L'assassin royal, tome 2: L'assassin du roi,

L'ouvrage:
Fitz et Burrich sont restés à Jhaampe. Fitz redoute de rentrer à Castelcerf, sachant que le prince Royal souhaite sa perte. Il s'y résout pourtant.

Critique:
Commençons par ce qui ne m'a pas plu. Le livre débute par un prologue où Fitz raconte les événements du tome 1. Je comprends qu'un résumé soit intéressant pour ceux qui liraient le tome 2 longtemps après avoir lu le 1, mais je préfère le cas où le résumé est séparé de l'histoire, comme dans la série «La passe-miroir». En plus, ici, on ne peut pas négliger le prologue pour échapper au résumé, car il contient également le début de la suite de l'histoire.

Dans ce tome, Fitz évolue. Son caractère s'affirme. Il se sert de son expérience, mais reste impulsif. Il a pris de l'assurance, ce qui est bien, mais lui fait commettre des imprudences. Il est tiraillé entre son devoir, ce qu'il pense être bon pour lui, ce qu'il veut... C'est assez bien illustré dans sa relation avec Oeil-de-nuit. C'est également montré par le fait que malgré son amitié et son estime pour Burrich, le fou, ou Vérité, il ne peut se dévoiler totalement à eux.

Patience réserve des surprises dans ce tome. Ce qu'elle consent à montrer d'elle-même est une preuve de sa lucidité. Dans le premier tome, je la trouvais sympathique, mais quelque peu lunatique, et j'avais peur que son intérêt pour Fitz soit un caprice. C'est bien plus complexe, ce qui m'a fait davantage apprécier Patience.

Certains auteurs de grosses sagas créent des histoires d'amour niaises. Il n'y a pas si longtemps, j'ai pesté après Luca di Fulvio pour cela. Chez Robin Hobb, nulle mièvrerie. L'histoire s'insère parfaitement dans le déroulement des événements, et on partage les affres des personnages dont la détresse ne semble pas artificielle.

Certaines choses prévisibles arrivent. Par exemple, on sait tout de suite comment sera traitée Kettricken, et comment elle réagira. Que cela se passe comme je l'avais prévu m'a plu, j'aurais été déroutée qu'il en soit autrement, étant donné la manière dont l'auteur avait campé ses personnages dans le tome 1.

Je n'ai trouvé aucune longueur. En outre, Robin Hobb ancre davantage (si c'est possible) son histoire dans la vie, le temps, la vraisemblance.

La plupart des séries de Robin Hobb ont été publiées en France sans que le découpage de la version originale soit respecté. C'est très agaçant pour plusieurs raisons que je ne développerai pas ici. Je signale seulement que ce tome n'est que la moitié du tome 2. Le tome 3 en version française est la deuxième moitié du tome 2 en version originale.

Service presse des éditions Audible Studios, dont vous trouverez le catalogue sur le site Audible.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Sylvain Agaësse.

J'ai apprécié la performance du comédien. La partie la moins facile était sûrement (encore une fois) le rôle du fou. Celui-ci est grave sous couvert de drôlerie, mais parfois, la gravité prend le dessus. Il n'est donc pas simple à jouer, d'autant que le comédien a pris le parti de lui faire une voix souvent forte, avec des effets.

Acheter « L'assassin royal, tome 2: L'assassin du roi, » en téléchargement audio sur Amazon
Acheter « L'assassin royal, tome 2: L'assassin du roi, » sur Amazon