Romans et documentaires humoristiques

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi, 9 septembre 2017

Pour un soir seulement: journal sexuel d'une ex petite moche, de Thomas Raphaël.

Pour un soir seulement: journal sexuel d'une ex petite moche

L'ouvrage:
Janvier 2014. Julie Haricot, trente-et-un ans, est célibataire. Le 1er janvier, elle connaît une expérience assez déplaisante avec un homme. Plus tard, elle apprend une nouvelle déstabilisante quant à sa santé. Elle change alors son statut sur les réseaux sociaux, et écrit qu'elle cherche des aventures sans lendemains.

Critique:
Ce roman est un peu dans l'esprit des «Bridget Jones». Julie y fait d'ailleurs allusion. Ayant apprécié les deux premiers tomes de la série ainsi que certains romans de Sophie Kinsella, ayant ri à l'écoute de l'extrait proposé sur Audible.fr, j'ai voulu tenter celui-là. Peut-être ne suis-je plus adepte du genre ou peut-être l'auteur a-t-il moins bien réussi. Toujours est-il que je n'ai pas beaucoup ri... Certaines choses m'ont même agacée... Par exemple, Julie règle ses comptes avec le passé, et écrit à des personnes qui la traumatisèrent alors qu'elle était enfant. Pourquoi pas? Mais pourquoi n'écrit-elle pas aussi de gentilles lettres à ceux qui furent de bonnes rencontres?

À partir du moment où la jeune femme se rend compte qu'elle est amoureuse, je n'ai pas aimé qu'elle tente de s'interdire cet amour, prétextant le départ imminent de celui qu'elle aime. D'abord, cette ficelle est remâchée. Ensuite, elle m'a toujours déplu. Il est plus sain d'en parler directement à l'intéressé, de tout mettre à plat. Bien sûr, ici, cela aurait retranché toutes les parties où la narratrice hésite, mais pour moi, cela n'aurait pas été si grave...

Certaines répliques se veulent drôles... elles ont eu l'effet inverse sur moi. Exemple: Julie est très excitée par les préliminaires que fait son partenaire. Elle dit en substance: «Toutes les parties de mon corps n'ayant pas encore été touchées se sont mises à crier comme le premier rang d'un concert de Johnny Halliday.»
C'est un peu pareil concernant des passages. Ils auraient dû me faire rire, mais cela n'a pas été le cas. Je pense surtout à l'expérience de cybersex à laquelle se prête notre héroïne.

J'ai trouvé dommage que beaucoup de personnages mettent en avant qu'une femme doit absolument être coquette et porter des jupes sexy plutôt que des pantalons confortables pour séduire un homme. Bien sûr, l'auteur rattrape cela, et il est vrai que cette pensée est partagée par beaucoup de monde dans la vraie vie.

Audrey est un peu trop facile à détester. On dirait qu'elle n'a pas de cerveau ou qu'il est constamment branché sur «Comment puis-je attirer un homme dans mes filets et dégommer toutes celles qui s'approcheront de lui à moins de trois mètres?» J'ai apprécié la vengeance de Julie à son égard.

J'ai quand même apprécié certaines choses. Par exemple, l'anecdote à répétition de l'érection «tonitruante» de Jérémy.
J'ai bien aimé les parents de Julie. Ils l'ont plongée dans des abîmes de perplexité, mais ils ne l'ont pas fait volontairement. Sa mère n'a pas très bien tenu son rôle, mais elle tente de se rattraper.

Ce qui arrive le 30 mai m'a bien fait rire, notamment la collaboration de Kiki, Caca, et Cucu.

Corail m'a plu. Elle est ouverte, et tente de composer avec sa mère (Grâce) qui semble ne pas tenir compte d'elle, qui pense tout savoir sur ce qui est bon pour elle... J'ai bien ri lorsque Corail jette Grâce hors de chez elle.

L'histoire d'amour principale est un peu rapide, mais c'est le propre du genre.

Un roman sympathique, mais qui contient des éléments poussifs.

Service presse des éditions Audible Studios, dont vous trouverez le catalogue sur le site Audible.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Marie-Eve Dufresne.

Je connais peu cette comédienne. J'ai apprécié son jeu. Elle n'avait pas la partie facile, notamment lors de la fameuse scène de cybersex où il ne fallait pas surjouer mais ne pas avoir l'air coincé non plus. Elle ne modifie pas exagérément sa voix pour les rôles masculins, ce qui m'a plu.
J'ai été un peu déçue qu'elle ne chante pas «Est-ce que tu viens pour les vacances?», mais l'éditeur audio aurait dû payer des droits pour l'utilisation de la chanson.

Pour information, la structure du livre n'a pas pu être respectée.

Acheter « Pour un soir seulement: journal sexuel d'une ex petite moche » en téléchargement audio sur Amazon
Acheter « Pour un soir seulement: journal sexuel d'une ex petite moche » sur Amazon

Partage

238 lectures

lundi, 28 août 2017

The antiques, de Kris d'Agostino.

The antiques

L'ouvrage:
Après la mort de George Westfall, ses deux aînés (Josef et Charlie) reviennent dans la maison de leur enfance. La famille se retrouve pendant quelques jours. Cela sera l'occasion pour ses membres de se dire certaines vérités, de prendre des risques stupides, et surtout, de rire ensemble.

Critique:
Ce livre est un coup de coeur. Kris d'Agostino parvient à se moquer de ses personnages, à en montrer les pires côtés, tout en les rendant attachants.
Josef est tellement obsédé par le sexe qu'il se rend compte qu'il est malade, et suit une thérapie de son plein gré. En général, les gens comme lui (tant dans la vie que dans les romans) m'agacent très vite. Ici, j'ai plutôt ri. Complètement accro, mais pas méchant, Josef éveille la compassion. Il se raccroche à l'espoir qu'il peut guérir. Il est bien le seul à y croire. Son obsession donne lieu à des situations amusantes, comme les échanges de textos entre Nora et lui. Parfois, il pense qu'il va revenir dans le droit chemin, et cinq secondes plus tard, il pense à n'importe quelle femme nue et à ce qu'il pourrait lui faire.

Armie est la caricature du perdant: son père ne manque aucune occasion de montrer qu'il ne l'aime pas, il ne peut pas subvenir à ses besoins, soupire pour une voisine et n'ose pas le lui dire... Il fera rire et agacera, mais il inspirera aussi la sympathie.

J'ai eu du mal à m'attacher à Charlie. C'est une mère déplorable, et cela fait moins rire que le reste parce qu'elle nuit à son fils. Elle ne cesse de répéter qu'elle l'aime, mais pour elle, cela se résume à dire oui à tout ce qu'il veut. Elle est la caricature du parent qui pense qu'il faut encourager son enfant quoi qu'il fasse. Bien sûr, là encore, il faut rire lorsqu'on voit jusqu'où va Charlie, mais cela ne m'a pas été facile. Comme l'histoire est plutôt une comédie, il n'arrive rien de mal (sauf au début): le petit monstre produit de l'éducation de Charlie ne tue personne, ne fait pas de mal au chien, etc, mais dans la vraie vie, cela ne se passerait pas ainsi.

Ces personnages, ayant des griefs les uns contre les autres, vont se retrouver. Cela donne un résultat explosif. Si les rancoeurs s'expriment, la plupart du temps, les situations sont plutôt cocasses. Par exemple, l'expédition improbable à Albany, ou Josef s'agenouillant devant son frère et le priant d'être son équipier.
Un autre personnage est source de rire. Pourtant, au départ, il était très agaçant. J'ai apprécié que Kris d'Agostino l'ait introduit dans son récit pour créer des situations et des répliques cocasses.

Je suis loin d'avoir dit tout ce qui, pour moi, fait l'intérêt de ce roman. Ses côtés délirants, les directions inattendues qu'il prend alors que tout semble balisé, tout nous indique que rien n'est figé, et que la pire des situations peut parfois se transformer en avantage. Je pense qu'un film adapté de ce roman serait très drôle.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Amy McFadden pour les éditions Tantor Media.
Amy McFadden avait fort à faire: il fallait rendre le cocasse des situations, modifier sa voix sans exagération pour les hommes et certaines femmes... elle a très bien fait tout cela. Par exemple, elle était obligée de faire une voix particulière à Melody, sinon, il aurait manqué quelque chose au personnage. Au long du roman, il aurait été très facile de tomber dans le surjeu. La comédienne l'a brillamment évité, se glissant habilement dans la peau de tous les personnages, et rendant parfaitement l'ambiance du livre.

Acheter « The antiques » en audio anglais sur Amazon

Partage

71 lectures

jeudi, 8 juin 2017

Parler ne fait pas cuire le riz, de Cécile Krüg.

Parler ne fait pas cuire le riz

L'ouvrage:
Jeanne n'est pas bien dans sa peau, dans sa vie. Sa sœur, Justine, lui propose de lui payer un séjour dans un coin retiré du monde où elle pourra se retrouver, se ressourcer... en jeûnant. Jeanne n'est pas enthousiaste, mais finit par se laisser convaincre.

Critique:
À la lecture du résumé, j'ai pensé qu'un livre drôle et léger était exactement ce qu'il me fallait en cette période de fin d'année scolaire. Apparemment, je deviens difficile concernant les livres légers, car celui-là ne m'a pas conquise. Certaines choses se voulaient drôles: je les ai trouvées lourdes. Par exemple, lorsque Jeanne est cachée dans une chambre et reçoit des chaussettes sales sur la figure et tout ce qui arrive avant.
Lorsque la narratrice et Gustave sont en conflit, on est censé rire (de leurs joutes verbales, par exemple)... J'ai aussi trouvé que Jeanne avait des remarques très superficielles, comme si elle avait douze ans, notamment toute la partie sur ses poils épilés au laser.
Peut-être Cécile Krüg a-t-elle moins l'art de la mise en scène que (par exemple) Cassandra O'Donnell...
Je ne terminerai pas cette liste d'exemples sans indiquer ce qui m'a choquée. C'est la scène où Jeanne jette le chat en pâture au chien de la voisine. J'ai bien conscience qu'il se veut cocasse, et en plus, l'auteur fait en sorte que le chat en réchappe, mais cette scène-là n'est pas passée.

Je comprends que Jeanne soit dans l'auto-dénigrement, et que, de ce fait, elle choisisse le pire pour elle-même, mais j'ai eu du mal à comprendre comment elle pouvait être aux pieds de Maxime... Le roman nous montre l'évolution de l'héroïne: elle découvre certaines choses quant à sa manière de fonctionner. Je sais que lorsqu'on s'obstine à être dans l'erreur à propos de soi-même, il faut une véritable remise en question pour voir les failles. L'attitude de Jeanne est donc bien expliquée. J'ai beau le savoir, je trouve que Maxime était trop caricatural. On me dira que des salauds pareils et des femmes assez désespérées pour être accro à eux, ça existe... Soit, mais alors, il aurait peut-être fallu que la sœur de Jeanne (soi-disant de son côté) la soutienne davantage au lieu de gober tout rond les âneries débitées par leur mère (qui, en plus, fait exprès de ne rien comprendre). L'auteur n'est pas dans l'erreur quant à ces comportements, mais peut-être a-t-elle trop mêlé le très sérieux au très léger...

J'ai trouvé d'autres choses caricaturales, comme ce que disent Myriam et Jean-Pierre sur le jeûne... Je sais que cela fait partie d'une philosophie de vie, mais ils ont l'air d'être illuminés. Je ne donne pas d'autres exemples, mais d'autres choses m'ont paru clichées. D'une manière générale, il m'a semblé que l'auteur en faisait trop.

Certaines choses m'ont quand même fait rire. Par exemple, avant de jeûner, Jeanne doit se préparer. Pour ce faire, elle ne mange que des yaourts et de la soupe. Avant même que ce régime-là ne soit fini, elle a tellement faim qu'elle bave devant des publicités pour croquettes pour chiens. J'ai aussi ri lors du Scrabble de mots inventés, et en quelques autres occasions.

Service presse des éditions Audible Studio, dont vous trouverez le catalogue sur le site Audible.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Élodie Huber.
Avec cette lecture, Élodie Huber confirme qu'elle peut lire de tout. Je la connaissais surtout dans le policier, le roman psychologique. J'ai beaucoup aimé son interprétation vivante (mais sans surjeu) de ce roman. Je pense que cela n'a pas dû être facile pour elle, et que beaucoup de comédiennes auraient surjoué.
Je regrette que la comédienne (ou le studio, au montage) ait fait certains blancs assez importants (malvenus, à mon avis), par exemple pendant des dialogues...

Pour information: la structure du livre n'a pas pu être respectée.

Acheter « Parler ne fait pas cuire le riz » en téléchargement audio sur Amazon
Acheter « Parler ne fait pas cuire le riz » sur Amazon

Partage

236 lectures

lundi, 22 mai 2017

Dear girls above me, de Charlie McDowell.

Dear girls above me

L'ouvrage:
Charlie entend tout ce que disent et font ses voisines du dessus, Claire et Cathy, un peu plus de la vingtaine. Cela l'agace. Cependant, il ne peut pas y faire grand-chose. Étrangement, elles n'entendent rien de ce qui se passe chez lui: il leur a déjà hurlé de faire moins de bruit, et elles n'ont pas bronché. Ne pouvant les faire taire, il se met à les écouter. Il se désole tant de la stupidité de la plupart de leurs remarques, qu'il a l'idée d'en faire profiter les gens en les publiant sur Twitter et en les commentant.

Critique:
Ce livre serait basé sur une histoire vraie. Charlie McDowell a un blog où sont publiés les commentaires de ses voisines avec ses réponses. Je ne sais pas s'il a inventé ces jeunes filles ou si ce sont réellement ses voisines, mais ça n'a pas d'importance. Ce qui compte, c'est que ce livre m'a plusieurs fois fait éclater de rire. Il y a les remarques de Claire et Cathy, mais également des scènes amusantes. Par exemple, l'inaptitude chronique des deux jeunes femmes à reconnaître Charlie. Pour parler d'une scène drôle en particulier, il y a celle du jeu du texto dans lequel Charlie se laisse entraîner dès sa première visite à ses «chères voisines». Quelqu'un choisit une phrase que le joueur doit envoyer par SMS. Ensuite, le joueur parcourt sa liste de contacts, et s'arrête lorsque la personne qui a choisi la phrase dit «stop». Je vous laisse imaginer ce que cela donne... Ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres. Que dire de ce que j'appelle «la guerre de l'eau», du mémorable épisode de la préparation d'un plat en simultané, etc?

L'humour est parfois lourd. Par exemple, le fait que Charlie soit obligé de hurler d'une voix suraiguë pour s'adresser à son chien (Marvin) et l'explication qu'il donne à cela. En audio, c'est quand même drôle, parce que le lecteur est obligé de prendre cette voix suraiguë. Kirby Heyborne s'en tire très bien.
De plus, certaines remarques des filles sont tellement stupides (tout comme leur compréhension des chansons qu'elles écoutent) qu'on a du mal à croire en leur réalisme. C'est contrebalancé par les fous rires qu'elles occasionnent.
Charlie exagère lorsqu'il énonce avec certitude des clichés sur les filles en se basant sur ses voisines, mais juste après, son attitude illustre un cliché sur les hommes, voire un cliché sur les filles. ;-)
Il faut prendre ce livre pour ce qu'il est: une bonne partie de rire! Je ne pense pas que l'auteur souhaite offenser qui que ce soit, il veut faire rire. D'ailleurs, il se moque beaucoup de lui-même dans ces pages, et nous invite à en faire autant.

Sous le rire, se cache quelque chose de plus grave. Charlie ne s'en aperçoit qu'à la fin, mais entendre les conversations de ses voisines influence son comportement. Il va cesser de stagner, va évoluer, se remettre en question sur certains points...

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Kirby Heyborne pour les éditions Random house audio.
Je pense qu'il vaut mieux écouter ce texte, pas seulement pour la voix suraiguë que doit prendre le lecteur lorsque Charlie s'adresse à Marvin. Parfois, il y a des comiques de répétition qui passent bien mieux en audio, à mon avis. Par exemple, lorsque Charlie explique que les filles ont «the best idea everrrrrr!» toutes les heures. Cela n'a pas dû être simple à lire à voix haute, car il y a d'autres effets, certaines façons de parler... Kirby Heyborne s'en tire très bien. C'est un lecteur que j'apprécie, et je n'ai pas été déçue par sa prestation.

Partage

194 lectures

lundi, 30 janvier 2017

Re-Vive l'empereur!, de Romain Puértolas.

Re-vive l'empereur

L'ouvrage:
Un pêcheur norvégien attrape deux corps pris dans les glaces: celui de Napoléon Bonaparte et de son cheval, le Vizir. Les glaces les ont conservés vivants. La première surprise passée, le pêcheur alerte des experts de Napoléon. L'un d'eux, le professeur Bartoli vient chercher l'empereur pour l'amener en Corse, afin qu'il y prenne sa retraite. Cependant, Napoléon entend parler du terrorisme. Il se dit qu'il est de son devoir d'aider la France à lutter contre ce fléau.

Critique:
Je n'ai pas aimé (je n'ai pas pu le finir) «L'extraordinaire voyage du fakir (...)» et n'ai pas voulu tenter «La petite fille (...)». J'ai voulu essayer ce roman parce que j'aime beaucoup le lecteur qui l'a enregistré, et parce que le style de scénario m'a rappelé «Il est de retour», de Timur Vermes. En effet, on retrouve le décalage: un homme découvre une époque totalement différente de la sienne. Napoléon s'adapte assez bien, et évidemment, certains quiproquos dus à ce décalage font sourire. Par exemple, l'empereur ne comprend pas comment sa Ferrari peut contenir plusieurs chevaux dans son moteur... Il appelle le Coca Light le champagne noir, etc. Ceci n'est qu'une infime partie des drôleries du roman. Certaines choses sont parfois un peu lourdes (comme la répétition d'une espèce de sentence qui veut que les fous ne comprennent pas les blagues), mais cela ne m'a pas trop gênée, car globalement, le livre m'a plu. En outre, le pari n'était pas facile à relever. Cela aurait pu devenir du grand n'importe quoi.

Dans ce roman, l'auteur aborde la question du terrorisme. Thème assez délicat. Pour moi, il s'en tire bien. Il rappelle diverses atrocités humaines commises. Napoléon lui-même se souvient de massacres qu'il perpétra en se disant qu'ils étaient nécessaires au bien commun, et décide d'aborder les choses sous un autre angle, allant plus loin dans le raisonnement, pensant différemment. Chacun appréciera ou non le plan imaginé par notre héros pour débarrasser le monde du terrorisme. S'il paraît gros à certains, il ne faut pas oublier que ce roman est avant tout drôle.
L'auteur montre aussi les différents points de vue de gens qui sont un peu perdus, et ne savent plus à quel saint se vouer, se demandent pour qui ils vont voter, et en viennent à envisager des extrêmes pour que les choses bougent. Je pense que l'auteur évoque assez bien tout cela: les interrogations des gens, les différentes façons de voir de tous, etc.

On s'attache aux personnages, et on s'identifie facilement à eux.

Je suis contente d'avoir redonné une chance à l'auteur, car ce roman m'a fait rire tout en me faisant réfléchir.

Éditeur: Le Dilettante.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Yves Vanmeenen pour la Ligue Braille.

Acheter « Re-vive l'empereur » sur Amazon

Partage

315 lectures

- page 1 de 13