Hü

L'ouvrage:
Ce matin-là, Francis est dans le train qui l'emmène vers son bureau. Il sait être bientôt arrivé. Il décide de descendre, et de faire les derniers kilomètres à pied. Au bout d'un moment, il se rend compte qu'il devrait déjà être arrivé. Or, il continue de longer la voie ferrée, et il ne voit rien qui ressemble à sa gare d'arrivée, ni même à quelque chose de civilisé. Bref, il est seul au milieu de nulle part.

Critique:
Ce roman m'a intriguée dès sa sortie audio. Mon amie (également grande lectrice) n'était pas du tout tentée. Il m'a fallu peu de chapitres pour penser qu'elle avait raison. Je ne sais pas trop si l'auteur a voulu faire passer un message, une critique (une parodie, une satire), ou s'il a souhaité faire du grand n'importe quoi, mais j'opte pour cette dernière solution. On me dira que je n'ai pas aimé ce roman parce qu'il bouscule mes petits repères routiniers. Peut-être, mais je ne vois pas l'intérêt dans ce qui arrive. Je ne peux pas trop dire ce qui se passe, mais sachez que cela m'a fait me demander si l'auteur n'avait pas absorbé des produits illicites avant d'écrire ce roman.

On côtoie d'abord Oscar et Pénélope. Rien n'est aimable chez ces deux capricieux immatures. Lorsqu'on rencontre le poète, j'ai trouvé que les choses revenaient sur des rails que je comprenais mieux. Cependant, au moment où Francis va obtenir ce qu'il attend, on découvre la reine. Avec elle, le livre repart dans quelque chose qui ne m'a pas plu. J'imagine qu'il faut rire du caractère de ce personnage, de sa manière de commander, etc. Je me suis plutôt ennuyée.

Au début, j'éprouvais de la compassion pour Francis qui, apparemment, était un français moyen que sa femme ne cessait de critiquer et de rabrouer... Si, au long du livre, j'ai continué à espérer qu'il se sortirait de cette panade, je m'ennuyais tellement, je trouvais les événements si absurdes que même ce personnage finissait par moins m'intéresser. À la fin, on ne sait pas ce qu'il fera,mais heureusement, David Dolo n'a pas fait une chose à laquelle je m'attendais, et qui m'aurait déplu

Je pense que si je racontais ce roman à quelqu'un, je ferais rire mon interlocuteur, mais j'imagine que celui-ci se moquerait du livre.

Service presse des éditions Audible FR, dont vous trouverez le catalogue sur le site Audible.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par François Tavarès.

Le roman ne m'a pas plu, mais l'interprétation du comédien est aussi bonne que d'habitude. Que les personnages soient en colère, effrayés, ou qu'ils aient de machiavéliques pensées, François Tavarès adopte toujours le ton adéquat. Il prend une voix acariâtre et criarde pour la reine. Cela m'a plu, car c'est exactement comme cela que je l'imagine. L'interprétation du lecteur donne corps au personnage, et j'admire le fait qu'il ait pu prendre cette horrible voix sans que cela ne soit affecté. Bravo à lui!
Quant à la narration en dehors des dialogues, le comédien ne surjoue pas, n'est pas trop sobre... Là encore, son ton est toujours adapté.

Acheter « Hü » sur Amazon
Acheter « Hü » en téléchargement audio sur Amazon (Audible.fr)