L'assassin royal, tome 6: La reine solitaire

L'ouvrage:
Fitz, Oeil-de-nuit, le fou, Kettricken, Astérie, et Caudron se sont enfoncés dans les montagnes à la recherche de Vérité. C'est alors qu'ils parviennent au pied d'un pilier. Fitz le touche et disparaît.

Critique:
Comme dans les livres précédents, les personnages sont précipités dans des péripéties qui les changeront irrémédiablement. Par exemple, le fou, après avoir touché la femme au dragon, ne peut s'empêcher d'éprouver de l'empathie pour elle, et cela le mènera bien plus loin (tant moralement que physiquement) que ce à quoi il s'attendait.
Fitz apprend à accepter ce qu'il ne peut changer, à faire des choix qui, s'ils ne lui plaisent pas, seront bénéfiques à d'autres. Kettricken lui fait sûrement le plus beau compliment qu'elle pouvait faire lorsqu'elle lui dit qu'il se comporte en oblat, comme les souverains des montagnes qui vivent simplement, se mettent au service de leur peuple, et agissent uniquement dans son intérêt. Les autres aussi changent en profondeur. Ce qu'ils vivent accentue leur complicité. Chacun sait que les autres endurent de lourdes épreuves, chacun connaît la valeur des autres... Leurs disputes aussi les rapprochent. Mais parfois, la magie permet une complicité qui attriste ceux qu'elle exclut. Je pense surtout à Kettricken qui se sent rejetée de ce que Vérité partage avec Fitz puis Caudron.
J'ai beaucoup aimé le passage où Fitz, le fou et Oeil-de-nuit communient grâce à l'Art et au Vif. Chacun voit comment il est perçu par l'autre, voit tout de l'autre. Le fou est très surpris de découvrir que Fitz l'aime vraiment, Oeil-de-nuit est étonné (et vexé ;-) ) de comprendre que le fou le voyait comme une créature qui hurle et bave... J'ai trouvé cela assez émouvant, et ai pensé que si nous pouvions faire la même chose, nous serions surpris de voir comment nous perçoit notre entourage.

Comme je l'avais supposé, on en apprend davantage sur Caudron. Pour moi, ce qui est révélé est à la hauteur de l'attente. Au sujet de cette étrange femme, Robin Hobb soulève une question importante: quelle que soit la faute qu'on ait commise, le mal qu'elle fait ne s'estompera jamais si on ne se pardonne pas soi-même. C'est également illustré par ce qui arrive au fou. À ce propos, Fitz m'a un peu agacée, car il ne voyait pas l'évidence. Il est vrai qu'il était trop impliqué pour cela.

À un moment, Fitz veut se débarrasser de ses souffrances, et autorise l'un des dragons à les prendre. On comprend qu'il veuille alléger son coeur, mais lui-même finit par se demander s'il ne vaut pas mieux ressentir quelque chose (même si cela fait mal) plutôt que le vide. C'est aussi une question intéressante. Beaucoup d'entre nous aimeraient sûrement déposer des moments pénibles de leur vie quelque part pour ne plus éprouver la douleur que leurs souvenirs provoquent. Mais cette douleur, si cuisante soit-elle, fait partie de notre construction, fait qu'on apprend de ses erreurs, etc.

Le fou garde une part de mystère. On ne sait pas trop ce qu'a été sa maladie. Il l'explique, mais avec lui, on ne peut être sûr de rien. Il laisse entendre que même dans son peuple, il n'est pas banal, pas conforme. C'est renforcé par le fait qu'Oeil-de-nuit l'appelle «le sans-odeur». Ce personnage semble à la fois profond, naïf, cocasse, opiniâtre...

Je n'arrive toujours pas à apprécier Astérie. Je pense que Robin Hobb n'a pas souhaité cela. Elle explique certains actes répréhensibles de la ménestrelle par les drames qu'elle a vécus. Pourtant, entre Astérie et moi, ça ne passe pas. ;-)

J'ai apprécié que l'auteur prenne le temps de dire ce qui arrive à chacun à la fin. C'est dans le dernier chapitre que Fitz explique pourquoi la guerre des pirates rouges a démarré. On constate que l'écrivain connaît parfaitement les humains... Ce qui est raconté est tellement vraisemblable!... Triste aussi...

Pour ceux qui ne le sauraient pas, après avoir fini ce cycle, il vaut mieux lire «Les aventuriers de la mer» avant de lire le deuxième cycle de «L'assassin royal», car les personnages des deux séries se côtoient, et pour mieux comprendre le tout (et ne pas connaître des éléments clés de «Les aventuriers de la mer» avant de le lire), il vaut mieux les lire dans cet ordre.

Service presse des éditions Audible Studios, dont vous trouverez le catalogue sur le site Audible.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Sylvain Agaësse.

Pour information, la structure du livre n'a pas pu être totalement respectée, mais elle l'est davantage que dans les tomes précédents.

Acheter « L'assassin royal, tome 6: La reine solitaire » en téléchargement audio sur Amazon
Acheter « L'assassin royal, tome 6: La reine solitaire » sur Amazon