Jusqu'au dernier

L'ouvrage:
Ce soir-là, en rentrant de son travail de coursière à vélo, Astrid Bell est renversée par une voisine, Margaret Farrell. L'accident se révèle sans gravité.
Le lendemain, Astrid et ses amis (ils sont sept à vivre dans la même maison) apprennent l'assassinat de Margaret Farrell.

Critique:
J'ai déjà essayé de lire ce roman en VO il y a plusieurs années, et je l'ai abandonné. Je pense qu'à l'époque, j'ai commis l'erreur de le prendre tout de suite après un autre roman des mêmes auteurs. Ensuite, je n'étais pas très fan de la lectrice, qui de surcroît avait également enregistré le roman que j'avais lu juste avant. Ayant découvert qu'un lecteur que j'apprécie beaucoup l'a enregistré (en français), j'ai réessayé. J'ai bien aimé ce roman, d'abord par son atypisme. En effet, ce n'est pas vraiment un polar classique. Il y a bien une enquête, mais les auteurs s'attachent davantage à Astrid et à sa bande d'amis. Pendant assez longtemps, on ne sait pas trop quelle direction prendront les choses. Cela m'a plu, d'autant que je découvrais le caractère et la psychologie de la petite bande. À ce sujet, on éprouve fatalement de l'antipathie à l'égard de quelqu'un, mais elle est teintée de compassion, car les auteurs montrent que ce personnage a quelques circonstances atténuantes.

Ensuite, les auteurs ont manoeuvré bien plus subtilement que dans d'autres romans. Ils parviennent à faire croire certaines choses de manière très convaincante. Lorsque le lecteur apprend les réelles circonstances des événements, rien ne détonne.
Quant au nom du coupable, les auteurs ont été à la fois classiques et surprenants. Cependant, même si vous devinez qui est coupable avant que les auteurs ne le dévoilent, votre lecture ne sera pas gâchée, car le principal n'est pas là. Ce roman est davantage psychologique qu'énigmatique. C'est d'ailleurs pour ça que le coupable se livre au lecteur: le but des auteurs étant de faire froid dans le dos en montrant sa fourberie.

En général, chez Nicci French, les policiers sont assez détestables. Ici, ce n'est pas le cas. J'ai apprécié cette différence, car cette ficelle me plaît de moins en moins, notamment à cause de son utilisation répétée voire abusive.

Éditeur: Fleuve Noir.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Emmanuel Trouzier pour l'association Valentin Haüy.
Ce lecteur a une voix particulière, de celles qu'on n'oublie pas: claire, grave, parfaite pour être enregistrée. En outre, sa diction est soignée. Je regrette qu'il n'enregistre pas davantage d'ouvrages qui me tentent. Cependant, ici, j'ai été surprise... Peut-être n'a-t-il pas aimé ce roman, en effet, il n'était pas dans le ton. En outre, il a laissé certaines erreurs de lecture.

Acheter « Jusqu'au dernier » sur Amazon