Né d'aucune femme

L'ouvrage:
Gabriel est prêtre. Il sent sa fin proche. Alors, il veut raconter cette histoire qu'il porte en lui depuis quarante-quatre ans: celle de Rose.

Critique:
Ce roman m'a beaucoup plu. Sa première qualité est qu'il ne souffre d'aucun temps mort. J'ai deviné une chose assez rapidement, mais cela ne m'a pas gênée. De plus, ce que j'avais trouvé n'étais pas l'entière vérité. Du reste, cet événement arrive assez vite.
Plus tard, autre chose que je n'avais absolument pas deviné arrive. L'écrivain s'y est très bien pris, car rien n'est incohérent. Je pense que d'autres lecteurs trouveront cette pièce du puzzle, mais je suis contente d'avoir été assez immergée dans l'histoire pour ne pas y avoir pensé. En outre, cela m'a fait râler pendant un petit moment (heureusement, pas trop longtemps) après ce que je croyais être une incohérence.

Une chose me laisse perplexe parce que là, justement, il me semble qu'il y a une incohérence. Il aurait fallu que les circonstances d'un événement précis fussent davantage explicitées, mais aussi la raison pour laquelle tel élément est la preuve de telle chose. Bien sûr, on imagine comment cet élément peut être une preuve, et ce qu'on apprend à la fin explique une phrase du maître, phrase que j'avais gardée dans un coin de ma tête parce que je ne l'avais pas comprise sur le moment, tout en sachant très bien ce qu'elle voulait dire. Cependant, une autre phrase de Rose montre une incohérence... ou alors,il faudrait qu'une certaine chose se soit produite plusieurs fois... et il semblerait que cela n'ait pas été le cas...

J'aurais également aimé savoir comment vivent certains personnages après. Gabriel le suppose, et j'espère que sa supposition est juste, mais j'aurais aimé en avoir un aperçu.

Le romancier sait s'y prendre pour que le lecteur s'attache très vite à Rose. Elle éveille donc la compassion. J'ai admiré certains de ses actes, et surtout le courage dont elle fait toujours preuve. Bien sûr, il est un élément pour lequel elle aurait dû prendre son temps afin d'être sûre qu'un certain personnage en serait davantage touché, si j'ose le tourner ainsi.

J'ai commencé par désapprouver le père de Rose, et par être horrifiée de ce qu'il avait fait. J'ai même compris sa femme qui lui battait froid. Cependant, je ne pouvais m'empêcher de me demander ce que j'aurais fait à sa place. Je ne peux qu'espérer que je n'aurais pas agi comme lui. De plus, par la suite, il se rattrape... Je ne peux en dire davantage le concernant...

Service presse des éditions Audiolib.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Simon Duprez et Cachou Kirsch.

Je ne connaissais pas du tout Simon Duprez. J'ai apprécié sa lecture. À l'instar de comédiens dont j'aime le jeu, il a interprété les sentiment des personnages sans exagération. J'ai été étonnée que ce soit lui, et non Cachou Kirsch qui ait enregistré les chapitres intitulés «Elle» et qui sont du point de vue de la mère de Rose. À part cela, il lit ceux du point de vue des personnages masculins.

J'ai été ravie de retrouver Cachou Kirsch dont j'apprécie toujours autant la voix et le jeu. Ici, elle n'a pas démérité. Elle a enregistré les chapitres racontés par Rose.

Les deux comédiens ont fait un excellent travail, car je pense qu'il aurait été très facile de tomber dans le surjeu, et de larmoyer en lisant certains passages, ce qui aurait saccagé le travail de l'auteur.

Pour information, la structure du livre n'est pas respectée: certains chapitres sont coupés en deux ou trois pistes.

Acheter « Né d'aucune femme » sur Amazon
Acheter « Né d'aucune femme » en audio sur Amazon ou en téléchargement audio sur Amazon (Audible.fr)