Voir la critique du tome 1.

Accroche-toi à ton rêve

L'ouvrage:
Après avoir découvert un complot fomenté par quatre de ses enfants qui veulent s'approprier Harte Enterprise, Emma Harte y a mis bon ordre en nommant ses petits-enfants légataires. Eux l'aiment et la respectent. Ils ne songent pas du tout à la dépouiller. C'est ainsi que Paula (qui était déjà mêlée aux affaires de sa grand-mère), Emily, Alexandre, Sarah, et Jonathan vont travailler dans les différents magasins d'Emma. Il y aura aussi le fils et les petits-enfants de Blacky, le meilleur ami d'Emma.
D'autre part, Emma a mis toutes ses rancunes vis-à-vis des Ferley de côté, du moins, elle a reconnu que ce que lui avaient fait les Ferley ne pouvait s'appliquer au petit-fils d'Edwin, Jim. Jim travaille pour elle, et est également marié à Paula.

Blacky en a assez de voir Emma travailler sans jamais prendre de vacances. Il veut l'emmener faire le tour du monde.
Winston et Emily découvrent qu'ils s'aiment depuis toujours.
Anthony veut divorcer de Mine avec qui il ne s'entend pas. Il aime follement Sally.
Shane aime Paula, et il sait qu'il ne pourra jamais aimer d'autres femmes. Il ne peut même pas faire l'amour avec une femme s'il n'imagine pas qu'elle est Paula.
Sarah est amoureuse de Shane. De ce fait, elle déteste Paula, qui semble être la seule à ne pas se rendre compte de la passion de Shane pour elle.
Alexandre courtise Maggie Reynolds.
Elizabeth a rencontré un autre homme dont elle est folle.
Emma s'inquiète, car il lui semble que l'un de ses petits-enfants ne pense qu'à l'argent, et à ruiner les autres à son profit.

Critique:
Heureusement, au début du livre, il y a un arbre généalogique qui resitue tout le monde. Et même avec l'arbre en tête, c'est une grande pagaille dans laquelle on patauge parfois un peu, entre les descendants d'Emma, ceux de Winston, ceux de Franck, ceux de Blacky, ceux de David Calinsky... Ces histoire qui s'entrecroisent, ça fait un peu soap opera. C'est un peu agaçant.

Le lecteur avisé verra certaines choses arriver de très très loin. Par exemple, on sait presque dès le départ que le mariage de Jim et Paula ne va pas marcher, et qu'elle va se mettre avec Shane. On devine aussi comment Paula va finir par être débarrassée de Jim.
Et bien sûr, ce cher Jim est dépeint par la romancière comme un alcoolique, intéressé par l'argent, qui, en plus, ne sait pas éveiller les sens de Paula, ne pensant qu'à son propre plaisir, négligeant les préliminaires, ce qui montre son égoïsme. Bref, elle fait tout pour nous le rendre désagréable. C'est trop manichéen, et donc, beaucoup moins intéressant que si Jim avait eu moins de défauts. C'est facile de ne pas aimer un homme comme ça. C'est facile de faire du manichéen, du caricatural.

Ce manichéisme se retrouve ailleurs dans le roman. Deux petits-enfants d'Emma agissent en douce pour s'emparer de la fortune. Les autres les démasquent, les confondent, et les licencient. Seulement, l'un d'entre eux a des motivations qui peuvent se comprendre: étant aveuglé par l'amour (et la haine), et ayant été manipulé par l'autre. Ce personnage aurait mérité une seconde chance. D'après son attitude, il l'aurait sûrement saisie. Mais les autres agissent de la même façon avec les deux comploteurs, et en plus, ont le toupet de justifier leur absence de pitié pour le personnage moins responsable.

Les petits-enfants d'emma (du moins ceux qui ne fomentent rien contre elle, et surtout Emily et Paula) ont l'air d'être complètement endoctrinés au dogme d'Emma. A un moment, Jim dit à Paula qu'elle a la façon de penser de sa grand-mère, et qu'elle ne peut pas penser autrement. Elle se récrie, mais le lecteur (du moins moi) n'est pas loin de partager l'opinion de Jim. Pour Paula (et certains autres), tout ce que dit et fait Emma est à suivre à la lettre. Et si Emma paraît un peu plus sympathique, son autorité étouffante est toujours aussi énervante pour le lecteur.

A un moment, une fille dit à Shane que personne ne se marie hors du clan familial, chez les Harte/O'Neill. C'est exactement le sentiment qu'on a, même si Alexandre épouse Maggie Reynolds. Bien sûr, ils ont tous été élevés ensemble, se connaissent depuis l'enfance, et il est logique que certains tombent amoureux les uns des autres, mais ça referme encore plus la famille sur elle-même, et la montre encore plus comme une secte qui ne saurait s'écarter du chemin tracé par Emma.

Autre chose rappelle "Les oiseaux se cachent pour mourir". Après l'avalanche, Paula a exactement la même réaction que Justine après la noyade de Dane.

J'ai passé un bon moment en lisant ce livre, malgré ma critique assez négative, mais c'est surtout parce que je voulais connaître la suite. C'est d'ailleurs pour ça que je vais sûrement lire les autres tomes. Au départ, "L'espace d'une vie" n'était pas écrit pour avoir une suite. Mais après son énorme succès (usurpé, à mon avis, parce qu'il y a largement mieux), et le succès de la série télévisée tirée du roman, Barbara Taylor Bradford a dû décider d'écrire une suite, sûre que les gens ayant aimé le tome 1 achèteraient le tome 2. Et donc, elle ne s'est pas trop foulée sur le scénario, et a mis des choses qu'on voit venir gros comme une maison, étant sûre de vendre.

Éditeur: Belfond.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Marie-Thérèse Hayoz pour la Bibliothèque Sonore Romande.

Acheter « Accroche-toi à ton rêve » sur Amazon