jeudi, 16 janvier 2020

L'année du lion, de Deon Meyer.

L'ouvrage:
Un jour, la fièvre s'est abattue sur le monde, et a décimé une grande partie de la population. Les survivants ont tenté de recréer un peu de civilisation. Nous suivons Willem Storm et son fils, Nico. Willem fonde la communauté d'Amanzi, et fait de son mieux pour en faire un havre de paix, d'entraide, et d'abondance.

Critique:
Après avoir fini «En vrille», je me suis trouvée désemparée de ne plus avoir de romans policiers de Deon Meyer à découvrir. Je souhaitais lire «L'année du lion», mais le fait qu'on n'y retrouve ni Benny, ni Lemmer, ni Mat Joubert m'empêchait de sauter le pas. En plus, c'est un récit post-apocalyptique, et malheureusement, beaucoup d'écrivains ont galvaudé le genre. J'ai fini par m'imposer cette lecture, et heureusement que je l'ai fait. Ce roman m'a tout de suite happée, je ne me suis pas ennuyée, et... je l'ai trouvé trop court (je rappelle qu'il dure 19h27).

Dès le départ, Nico, le narrateur, nous apprend quelque chose qui n'arrive que vers la fin du livre. Tout au long du récit, il revient sur ce fait, car c'est ce qui a déclenché son besoin d'écrire tout ce qui lui est arrivé après la fièvre. En général, quand un élément clé est dévoilé bien avant qu'il ne se passe, je fustige l'auteur. Ici, je préfère qu'il en ait été ainsi, car l'élément révélé est de ceux dont le lecteur souhaite qu'il ne se produise pas. Sachant qu'il aura lieu, il a le temps de se préparer psychologiquement. Cela n'a pas atténué mon envie que cet événement ne se produise pas, mais au moins, il ne m'est pas tombé dessus par surprise.

À travers les actes et les réactions de ses personnages, à travers ce que certains (surtout Domingo) disent à Nico, l'auteur analyse les façons de penser de l'homme. Deux «courants» (si j'ose dire) s'opposent: ce que croit Willem et ce que pense Domingo. Je suis moins tranchée qu'eux. Je pense que beaucoup d'hommes sont comme l'imagine Domingo, mais que certains (il aurait fallu que seuls ceux-là survivent) sont comme le souhaite Willem. Willem lui-même est ainsi, donc d'autres le sont. Bien sûr, la majorité des hommes est telle que l'imagine Domingo, c'est ce qui a rendu possible toutes les atrocités dont l'homme est coupable. Les événements racontés ici montrent bien que ces deux «courants» de pensée rivaliseraient si quelque chose comme la fièvre venait à anéantir 90% de la population. Tout ce qui est décrit est très réaliste. Domingo a beau penser pis que pendre de ses semblables, il tente de préserver ceux qui auraient une chance de sauver (moralement) l'humanité. Je pense que j'aurais ce genre d'attitude.

Parmi ceux qui s'illustrent, il y a le pasteur. Je n'ai pas du tout aimé ce personnage. Je m'en méfiais avant qu'il commence à faire son numéro. Il utilisait la religion pour endoctriner des gens qui, par sa faute, ne voyaient pas que Willem faisait toujours au mieux dans l'intérêt de tous.

Le roman varie les points de vue grâce aux discussions que Nico a avec d'autres, et au projet de l'histoire de la colonie qui fait que Willem (et plus tard Sophia) recueilleront les pensées de plusieurs habitants d'Amanzi. Il est intéressant d'avoir le sentiment des personnages principaux sur ce qui arrive. Une chose m'a même fait rire: le fait que Willem demande à certains de donner la chose du monde d'avant qui leur manque le moins. Je suis bien d'accord avec ce qu'ont répondu les interrogés: tout ce qu'ils ont dit ne me manquerait pas du tout.

Le fait que Sophia recueille certains récits est également une indication sur la manière dont va se terminer le roman. Là encore, je suis reconnaissante à l'auteur de l'avoir fait savoir bien avant qu'une autre éventualité ne se présente. En effet, cette possibilité me répugnait, et grâce au fait que Sophia soit la transcriptrice de certains récits et pensées d'habitants d'Amanzi, j'ai rapidement su qu'elle ne se concrétiserait pas. J'aurais même voulu que Nico rejette totalement le personnage qui est à l'origine de cela, personnage que j'appellerai X. D'ailleurs, il y a une minuscule incohérence quant à ce dont X est responsable. On peut l'expliquer par la bêtise humaine qui a sûrement fait que certains, sûrs d'eux et sans scrupules, ont effrayé quelqu'un avant de lui exposer la raison de leur venue, ce qui tendrait à prouver que ces hommes et X (qui leur a demandé d'agir) n'ont pas appris l'humilité et le respect de l'autre. En outre, il y aurait eu un moyen de faire les choses sans casse: au lieu d'une opération de démonstration de puissance, X aurait pu tout simplement contacter par radio l'autre personnage. Donc, ce que j'appelle une incohérence est plutôt une façon irréfléchie d'agir de la part de X et de ses sbires. Vous aurez sûrement compris que je n'aime pas du tout X, et que je ne lui trouve aucune excuse quant à ce qu'elle fait après la fièvre. Pour ce qui est de son attitude avant, je ne sais pas quoi penser. Qu'aurais-je fait à sa place? On me dira que je pourrais également me demander ce que j'aurais fait après au lieu de faire pleuvoir mes reproches sur X. Je ne sais pas ce que j'aurais fait, mais en tout cas, à l'inverse de X, je n'aurais pas fait quelque chose qui aurait mis une personne que je prétends aimer en danger! J'aurais voulu que X souffre beaucoup après son méfait.

Au long de ses mémoires, Nico fait une sorte d'examen de conscience. L'auteur analyse très bien les sentiments et les émotions du narrateur. Cela fait que j'ai à la fois blâmé et plaint ce dernier.

Avant de taper cette chronique, j'ai regardé les avis des lecteurs sur Audible.fr. Certains sont d'accord avec moi: on est très vite immergé dans l'histoire, tout est réaliste, et surtout, il faudrait une suite. Une personne a dit qu'il y avait trop de récits inutiles de batailles. En général, j'adhère à ce point de vue, mais ici, ces récits ne m'ont pas dérangée. Je ne les ai pas trouvés si longs. Pour moi, ils s'insèrent très bien dans l'intrigue.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Éric Herson-Macarel pour les éditions Sixtrid.

Comme d'habitude, la lecture du comédien est fluide et naturelle. Il n'est ni trop sobre ni cabotin. Il rend parfaitement les émotions des personnages. Parmi les avis des lecteurs sur Audible.fr, certains considèrent, comme moi, qu'Éric Herson-Macarel est un grand comédien. D'autres déplorent qu'il ne varie pas sa voix en fonction des personnages. Moi qui ai une horreur absolue de cela (sauf dans de très rares cas) je le remercie plutôt de ne jamais faire cela: pour moi, c'est du cabotinage, et c'est affreux.
Personne n'étant parfait, et mon esprit pinailleur n'étant jamais hors service, j'ai remarqué qu'Éric Herson-Macarel ne prononçait pas bien le prénom Lizzie. Il dit (comme beaucoup) Lidzie, alors qu'on doit le prononcer sans faire entendre de «d». Heureusement pour mon esprit pinailleur et râleur, ce prénom n'apparaît que deux ou trois fois dans le livre.

Partage

27 lectures

samedi, 20 juillet 2019

Le problème à trois corps, de Liu Cixin.

Le problème à trois corps

L'ouvrage:
Chine, 1969. Après avoir été accusée d'avoir trahi son pays, Ye Wenjie est emmenée à Côte rouge, un complexe militaro-industriel où on fait des recherches scientifiques. Elle devra y travailler.

Trente-huit ans plus tard. Wang Miao, chercheur en nanotechnologie, se rend compte que sur des photographies qu'il a prises, de curieux chiffres sont inscrits.

Critique:
Ce roman ne m'a pas plu. La situation d'Ye Wenjie m'a intéressée, puis l'étrange découverte de Wang Miao m'a interpellée. Cependant, entre ces deux scènes (chapitres 2 et 3, puis chapitre 6), je me suis ennuyée. Ensuite, si le sort de ces deux personnages m'intéressait toujours, tout ce qui l'accompagnait me laissait froide. À mesure qu'on avance dans le roman, on retrouve un thème qui a souvent été utilisé (notamment par Serge Brussolo ou Pierre Bordage), mais ce n'est pas ce qui m'a ennuyée, car ce n'est pas parce qu'un sujet est réutilisé qu'il ne l'est pas à bon escient. J'ai d'ailleurs pensé que l'auteur décrivait des réactions plausibles concernant ce thème. (Je ne dirai pas ce que c'est pour ne pas trop en révéler)

Il y a également une idée qui devient de plus en plus courante, celle qui consiste à dire (en le prouvant) que l'homme est responsable de la dégradation de la planète, et n'a cure des autres espèces qui la peuplent. Les exemples donnés m'ont paru bien choisis. Je ne sais pas si cela m'aurait poussée à prendre la même décision qu'Ye Wenjie. Je suis incapable de dire ce que j'aurais fait à sa place...

Entre ces faits qui ont retenu mon attention, il y a de la science physique, de la politique, des stratégies de combat et d'assujettissement... Tout cela m'a agacée.

Wang Miao et d'autres jouent à un jeu en ligne appelé Les trois corps. Si certains aspects du jeu ont retenu mon attention (comme le système des ères régulières et chaotiques), j'ai trouvé que globalement, cela traînait.

Enfin, les personnages que j'appréciais finissent par faire des choses qui ne m'ont pas plu.

Service presse des éditions Audiolib.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Vincent Schmitt.
J'ai apprécié le jeu du comédien, mais je me rends compte que je n'ai pas grand-chose à en dire. Je pense que je m'ennuyais tellement que j'y ai fait moins attention. En tout cas, il n'a pas surjoué (je l'aurais remarqué) que ce soit pour ce qui est des sentiments des personnages ou quant au fait de modifier sa voix pour les protagonistes féminins.

Pour information, la structure du livre n'est pas respectée: certains chapitres sont coupés en deux ou trois pistes.

Acheter « Le problème à trois corps » sur Amazon
Acheter « Le problème à trois corps » en audio sur Amazon ou en téléchargement audio (Audible.fr)

Partage

164 lectures

jeudi, 11 avril 2019

La boîte de Pandore, de Bernard Werber.

La boîte de Pandore

L'ouvrage:
2020. Un soir, René Toledano, trente-deux ans, professeur d'histoire en lycée, se rend, avec une amie (professeur de SVT dans le même lycée) à une soirée concernant l'hypnose. Opale, celle qui dirige les opérations, choisit René pour une expérience d'hypnose régressive. Il assiste à un épisode de l'une de ses vies antérieures, et en ressort choqué.
Le lendemain, il retourne voir Opale afin qu'elle lui montre une autre de ses vies antérieures pour tempérer le traumatisme subi.

Critique:
Après avoir beaucoup aimé la trilogie des fourmis (sauf les humains du tome 3) et le diptyque mettant en scène Lucrèce Nemrod et Isidore Katzenberg, j'ai été assez déçue par Bernard Werber. Pourtant, j'ai voulu tenter ce roman. J'ai surtout aimé les idées autour de l'intrigue: ce qui est dit sur la mémoire, le fait de pouvoir influencer un esprit, etc. Cela fait un moment que je me demande si nous avons des vies antérieures, et s'il nous est possible d'y accéder. L'expérience de René m'a donc beaucoup intéressée. Néanmoins, je ne sais toujours pas si ce qu'il vit est possible. Jusqu'où l'auteur s'est-il documenté? Qu'a-t-il imaginé? D'autre part, j'ai trouvé peu crédible qu'après avoir été guidé seulement trois fois par Opale, René parvienne à s'auto-hypnotiser, et à faire seul tout le chemin indiqué par la jeune femme. Autre chose m'a fait tiquer, comme d'habitude lorsque je rencontre un auteur qui imagine que tous ses lecteurs peuvent se servir de leurs yeux. Selon le déroulé indiqué ici, l'hypnotisé visualise un escalier, un couloir, une porte, puis derrière cette porte, celles (numérotées) de ses vies antérieures. Il doit ouvrir celle dont le numéro s'éclaire. Je ne sais pas si les personnes aveugles n'ayant jamais vu peuvent s'imaginer l'escalier et le couloir, mais je sais que j'aurais du mal. Néanmoins, cela doit être possible. Cependant, qu'en est-il de la porte dont le numéro s'éclaire?

Au long du roman, René s'attache à détromper les gens quant aux mensonges de l'histoire. Je ne suis absolument pas férue d'histoire, mais j'ai été surprise de constater que je savais certaines choses expliquées par le personnage. Si moi, qui suis très loin d'être aussi calée que les historiens, connaissais ces éléments, je me dis que d'autres en savaient encore plus que moi, et que pour beaucoup de lecteurs, les révélations de Bernard Werber n'en sont pas.

Au départ, je n'ai pas trop aimé ce que découvre René quant à sa première vie. Ensuite, l'auteur a su orienter les choses de manière à ce que cela m'agace moins. J'ai même fait un parallèle avec «Le jour des fourmis», lorsque cent-troisième (si je me souviens bien de son nom) regarde la télévision pour tenter de comprendre les «doigts». Après son expérience, elle parle des côtés négatifs de notre civilisation, puis elle glisse vers les côtés positifs, et si son exposé commence mal, elle reconnaît que les côtés positifs sont importants. Ici, c'est un peu la même chose: notre civilisation est comparée à celle de la première vie de René (il s'appelait Geb), et nous semblons avoir tous les défauts du monde, alors que ceux qui vivaient au temps de Geb paraissent parfaits en tous points. À mesure que le livre avance, Geb se rend compte des failles de sa civilisation.

C'est le premier livre que je lis où l'auteur donne la solution d'un tour de magie. Je connais donc au moins un tour que je pourrai faire à quelqu'un. Bien sûr, il faudra que ceux à qui je m'attaquerai n'aient pas lu ce roman. ;-)

Je n'ai pas vraiment adhéré à l'intrigue. Je ne vais rien en dire, car je m'aperçois que je dévoilerais trop de choses si je le faisais. Je ne regrette cependant pas ma lecture parce que tout ce qui a trait à la mémoire, à l'hypnose, et à la manière dont peut réagir notre esprit, m'a plu.

Service presse des éditions Audiolib.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Aurélien Ringelheim.

J'apprécie beaucoup le jeu de ce comédien qu'à mon avis, on entend trop peu. Ici, il n'a pas démérité. Sans modifier sa voix à outrance, il entre très bien dans la peau des divers personnages. Son ton est toujours adéquat.

Pour information, la structure du livre a été respectée. J'ai été ravie de le constater, et cela m'a beaucoup étonnée. En effet, les éditions Audiolib sont attachées aux pistes d'environ un quart d'heure, et n'hésitent pas à couper des chapitres qu'elles jugent trop longs en plusieurs pistes, mais aussi à rassembler, sur une piste, des chapitres jugés trop courts. Dans «La boîte de Pandore», certains chapitres sont très courts. Heureusement, l'éditeur audio n'a pas fait subir à ce roman ce à quoi a eu droit (par exemple) «Nous», de David Nichols. Je suis vraiment contente de ce progrès!!! Pourvu qu'il s'étende aux chapitres durant plus d'un quart d'heure!!!

Acheter « La boîte de Pandore » sur Amazon
Acheter « La boîte de Pandore » en audio sur Amazon ou en téléchargement audio (Audible.fr)

Partage

241 lectures

jeudi, 4 avril 2019

Le cycle de fondation, tome 1: Fondation, d'Isaac Asimov.

Fondation: Le Cycle de Fondation 1

L'ouvrage:
Gaal vient de finir ses études. Il va travailler sur la planète Trantor, sous l'égide du savant Hari Seldon. Le lendemain de son arrivée, Gaal est arrêté. Le but est de toucher Hari à travers lui: il travaille pour le savant, mais sur quoi exactement? Ignorant encore tout, le jeune homme se tait. Hari (qui avait prévu que les choses tourneraient ainsi) s'explique. Grâce à la psychohistoire, il a calculé que l'empire allait bientôt s'effondrer, et connaître trente mille ans de chaos. La solution, pour réduire ce chaos à mille ans, est de mener à bien le projet sur lequel Seldon travaille: le rassemblement de toutes les connaissances humaines dans une encyclopédie.

Critique:
J'entends parler d'Isaac Asimov depuis très longtemps, et je sais qu'il est très apprécié, surtout pour ses écrits mettant en scène des robots. J'ai donc voulu essayer «Fondation». Je ne lirai pas la suite. Pourtant, le tout début du roman m'a plu. Ensuite, j'ai trouvé qu'i ne s'agissait plus que de luttes politiques, de stratégies pour obtenir le pouvoir, etc. Cela m'a agacée, moi qui n'aime pas du tout ce genre de choses. De plus, dès qu'on change de partie, on avance de vingt ou trente ans. Cela fait qu'on ne peut pas vraiment s'attacher à des personnages. On en suit certains pendant une ou deux parties, mais ensuite, ils sont remplacés, et de toute façon, l'ensemble reste des stratégies politiques.

On est dans de la science-fiction, donc on utilise des brouilleurs d'ondes, des billets qui brillent tant qu'on se déplace vers l'endroit où on veut aller, des champs de force protecteurs, etc. Cela m'a plu, mais j'aurais aimé qu'il y ait davantage de choses de ce style. Je pense qu'il y en a dans les ouvrages d'Asimov mettant en scène des robots. Si le tome 1 de «Fondation» m'a refroidie, si je sais que je ne poursuivrai pas la lecture de la série, j'aimerais découvrir les romans d'Asimov où il y a des robots. C'est d'ailleurs de ceux-là que j'entends parler lorsqu'on évoque cet auteur devant moi. Combien de fois mon mari (dont j'ai appris hier qu'il n'avait pas lu «Fondation»), m'a-t-il récité les lois de la robotique? Ceci est donc un appel aux éditeurs de livres audio, car j'imagine qu'Audiolib va continuer «Fondation», et ne peut pas forcément s'attaquer à tout Asimov. Lequel va donc faire enregistrer les romans avec des robots?

Service presse des éditions Audiolib.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Stéphane Ronchewski.
Si j'ai été poussée par mon envie de découvrir Asimov, c'est surtout le nom du lecteur qui a fait que j'ai tenté ce roman. J'aime beaucoup ce comédien dont le jeu est toujours naturel, et qui, pour le coup, a su interpréter cette histoire sans exagérer. J'imagine un comédien qui aurait modifié sa voix pour chaque personnage, sachant qu'il y en a beaucoup... Stéphane Ronchewski modifie un peu sa voix pour le Commodore, et l'intonation qu'il adopte va très bien au protagoniste. Donc cette initiative m'a semblé bonne.
À un moment, l'auteur parle d'un personnage qui ne prononce pas les «r». Le comédien (sûrement après discussion avec l'éditeur) lui a fait un accent anglophone. Je trouve cela dommage. Certes, c'est un lord, mais on dit surtout qu'il ne prononce pas les «r». J'imagine bien que l'éditeur et le comédien ont craint qu'un discours sans aucun «r» soit laborieux pour le comédien et l'auditeur. Je le comprends, mais j'aurais préféré cela à un accent anglais. Heureusement, comme beaucoup de temps s'écoule entre chaque partie, on ne voit ce personnage que dans un chapitre (sur 48).

Pour information, la structure du livre n'est pas totalement respectée: quelques chapitres sont coupés en plusieurs pistes.

Acheter « Fondation: Le Cycle de Fondation 1 » sur Amazon
Acheter « Fondation: Le Cycle de Fondation 1 » en audio sur Amazon ou en téléchargement audio (Audible.fr)

Partage

279 lectures

lundi, 24 septembre 2018

Les derniers hommes, de Pierre Bordage.

Les derniers hommes

L'ouvrage:
Voilà plus d'un siècle que la Troisième Guerre mondiale a eu lieu. Elle a laissé la terre exsangue. Les survivants sont regroupés en plusieurs «peuples». Chacun contrôle une ressource spécifique. Solman, dix-sept ans, fait partie du peuple des aquariotes, ceux qui trouvent les rares points d'eau non pollués par un poison foudroyant. L'adolescent n'est pas parfaitement intégré, car il a le don de clairvoyance, il peut lire dans les âmes, et savoir qui ment, qui est fourbe, etc. Voilà pourquoi beaucoup se méfient de lui. Sa seule véritable amie est Raïma, la guérisseuse.
C'est dans ce climat qu'une étrange prophétie commence à se propager. On parle d'apocalypse. Certains refusent d'y croire. Solman sera précipité dans un tourbillon d'événements, et devra faire des choix.

Critique:
J'attendais peut-être trop de ce roman que je veux lire depuis plusieurs années. Il est de Pierre Bordage, dont j'ai adoré plusieurs livres, et le résumé m'attirait beaucoup. Après ma lecture, mon sentiment est mitigé.

J'ai apprécié la description des différents peuples devant faire face à la pénurie de ressources naturelles. L'intrigue se déroule au moins un siècle après la période dans laquelle nous sommes actuellement, et les hommes sont contraints à mener une existence s'apparentant plutôt à des temps bien plus reculés.

Ensuite, j'ai découvert le fonctionnement des peuples, et à travers les aquariotes, la soif de pouvoir des chefs. On retrouve un fonctionnement que, malheureusement, on ne connaît que trop. Il m'a semblé que l'auteur a voulu montrer que quelle que soit la situation, il y aurait toujours des hommes pour mal agir, et d'autres pour tenter de redresser les choses.

Solman est un personnage sympathique. J'ai parfois été déçue de ses choix et de ses actes, mais ceux-ci montrent simplement qu'il n'est ni parfait ni assoiffé de pouvoir. Je ne sais pas si, à sa place, j'aurais eu le courage de prendre certaines décisions. Je n'ai pas toujours apprécié son attitude envers Raïma, mais qu'aurais-je fait dans sa situation? Lorsqu'on l'oblige à prononcer un jugement, j'aurais souhaité qu'il dise autre chose que ce qu'il se résout à affirmer, mais il pensait au bien commun. Malgré certains défauts, on ne peut nier que Solman pense toujours à l'intérêt de ses semblables. Son comportement et les éléments auxquels il est confronté soulèvent des questions très intéressantes.

Je n'ai pas réussi à apprécier Kadija. Pourtant, elle finit par se laisser tenter par les plaisirs terrestres, comme manger, par exemple. Elle aussi démontre que les humains (même peut-être les haut placés) ne sont pas uniquement des monstres d'égoïsme envers leurs semblables et leur planète. La Terre et certains de ses habitants ont encore de bonnes choses à offrir à qui veut bien les prendre.
J'imagine que mon agacement pour Kadija vient de ce que presque dès son apparition, on a l'impression qu'elle est parfaite, qu'elle va mener le monde hors du marasme, qu'il faut vénérer le sol sur lequel elle daigne poser ses pieds... C'est l'attitude de Solman qui suggère cela, et c'est ce qui m'a le plus exaspérée chez lui.

Ma déception a grandi à mesure que l'intrigue avançait. La direction que prenait les choses m'a déplu. Ce n'est ni bâclé, ni incohérent, mais c'est seulement que la tournure des événements n'a pas été à mon goût.

Le roman est assez long, mais rien ne traîne. Même lorsque l'intrigue me déplaisait, je ne m'ennuyais pas, car l'auteur ne fait pas de remplissage.

Service presse des éditions Audible Studios, dont vous trouverez le catalogue sur le site Audible.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Jean-Christophe Lebert.

Jean-Christophe Lebert fait partie des comédiens dont le jeu me plaît beaucoup. Ici, il n'a pas démérité. Son interprétation subtile et dynamique est à l'image de celle des autres ouvrages que j'ai entendus enregistrés par lui. Il est parvenu à modifier sa voix pour certains personnages sans que cela soit affecté. Je pense surtout à Glenn (qui est un enfant) et à Wolf, mais il y en a d'autres.

Acheter « Les derniers hommes » sur Amazon ou en téléchargement audio (Audible.fr)

Partage

504 lectures

- page 1 de 15