Double piège

L'ouvrage:
Voilà peu de temps que Joe est mort, victime de braqueurs qui en voulaient à son portefeuille, sous les yeux de sa femme, Maya. L'amie de cette dernière, Aileen, lui offre alors une caméra à mettre dans son salon afin d'enregistrer notamment les faits et gestes de la baby-sitter. En effet, après la mort brutale de son mari, Maya n'a plus confiance en grand-chose, et Aileen pense que pouvoir contrôler ce que fait la nounou avec Lily (l'enfant de deux ans de Joe et Maya) la rassurerait. Pendant plusieurs jours, la jeune femme jette un œil distrait aux enregistrements. Un soir, en visionnant celui de la veille, elle voit un homme s'asseoir sur le canapé et prendre Lily sur ses genoux. Cet homme... c'est Joe.

Critique:
J'ai commencé par snober ce roman pour plusieurs raisons. Je ne pardonnais pas à Harlan Coben des romans qui m'avaient déçue, comme «Sans un mot», «Dans les bois», et «Six ans déjà». En outre, ce genre de scénarios (un conjoint mort refaisant surface) me rappelait «Ne le dis à personne» et d'autres. Récemment, je me suis laissée tenter par «Sans défense» que j'ai bien aimé. J'ai donc décidé de donner une chance à certains livres d'Harlan Coben que j'avais dédaignés. «Double piège» est le premier. Je suis contente de l'avoir lu parce qu'il m'a plu. L'auteur ne fait pas l'erreur que j'avais crainte: réécrire certains de ses romans. Certes, Maya enquête quant à ce que lui révèle la caméra, mais ce n'est pas la seule chose qui la fait investiguer. Très vite, le lecteur se rend compte qu'un drame ayant eu lieu quatre mois plus tôt prend beaucoup de place.

Autre chose m'a plu: certains personnages ne sont pas ce qu'on croit au départ. On me dira que ça, c'est une très vieille ficelle. C'est vrai, mais pour moi, le romancier tel que je le connaissais ne s'en serait pas pris à l'un de ceux dont il finit par montrer la duplicité. Donc je ne le soupçonnais pas du tout. Surtout que des indices désignant d'autres protagonistes comme n'étant pas très nets sont donnés, et qu'on ne peut même pas accuser l'écrivain de jeter de faux coupables en pâture... Donc là, il s'en sort bien.

Je pense qu'en général, les lecteurs sont comme moi: quand le personnage principal dit quelque chose, et semble de bonne foi, je le crois. L'auteur a aussi joué là-dessus. Je ne dis pas qu'il ne faut pas croire Maya, mais que l'écrivain s'est débrouillé pour que la croire soit la chose à faire, mais que cela ne nous montre pas tout de suite la vérité. Il y a une chose que je n'avais pas du tout devinée. Par ailleurs, Maya, tout en étant sympathique, est ambiguë. Elle-même accentue cela lors de son aveu à Shane... et aussi au moment de sa décision finale. C'est également ce qui fait qu'elle se démarque des personnages habituels d'Harlan Coben: elle est placée devant un choix plus difficile que ceux-ci, et n'opte pas forcément pour ce qu'ils auraient décidé.

L'intrigue ne souffre pas de temps morts. À un moment, j'ai cru savoir pourquoi Théo avait été tué, et je me suis trompée. Je préfère ce qu'a inventé l'auteur: ce que je pensais était trop remâché.
J'aurais voulu que quelque chose soit davantage explicité à la fin, parce que j'aurais aimé savoir exactement ce que deviennent certains, à quel point ils ont souffert (ils le méritaient), etc.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Marie-Êve Dufresne pour les éditions Audiolib.

Comme d'habitude, j'ai apprécié l'interprétation de la comédienne. Elle rend très bien les émotions des personnages sans modifier sa voix à outrance pour les différents rôles.

Pour information, la structure du livre a été respectée.

Acheter « Double piège » sur Amazon
Acheter « Double piège » en audio sur Amazon ou en téléchargement audio sur Amazon (Audible.fr)