A tap on the window

À ma connaissance, ce roman n'a pas été traduit en français.

L'ouvrage:
Ce soir-là, malgré la pluie, Cal Weaver (détective privé) est bien décidé à ne pas s'arrêter pour prendre la jeune fille qui fait du stop. Mais elle frappe à sa fenêtre, et lui dit qu'elle le reconnaît: c'est le père de Scott. Touché par le fait qu'elle connaissait son fils, il la laisse monter. L'adolescente (Claire) lui demande de s'arrêter dans un restaurant: elle doit aller vomir aux toilettes. Lorsqu'elle remonte en voiture, Cal comprend vite que quelque chose ne va pas.

Critique:
Après avoir tant aimé «Mauvais pas» (le premier roman de Linwood Barclay), il m'a été difficile de revenir à ses policiers plus classiques. Bien sûr, l'idée avec laquelle il accroche le lecteur est bonne. D'abord, j'ai trouvé l'ambiance très bien rendue dans les premiers chapitres: il fait nuit, il pleut, l'atmosphère est à la fois inquiétante et feutrée. De plus, l'auteur pose très vite les choses. Entre ce père dévasté et cette histoire d'autostop qui tourne bizarrement, le lecteur a envie d'en savoir plus. N'oublions pas les chapitres où Cal n'est pas le narrateur, et que pendant longtemps, j'ai eu du mal à raccrocher à l'histoire principale. Tous les ingrédients sont réunis pour faire un bon thriller.

Cependant, comme dans plusieurs de ses romans, Linwood Barclay traîne. C'est dommage, car l'histoire est intéressante et ses personnages profondément humains (que ce soit dans le bon ou le mauvais sens). De plus, il a toujours l'art de créer de bons rebondissements. Ils viennent un peu tard, mais ils sont bons. Ici, l'un d'eux m'a tout de même paru un peu gros. Je parle de ce qui fait que Cal peut, finalement, retrouver Claire.

Cal et Donna sont en deuil de leur fils, et chacun le gère comme il le peut. Souvent, dans les romans, le couple en deuil ne parvient pas à se comprendre, à accepter les réactions de l'autre. Ici, s'il y a parfois des reproches, ce n'est jamais acrimonieux ou égoïstes. Cal et Donna ne tentent pas de s'accuser l'un l'autre de tous les maux, ils ne sont pas mesquins l'un envers l'autre. L'auteur brosse un beau portrait de ce couple pour lequel le lecteur éprouvera de la compassion.

Les adolescents du roman échappent aux clichés rencontrés dans trop d'ouvrages. Ils ont leurs failles, mais ne sont pas centrés sur eux-mêmes. Peut-être auraient-ils dû...

Au début, le romancier laisse trop d'indices quant à Scott. J'ai tout de suite su que sa mort n'était pas due à l'extasy. L'auteur a quand même su me surprendre. Je pense qu'il a balisé une piste à dessein. Mais cela fait que j'ai du mal à raccrocher le tout début (ce qu'il y a avant le chapitre 1) au reste.

De bonnes idées, des personnages attachants, mais certaines ficelles un peu grosses et du remplissage.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Mark Zeisler pour les éditions Recorded Books.
Dans ce roman, le comédien a pu donner un plus grand aperçu de son talent que dans «Lone wolf», où il ne lisait qu'une partie. Il fait partie de ceux qui parviennent à modifier leur voix pour certains personnages sans trop en faire. En outre, il met toujours le ton approprié.

Acheter « A tap on the window » en anglais sur Amazon