Les grâciées

L'ouvrage:
1617, Vardø, nord du cercle polaire, Norvège. Une violente tempête décime les quarante hommes du village partis en mer. Les femmes sont désormais seules, et ne peuvent compter que sur elles-mêmes pour survivre. Kiersten finit par proposer qu'elles fassent le travail qu'accomplissaient les hommes, et se mettent à pêcher.
Maren Magnus-datter, vingt ans, a perdu son père, son frère, et son fiancé dans la tempête. Elle ne sait pas encore que ses priorités et ses perspectives vont bientôt changer.

Trois ans plus tard, Absalom Cornet arrive dans le petit village en tant que délégué du seigneur Cunningham. Les femmes ignorent qu'elle est son réel but. Sa femme fraîchement épousée, Ursa, semble perdue, et ne parvient pas à s'adapter. Lorsque Maren lui apporte des peaux de rennes qui serviront de couvertures, Ursa lui demande de l'aider à apprendre à faire du pain, et d'autres choses que doit savoir faire une femme au foyer.

Critique:
Dans une note en fin d'ouvrage, Kiran Millwood-Hargrave explique que son roman est inspiré de faits réels. Pour ma part, je connaissais (comme tout le monde) la chasse aux sorcières de Salem, mais je ne savais pas que d'autres chasses aux sorcières l'avaient précédée. Je suis rapidement entrée dans le roman, et j'ai très vite respiré au rythme des personnages principaux. L'écrivain montre bien comment, une chose en entraînant une autre, certaines femmes se sont retrouvées accusées de sorcellerie. En jouant sur la peur et les inimitiés, il est très facile de pousser quelqu'un à accuser son semblable. L'autrice mêle la petite histoire à la grande en présentant ses personnages, et en montrant comment la mesquinerie de certains en a précipité d'autres qui étaient tout simplement différents. Par exemple, Dina observe des rites qu'elle tient de son peuple, Kiersten a du caractère et est pragmatique... Ce roman m'a fait penser que ce genre de choses était, malheureusement, toujours possible. Certes, ce ne seraient pas des accusations de sorcellerie, mais le fait que certaines personnes, un peu «aidées» par une autorité, se mettent à dénoncer ceux qu'elles n'aiment pas. Les horreurs de l'histoire nous disent qu'il ne faut pas les reproduire, mais malheureusement, je ne peux jurer que notre société actuelle ne reproduirait pas celle-là.

Certains personnages ont du mal à se comprendre. La mère de Maren et Dina n'y parviennent pas. Dina est fière, et la mère de Maren s'enferme dans une espèce de tour d'ivoire, d'où elle semble prendre tout le monde de haut. De plus, elle a perdu ses repères, et n'a pas la force morale de se relever. De ce fait, elle s'en prend à ce qu'elle ne comprend pas, et trouve un certain réconfort à s'allier à ceux qui semblent défendre l'ordre et la paix. Ce personnage m'a déplu, mais son raisonnement ne part pas d'une quelconque méchanceté ou malveillance. D'ailleurs, à un moment, la pression est tellement forte que Maren elle-même doute. On connaît tous cette situation où on nous donne des arguments avec conviction, arguments repris par plusieurs. Au bout d'un moment, cela finit par faire douter. De ce fait, j'ai compris Maren. Heureusement, quelqu'un a remis les choses à leur place en lui expliquant que sous la torture, n'importe qui avouerait n'importe quoi.

Outre cela, Maren doit faire face à un autre bouleversement. C'est d'autant plus difficile qu'elle ne peut se confier à personne, et que ce qu'elle ressent est «interdit». Son évolution est intéressante, car elle aussi perd ses repères, et elle aussi tente d'agir au mieux.
L'évolution d'Ursa est tout aussi passionnante pour les mêmes raisons. Ce personnage est plus fort et plus avisé que ce qu'on pourrait penser au départ.

Je ne me suis pas ennuyée avec ce roman travaillé, abouti, glaçant, réaliste... Je n'ai pas aimé l'un des éléments de la toute fin, surtout que j'avais un argument à opposer à Maren, mais c'est cohérent et vraisemblable.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Lila Tamazit pour les éditions Lizzie.

Je connais peu cette comédienne. J'ai apprécié son jeu. Sans difficultés apparentes, elle interprète (sans excès) les différents personnages et leurs émotions. Son jeu est sans failles.

Acheter « Les grâciées » sur Amazon
Acheter « Les grâciées » en téléchargement audio sur Amazon (Audible.fr)