Daphné disparue

L'ouvrage:
Le 13 avril, après un accident de voiture, Juan Cabo, écrivain à succès, perd la mémoire. En enquêtant sur lui-même, il trouve une phrase énigmatique écrite dans un carnet: «Je suis tombé amoureux d'une inconnue.» Il a écrit cela peu avant l'accident, alors qu'il dînait dans un restaurant. Perplexe, il décide d'enquêter en commençant par le fameux restaurant.

Critique:
Pour moi, la force du roman réside dans le fait que José-Carlos Somoza promène son lecteur à sa guise. Au départ, j'ai trouvé les rebondissements intéressants et originaux, même quand le tout paraissait absurde. Puis, j'ai trouvé que l'auteur en faisait beaucoup trop, qu'à force de vouloir surenchérir dans le spectaculaire, il faisait tout partir en vrille. Cependant, il se rattrape bien, ce qui n'était pas forcément gagné, étant donné qu'il va loin dans l'invraisemblable.
Rien que l'idée de départ est dangereuse: pourquoi le héros chercherait-il à retrouver une femme qu'il a très peu vue, pour laquelle il aurait eu le coup de foudre, mais qu'il a oubliée? Pourquoi quelqu'un s'amuse-t-il à écrire sur tous les gens qui vont manger dans le fameux restaurant (dont le nom, la Foresta Invisible, colle très bien à l'ambiance du roman)? À mesure que le livre avance, d'autres questions se posent. Elles trouvent toutes une réponse à la fin. Certains diront peut-être que la solution est facile, voire éculée. Je n'ai pas trouvé, car elle est à la hauteur de ce qu'a osé faire l'auteur au long du roman. Malgré tout, la partie où Juan imagime la femme m'a semblé un peu grosse. Par exemple, pourquoi Juan n'a-t-il pas eu l'idée de chercher des informations dans les journaux sur une femme disparue? Parce que cela ruinait les plans de José-Carlos Somoza, certes, mais il aurait fallu qu'il trouve une bonne raison à cela.

À travers un roman aux rebondissements déroutants, José-Carlos Somoza aborde intelligemment certains thèmes. L'écriture est envisagée sous différents angles: elle aide, détruit, pousse, elle est à la fois un carcan et une libération, elle prend plusieurs chemins pour mener à la vérité.
La solution de l'énigme pose une question simple: jusqu'où est-on prêt à aller? Jusqu'où se laisse-t-on griser par un enjeu si prometteur?

Remarques annexes:
L'auteur a quelques remarques humoristiques. Par exemple, un poète dit que «poète inconnu», c'est une redondance. Remarque qui est à la fois drôle et grave.
Je trouve dommage qu'il y ait le cliché de l'aveugle qui touche le visage de quelqu'un pour le reconnaître.
Il y a quelques «indices» un peu gros (c'est sûrement exprès): la mystérieuse inconnu se trouvait à la table 15 et il y a 15 chapitres. La jeune femme qui est modèle pour écrivains s'appelle Muse...

Éditeur: Actes Sud.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Francine Chappuis pour la Bibliothèque Sonore Romande.*

Acheter « Daphné disparue » sur Amazon