Arpenter la nuit

L'ouvrage:
Kiara a dix-sept ans. Elle vit avec son grand frère, Markus, dans un appartement dont le loyer vient d'augmenter. Elle a du mal à trouver du travail, et Markus, qui officiait dans un fastfood, a démissionné, sûr qu'il va devenir le prochain chanteur à la mode. À la suite d'un malentendu, vient à Kiara l'idée de se prostituer. Au départ, elle gère la situation, mais un jour, elle est arrêtée par la police...

Critique:
Ce roman m'a plu. Sans tomber dans le pathos, Leila Mottley décrit la situation de Kiara et de son entourage. Tout est réaliste. La jeune héroïne fait ce qu'elle peut avec ce qu'elle a. Elle force l'admiration, car malgré les coups durs qui la font s'effondrer un instant, elle se relève toujours. De plus, malgré la rancoeur que certains personnages provoquent chez elle, lorsque ceux-ci lui tendent à nouveau la main, elle la saisit. C'est un personnage lucide, sachant faire la part des choses. Elle tente de fuir le cauchemar qui l'assaille, et y parvient sûrement mieux que je ne l'aurais fait à sa place.

À travers d'autres personnages (Trevor, l'oncle Ty, la mère, et Markus), l'autrice aborde, de manière approfondie, certains thèmes délicats. L'oncle est l'un de ceux que je blâme le plus, même si on peu comprendre qu'il ait souhaité se protéger. Qu'aurais-je fait à sa place? J'espère que j'aurais offert une opportunité à mes neveu et nièce, mais je ne peux le garantir...
Je n'ai pas compris pourquoi la mère n'avait pas dit la vérité (ou bien est-ce cela le mensonge...) tout de suite. Ou alors, elle l'a dit, mais on n'a pas voulu la croire... Mais alors, pourquoi Kiara semble-t-elle la croire? Je ne sais pas quoi penser de la mère. Elle tente d'aider sa fille, vers la fin, mais elle assortit cela d'une mise en scène ridicule, tape-à-l'oeil, et dangereuse.

Le résultat de ce qu'a lancé Marcha (je ne m'y référerai pas autrement pour ne pas dévoiler d'éléments clés) n'est pas très surprenant. Il est à l'image du roman... La toute fin est une note d'espoir, même si j'ai imaginé des monceaux d'ennui s'accumulant au-dessus de la tête de Kiara à cause de cette petite lumière. Mais là encore, la jeune fille est lucide, et sait ce qu'elle devra faire après cette pause salutaire.

Souvent, je réclame un chapitre supplémentaire à la fin des romans. Ici, je réclame carrément une suite. J'aimerais que Kiara tente quelque chose concernant quelqu'un. Bien sûr, je ne sais pas comment elle ferait, comment elle aurait ne serait-ce qu'une minuscule chance d'obtenir un résultat positif: malheureusement, l'amour que lui porte le personnage ne peut pas tout faire. De plus, où trouverait-elle les moyens? Certes, mais j'aimerais que Leila Mottley écrive cette suite...

Éditeur: Albin Michel.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Francine Crettaz pour la Bibliothèque Sonore Romande.

Francine Crettaz fait partie des lecteurs bénévoles dont j'apprécie la lecture. Elle a toujours le ton adéquat, ne fait pas de manières, ne prononce pas les noms étrangers avec un horrible accent... Ici, sa lecture a été à la hauteur de mes attentes.

Acheter « Arpenter la nuit » sur Amazon