Cheval rouge

L'ouvrage:
Rex Heller a créé un parc à thème à la gloire de la série «Cheval rouge» dans laquelle il jouait le premier rôle. Âgé et malade, il souhaite retrouver la fille qu'il eut avec l'amour de sa vie (l'actrice Zelda Marlowe, aujourd'hui décédée) afin d'en faire son héritière.

Critique:
Voilà plusieurs fois que je suis déçue par les derniers romans de Serge Brussolo. Ici, on retrouve des thèmes qu'il exploite toujours avec brio (la folie à très grande échelle, par exemple), mais il manque les très bonnes idées qui vont avec. Bien sûr, on sera fasciné par ce parc où toute l'ambiance de l'époque où se déroule la série est recréée: il y a des saloons, on n'utilise que les médicaments du dix-neuvième siècle... Cependant, j'ai trouvé que cela manquait de superbe, que cela n'était pas assez creusé, à l'inverse de romans comme «Les enfants du crépuscule» ou «Le labyrinthe de Pharaon».

Il y a bien quelques rebondissements, notamment lorsqu'Arley donne les résultats des tests ADN à Rex, ou ce qui advient de ceux qui tombent dans les mains de Mercurio, mais c'est peu par rapport à d'autres romans où Brussolo n'est jamais où on l'attend et ne cesse de sortir de très bonnes cartes de sa manche. «Cheval rouge», à mon avis, fait pâle figure à côté. De plus, l'écriture est souvent crue: évocation fréquente des organes génitaux, images impliquant des excréments... Dans d'autres romans, cela passe mieux pour moi parce que le reste tient la route. On me dira que ce langage va avec l'histoire. Peut-être, mais il m'a gênée.

Il y a beaucoup de violence. Presque personne n'est sympathique (ils ont tous une tare). On me rétorquera qu'on retrouve cela dans d'autres ouvrages de Serge Brussolo. Certes, mais c'est contrebalancé par la qualité du reste, et cela me semble davantage présent ici.

Mia est sympathique, mais elle n'a pas le charisme des personnages de Brussolo. Généralement, ils sont portés par les événements, mais leur lucidité, leur capacité à l'empathie, leur rage d'être impuissants, leurs tentatives pour améliorer les choses... tout cela les rend sympathiques. Mia se laisse porter, est facilement manipulée, ne semble jamais rien décider.

Tout comme pour «Les geôliers», j'ai dû attendre un certain temps (jusqu'au chapitre 14 sur 34) avant de commencer à adhérer aux événements.

Serge Brussolo s'essouffle-t-il? En attends-je trop de lui? Il y a sûrement un peu des deux. Mon mari a aimé ce roman. Il en a lu d'autres, mais pas ceux que j'ai le plus aimés (sauf la série concernant l'exovétérinaire et «Le roi Squelette)). Il doit lire ceux que j'ai beaucoup aimés et me dire si je deviens trop exigeante ou si les derniers sont moins palpitants.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par mon mari.

Acheter « Cheval rouge » sur Amazon