Find me gone

L'ouvrage:
1996, Bachte-Maria-Leerne, village belge. Sophie et Hannah, douze ans, sont très amies. Hannah est populaire, alors que personne ne recherche la compagnie de Sophie. Petit à petit, Hannah se fait d'autres amis, et s'éloigne de Sophie...

2014, New York. Hannah est journaliste. Elle s'est lancée dans l'écriture de la biographie de trois romancières du vingtième siècle. À mesure qu'elle se documente quant à leur passé, elle se replonge dans le sien, et repense à ces années de son enfance.

Critique:
Ce livre m'a plu, même si certains passages m'ont semblé un peu longs. N'étant pas férue d'Agatha Christie ni de Virginia Woolf, les chapitres concernant leur vie m'ont moins intéressée. Quant à Barbara Follett, je ne la connaissais pas du tout, donc il m'a plu de la découvrir un peu à travers les recherches de l'héroïne.

L'intrigue est bien menée. Après avoir lu le dernier chapitre, je me suis souvenue de passages qui pouvaient être interprétés de deux façons différentes selon les informations données au lecteur. J'en ai réécouté quelques-uns pour voir si je pouvais prendre Sarah Meuleman en défaut, et j'ai constaté, avec plaisir, qu'elle avait finement joué. Bien sûr, je n'ai pas tout réécouté, et je pense qu'il serait intéressant de relire le roman après avoir eu un paramètre, et de voir si l'autrice peut être prise en défaut. Il n'y a qu'un petit passage (quelques phrases) qui m'a paru discutable, mais ce n'est pas dû à Sarah Meuleman, c'est le ton de Cassandra Campbell (la lectrice) qui, pour moi, n'est pas assez ambigu. Il l'est un peu, mais je pense qu'elle aurait pu le rendre un peu plus équivoque sans que cela ne dévie le lecteur de ce qu'il croit au départ, et sans que la deuxième lecture ne donne à penser qu'elle exagère. Pour moi, elle aurait pu, sans problèmes, adopter ce ton qui n'aurait paru ambigu qu'à la deuxième écoute, ce qui est justement le but.
Quant au paramètre qu'on découvre à la fin de l'avant-dernier chapitre, je l'avais envisagé, mais ne m'y étais pas vraiment arrêtée, pensant que tel caractère ou tel événement ne collait pas. Et pourtant, après lecture, je me rends compte que si, tout colle, et surtout le caractère d'un personnage.

Comme souvent, la quatrième de couverture (en tout cas, celle en anglais) en dit trop. Elle fait qu'on connaît un événement bien avant qu'il arrive. Cela ne gâche pas vraiment la lecture, mais j'aurais préféré découvrir ce fait à mesure de mon avancée dans le roman.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Cassandra Campbell pour les éditions Harper Audio.

Cassandra Campbell fait partie des comédiens dont j'apprécie beaucoup le jeu. Ici, mis à part le petit reproche que je lui ai adressé quant aux phrases qu'elle aurait pu prononcer sur un ton un peu plus ambigu, je n'ai rien à redire à son interprétation.
Lorsqu'elle enregistre les chapitres concernant Agatha Christie et Virginia Woolf, Cassandra Campbell prend un accent anglais pour les répliques des personnages. Je n'aime pas l'accent anglais, mais joué par cette comédienne, je l'ai trouvé supportable. Heureusement pour moi, elle prend très peu cet accent au long du roman.

Acheter « Find me gone » en anglais sur Amazon ou en téléchargement audio anglais (Audible.fr)