Blame

L'ouvrage:
Lake Heaven, petit village des États-Unis.
Il y a deux ans, Jane Norton et David Hall (entre quinze et seize ans) ont eu un accident de voiture. Plus tard, on a retrouvé une lettre de suicide de la main de Jane sur les lieux. Seulement, la jeune fille s'en est tirée et son compagnon est décédé. L'adolescente est tenue responsable de cette mort par Perri (la mère de David), par Kamala (l'ancienne petite amie du jeune homme), et par certains de ses camarades de lycée. Pour ne rien arranger, Jane a oublié les trois dernières années de sa vie.
C'est alors que quelq'un ayant pour pseudonyme Liv Danger publie d'étranges messages sur les réseaux sociaux disant qu'il sait ce qui est arrivé cette nuit-là, et que tous vont payer. On retrouve cette dernière affirmation sur la tombe de David.

Critique:
Ce roman m'a plu. Pourtant, une vieille routarde comme moi aurait pu être agacée par des choses qu'un lecteur un peu aguerri verra tout de suite. Par exemple, Perri déteste Jane ouvertement. Il sera donc peu probable qu'elle soit Liv Danger. Du reste, presque dès le début, il devient ridicule de la soupçonner. Ensuite, cette lettre de suicide retrouvée le lendemain des faits intriguera forcément. On n'y croit pas vraiment. Heureusement, Jeff Abbott n'épuise pas son lecteur à vouloir lui faire avaler des couleuvres. Il réfute vite, en montrant toute l'incertitude dont il est entouré, le soi-disant indice sur l'état mental de Jane qu'est la lettre.

On pourrait aussi reprocher une certaine lenteur. Les choses sont posées, mais il faut un moment pour arriver au coeur de l'intrigue. Soit, mais cela ne m'a pas gênée. On découvre Jane, ses relations compliquées avec son entourage, ses difficultés à trouver sa place... Dès le départ, on n'apprécie pas trop sa mère, Laurel. En ce qui me concerne, même après que nous savons tout ce qu'il y a à savoir, je blâme énormément Laurel. Si elle est moins dangereuse que d'autres, c'est, à mon sens, une très mauvaise mère, et une personne assez égoïste.

Kamala est assez complexe. Au final, je ne l'apprécie pas, parce qu'elle va trop loin, mais on peut comprendre sa colère.
Je me demande si c'est moi qui n'ai pas tout suivi ou si Jeff Abbott a perdu l'un de ses personnages en route. En effet, il me semble qu'on ne sait pas ce qu'il advient d'Adam.

Jane, quant à elle, si elle est désoeuvrée et sympathique, n'est pas absolument sans reproches. C'est une bonne chose. L'héroïne parfaite aurait sans doute été agaçante.

Une fois l'intrigue engagée, Jeff Abbott commence à résoudre quelques énigmes. Entre le passé et le présent, on avance dans le brouillard accompagnant l'héroïne. Si on se doute de certaines choses, l'auteur sait surprendre et faire monter la tension. Par exemple, lorsque Jane est piégée, et que Trevor ne peut pas l'aider, on ressent son désarroi, son impuissance, voire son dégoût. De plus, lorsque Jane et Perri approchent du but, le fait que la jeune fille soit sur le point de se trouver mal tout en continuant d'ignorer ce qu'elle va découvrir est assez marquant.

Une intrigue d'apparence banale, des personnages complexes, un bon thriller.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Bailey Carr, Lauren Fortgang, Greg Tremblay, et Vanessa Johannson pour les éditions Hachette Audio.