Fondation: Le Cycle de Fondation 1

L'ouvrage:
Gaal vient de finir ses études. Il va travailler sur la planète Trantor, sous l'égide du savant Hari Seldon. Le lendemain de son arrivée, Gaal est arrêté. Le but est de toucher Hari à travers lui: il travaille pour le savant, mais sur quoi exactement? Ignorant encore tout, le jeune homme se tait. Hari (qui avait prévu que les choses tourneraient ainsi) s'explique. Grâce à la psychohistoire, il a calculé que l'empire allait bientôt s'effondrer, et connaître trente mille ans de chaos. La solution, pour réduire ce chaos à mille ans, est de mener à bien le projet sur lequel Seldon travaille: le rassemblement de toutes les connaissances humaines dans une encyclopédie.

Critique:
J'entends parler d'Isaac Asimov depuis très longtemps, et je sais qu'il est très apprécié, surtout pour ses écrits mettant en scène des robots. J'ai donc voulu essayer «Fondation». Je ne lirai pas la suite. Pourtant, le tout début du roman m'a plu. Ensuite, j'ai trouvé qu'i ne s'agissait plus que de luttes politiques, de stratégies pour obtenir le pouvoir, etc. Cela m'a agacée, moi qui n'aime pas du tout ce genre de choses. De plus, dès qu'on change de partie, on avance de vingt ou trente ans. Cela fait qu'on ne peut pas vraiment s'attacher à des personnages. On en suit certains pendant une ou deux parties, mais ensuite, ils sont remplacés, et de toute façon, l'ensemble reste des stratégies politiques.

On est dans de la science-fiction, donc on utilise des brouilleurs d'ondes, des billets qui brillent tant qu'on se déplace vers l'endroit où on veut aller, des champs de force protecteurs, etc. Cela m'a plu, mais j'aurais aimé qu'il y ait davantage de choses de ce style. Je pense qu'il y en a dans les ouvrages d'Asimov mettant en scène des robots. Si le tome 1 de «Fondation» m'a refroidie, si je sais que je ne poursuivrai pas la lecture de la série, j'aimerais découvrir les romans d'Asimov où il y a des robots. C'est d'ailleurs de ceux-là que j'entends parler lorsqu'on évoque cet auteur devant moi. Combien de fois mon mari (dont j'ai appris hier qu'il n'avait pas lu «Fondation»), m'a-t-il récité les lois de la robotique? Ceci est donc un appel aux éditeurs de livres audio, car j'imagine qu'Audiolib va continuer «Fondation», et ne peut pas forcément s'attaquer à tout Asimov. Lequel va donc faire enregistrer les romans avec des robots?

Service presse des éditions Audiolib.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Stéphane Ronchewski.
Si j'ai été poussée par mon envie de découvrir Asimov, c'est surtout le nom du lecteur qui a fait que j'ai tenté ce roman. J'aime beaucoup ce comédien dont le jeu est toujours naturel, et qui, pour le coup, a su interpréter cette histoire sans exagérer. J'imagine un comédien qui aurait modifié sa voix pour chaque personnage, sachant qu'il y en a beaucoup... Stéphane Ronchewski modifie un peu sa voix pour le Commodore, et l'intonation qu'il adopte va très bien au protagoniste. Donc cette initiative m'a semblé bonne.
À un moment, l'auteur parle d'un personnage qui ne prononce pas les «r». Le comédien (sûrement après discussion avec l'éditeur) lui a fait un accent anglophone. Je trouve cela dommage. Certes, c'est un lord, mais on dit surtout qu'il ne prononce pas les «r». J'imagine bien que l'éditeur et le comédien ont craint qu'un discours sans aucun «r» soit laborieux pour le comédien et l'auditeur. Je le comprends, mais j'aurais préféré cela à un accent anglais. Heureusement, comme beaucoup de temps s'écoule entre chaque partie, on ne voit ce personnage que dans un chapitre (sur 48).

Pour information, la structure du livre n'est pas totalement respectée: quelques chapitres sont coupés en plusieurs pistes.

Acheter « Fondation: Le Cycle de Fondation 1 » sur Amazon
Acheter « Fondation: Le Cycle de Fondation 1 » en audio sur Amazon ou en téléchargement audio (Audible.fr)