Inaccessibles, tome 3: Vertige

Si vous n'avez pas lu les deux premiers tomes de la série, ne lisez pas cette chronique.

L'ouvrage:
Septembre 2119.
Leda connaît enfin la vérité quant à la relation qu'entretenait son père avec Eris. Elle se sent de plus en plus coupable. Après une très sérieuse plongée dans la drogue et une cure de désintoxication, elle tente de reprendre sa vie en main...

Ne pouvant vivre à New York sans Atlas comme si de rien n'était, Avery est partie étudier un an en Angleterre. Elle y a rencontré Max qui est devenu son petit ami. Elle revient chez elle à l'occasion de l'élection du maire de la ville, car son père se présente.

Après avoir vu Avery et Cord s'embrasser, Rylin a réussi à tirer un trait sur Cord. Elle sort même à nouveau avec son ancien petit ami...

Critique:
Ce troisième et dernier tome de la série m'a autant plu que les précédents. L'autrice utilise intelligemment les codes du soap, parce qu'elle a beau créer de petites invraisemblances, elle ne s'amuse pas à faire partir tout le monde dans tous les sens. Quand je parle d'invraisemblances, j'exagère. C'est plutôt que certaines choses me paraissent un peu grosses, comme la remise en question de Leda. C'est peut-être parce qu'à la fin du tome 1, j'avais décidé de la détester quoi qu'il advienne. ;-) Sa remise en question m'a donc quelque peu fait tiquer, car j'ai du mal à imaginer que quelqu'un pouvant être si méchant finisse par se raisonner. Katharine McGee parvient à rendre cela crédible, ce qui fait que je n'ai pas passé les deux tomes à en vouloir à Leda.
On retrouve un peu la même idée concernant Calliope. Cependant, ce personnage ne m'a pas vraiment touchée. Il faut dire que pour nous la rendre sympathique, l'autrice a davantage à faire qu'avec Leda. J'avais beau savoir que Calliope était sincère, je ne pouvais m'empêcher de penser qu'elle le serait jusqu'à ce que ça la reprenne... J'ai trouvé assez amusant que Liv ait l'air d'une méchante, alors que si on est objectif, on comprend parfaitement ses raisons d'agir. Elle le dit elle-même: elle veut protéger sa famille. Qui n'agirait pas comme elle à sa place?

J'ai passé la quasi totalité des trois tomes à me dire que je voulais absolument Nadia. (Certes, je ne serai jamais assez forte pour la fabriquer...) De ce fait, je me suis demandé si j'aurais eu le courage d'agir comme Watt, à la fin, surtout sachant les dernières choses que Nadia a faites pour lui. Objectivement, je sais qu'il a eu raison. D'ailleurs, il n'aurait plus pu vivre avec lui-même s'il ne l'avait pas fait, mais n'y aurait-il pas eu un moyen de garder Nadia tout en la rendant moins «dangereuse»? Watt m'aurait sûrement dit que non, ou alors, ce n'aurait pas été la Nadia qui me faisait rêver.

Dans les deux premiers tomes, je ressentais de la méfiance teintée de mépris et de dégoût pour les parents d'Avery. D'abord, leur fille est un produit de l'eugénisme. Ensuite, ils ne semblent pas proches d'elle. Enfin, ils ne semblent penser qu'au paraître. Le tome 3 a confirmé ce que je pensais, mais ils vont encore plus loin. Tout ce qu'ils savent montrer, c'est qu'ils n'ont cure du bonheur de ceux qu'ils devraient aimer. Comme le leur hurle leur fille, le père ne pense qu'à son ambition, et la mère ne pense qu'au qu'en-dira-t-on.

Au long de la série, la romancière montre des gens très riches imbus d'eux-mêmes et n'en ayant jamais assez (comme les Fuller), mais certains autres sont davantage sympathiques, comme Cord, et même Leda. Ces gens ont des interactions avec d'autres ayant bien moins d'argent, comme Rylin et Watt. J'ai apprécié que parfois, chacun se conforme au cliché, mais que la plupart réfléchissent, et voient le plus important.

J'aurais quand même voulu qu'à la fin de l'épilogue, deux personnages se retrouvent. On imagine que cela va arriver, car l'un d'eux gardera forcément contact avec Leda, et elle les réunira... Mais j'aurais préféré en être sûre en le lisant.

Remarque annexe:
Katharine McGee a développé (mais pas dans le même sens) une idée que j'ai eue, et que je voulais étendre jusqu'à en faire un roman. (Je parle de ce que propose la chocolaterie où vont Calliope et Brice. J'aimerais d'ailleurs que cela existe.) Le plan du roman est dans ma tête, mais je n'ai pas le temps de l'écrire. J'ai soudoyé quelqu'un pour l'écrire à ma place, mais apparemment, cette personne n'a pas le temps non plus. ;-)

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Phoebe Strole pour les éditions Harper Audio.

Il arrive aux trois tomes de cette série ce qu'il arrive assez souvent: ils sont sortis en audio en double exemplaires, à quelques jours d'intervalle. C'est la même durée, la même lectrice, le même éditeur... Étant curieuse, j'aimerais connaître la différence entre les deux éditions, sachant que la première coûte environ deux fois plus cher... Bien sûr, je ne vais pas m'amuser à acheter les deux éditions (je n'ai pas autant d'argent que les Fuller ;-) ), mais j'écris cela ici, au cas où quelqu'un connaîtrait cette différence. Certes, il faut que cette personne lise en audio, en anglais, et ait eu le moyen de connaître la différence entre les deux éditions. J'imagine que personne ne me donnera la réponse. ;-)

Acheter « Inaccessibles, tome 3: Vertige » sur Amazon