure, ont fait endosser à X et Z. De plus, j'ai l'impression qu'Y a surtout oeuvré pour sa petite personne. Il n'y a qu'à voir la suite des événements... Bien sûr, je suis incapable de dire ce que j'aurais fait à la place d'Y. Je désapprouve ses actes, mais serais-je parvenue à me comporter en adulte à sa place?

J'ai apprécié que, comme dans son premier roman, l'auteur écrive une note racontant son cheminement pour l'écriture de ce livre-ci, et il m'a plu qu'il se tourne lui-même en dérision.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Odile Cohen pour les éditions Audiolib.

Comme d'habitude, le jeu d'Odile Cohen est sans failles. Elle ne modifie pas sa voix à outrance pour les rôles masculins, et joue sans excès les sentiments et les émotions des personnages.

Acheter « L'épouse et la veuve » sur Amazon
Acheter « L'épouse et la veuve » en téléchargement audio sur Amazon (Audible.fr)