samedi, 8 juillet 2017

La passe-miroir, tome 3: La mémoire de Babel, de Christelle Dabos.

La Passe-Miroir, Livre 3 : La mémoire de Babel

L'ouvrage:
Voilà deux ans et sept mois qu'Ophélie est retournée sur Anima. Elle voudrait poursuivre sa quête, mais est étroitement surveillée par les doyennes. Heureusement, l'arrivée d'Archibald va lui offrir une porte de sortie.
Grâce à des indices patiemment collectés, elle se tourne vers l'arche de Babel. C'est peut-être là qu'elle trouvera ce qu'elle cherche.

Critique:
Encore une fois, cela a été un bonheur de me plonger dans la suite des aventures d'Ophélie. Je retrouve la plume alerte, le vocabulaire et la syntaxe relevés (sans que cela soit ampoulé), la fluidité de l'écriture de Christelle Dabos.

Ici, elle nous présente l'arche de Babel, l'une des vingt-et-une arches composant le monde. On découvre donc d'autres façons de faire certaines choses. Par exemple, le tramoiseau, le transcendius, le tac-si, etc. Ophélie se présentera à un concours pour devenir virtuose. La romancière expose donc ce qu'est un virtuose sur Babel, comment on le devient, etc. Donc, là encore, on est totalement immergé dans un univers.

Les personnages restent creusés. On retrouve les particularités de certains, mais ils évoluent. Par exemple, Archibald reste primesautier, mais il semble avoir mûri. Son but est honorable. De plus, il sent bien que Victoire a besoin d'autre chose, et tente de le lui offrir un peu.

Ophélie reste la même, mais elle aussi évolue. Elle est forcée de regarder en elle-même, de s'avouer certaines choses... Sa légendaire maladresse est quelque peu détrônée par celle de Blasius, qui est plus malchanceux que maladroit, et qui provoque des catastrophes dont certaines sont amusantes. Par exemple, la première fois qu'il rencontre Ophélie, maladresse et malchance se réunissent pour provoquer une spectaculaire chute de livres.

Victoire est sympathique. On a un peu de mal à la cerner, ou plutôt à comprendre comment elle a eu cet étrange pouvoir qu'elle ne maîtrise pas tout à fait, et pourquoi elle est souvent incapable de communiquer.

J'ai bien aimé Octavio qui se débat entre ce qui est et sa conscience...
Les personnages de Christelle Dabos (qu'on les apprécie ou pas) sont empreints de charisme.

Comme pour le tome 2, j'étais trop absorbée par l'histoire et l'univers décrit pour chercher qui épouvantait les gens. La solution ne fait que soulever des questions.
Comme d'habitude, l'épaisseur du livre ne donne pas lieu au remplissage. La fin appelle bien sûr la suite. L'auteur donne certaines pistes qui font qu'on se demande où elles mènent. Heureusement, car si on pensait avoir tout élucidé, il y aurait du souci à se faire.

Je mettrai un petit bémol qui n'en est pas vraiment un, puisque c'est totalement subjectif. Babel, c'est un tournant, un endroit où se rencontrent langues et cultures. La romancière a voulu reproduire cette idée sur son arche. De ce fait, certains émaillent leurs dires d'anglais («well», «really»...), d'autres d'italien («signorina»)... J'ai compris l'idée, mais j'ai été déçue. D'abord parce que le fait que des langues connues soient utilisées me sortait un peu de l'univers créé. De plus, je trouvais cela un peu affecté. Heureusement, mon mari n'a pas essayé de faire des accents pour ces mots. Il ne sait pas les faire, mais aussi, il sait que j'ai horreur de ça.

Apparemment, le tome 4 se fera attendre, notamment parce que Christelle Dabos doit assurer la promotion de la série (qui, si j'ai bien compris, va être traduite), par des tournées et des séances de dédicaces. Je comprends tout à fait qu'elle doive s'y prêter, mais je préférerais qu'elle n'aille rencontrer son public qu'après la sortie du tome 4.

J'ai conscience que ma chronique est superficielle par rapport à ce très bon livre. J'en suis désolée, mais je n'ai pas voulu trop en dévoiler.

Service presse des éditions Gallimard,
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par mon mari.

Acheter « La Passe-Miroir, Livre 3 : La mémoire de Babel » sur Amazon

Partage

154 lectures

jeudi, 15 juin 2017

Replay, de Ken Grimwood.

Replay

L'ouvrage:
Le 18 octobre 1988, à 13h06, Jeff Winston meurt d'une crise cardiaque, à l'âge de quarante-trois ans. Puis, il «s'éveille» en 1963, alors qu'il a dix-huit ans.

Critique:
Avant de lire ce roman, j'ai survolé des critiques: d'un côté, on disait que Stephen King avait bien mieux fait dans «22/11/63», d'un autre, on disait que «Replay» était mieux... Après avoir lu les deux, je trouve stupide de les comparer. Dans ce cas, il faudrait comparer tous les romans où les personnages voyagent dans le temps. Bien sûr, Ken Grimwood parle bien de l'assassinat de Kennedy, mais cela ne doit pas pousser les gens à comparer ce roman et celui de Stephen King. Ils n'ont rien à voir l'un avec l'autre.

Pour ma part, je n'arrive pas à dire si j'ai aimé ou non ce roman. C'est un sentiment étrange... Ce qui m'agace un peu, c'est que la plupart du temps, lorsqu'un auteur fait ce genre de choses (le héros a la chance de revenir dans son passé et peut espérer changer ses erreurs), il lui est toujours démontré qu'il n'est pas bon de le faire. Je trouve cela dommage. Ce genre de livres permet de rêver. Qui n'aimerait pas arranger certaines choses dans son passé? Lire un roman où le héros y arriverait serait réconfortant. C'est du fantastique, donc pourquoi ne pas ménager une petite part de rêve? Bien sûr, je n'aimerais pas un roman où tout serait parfait, mais où des choses s'arrangeraient. J'ai donc commencé par en vouloir à l'auteur de faire comme d'autres: on essaie de mieux faire certaines choses, mais cela en désorganise d'autres, et pourtant, le but est toujours honorable. De toute façon, à cause de ce qui arrive, ça finit par ne servir à rien. Cependant, Jeff tire des leçons de ce qu'il vit. J'ai un peu soupiré en lisant ce qu'il finit par penser, parce que je me suis dit que je pensais déjà comme cela, je n'avais pas besoin que la vie me le démontre. Certes, mais beaucoup de gens ne parviennent pas à faire la part des choses, comme finit par le faire Jeff.

D'autres éléments m'ont un peu agacée. Jeff et Pamela tombent trop facilement amoureux l'un de l'autre. C'est compréhensible, mais de ce fait, j'ai l'impression que l'auteur n'a pas vraiment creusé Pamela, du moins, au début, puisqu'il était logique que Jeff et elle s'aimeraient. Pas besoin de nous la faire apprécier, donc. Je lui ai longtemps préféré Judy.
D'autre part, je n'ai pas compris que Jeff se confie à Mireille en pensant qu'elle garderait son secret et le respecterait, même si elle ne le comprenait pas. En très peu de temps (avant que Jeff lui parle), j'ai su que Mireille n'était ni aimable, ni fiable, ni futée. Là encore, je pensais que s'il voulait réellement se confier, c'est à Judy qu'il aurait dû parler.
Enfin, j'ai trouvé très léger que Jeff, alors qu'il débarque à un moment où les choses sont déjà très tendues et difficiles avec Linda, décide de ne rien tenter pour tout sauver, et s'en aille, alors que juste avant, il était là à temps pour attraper le coche, et s'est contenté de mettre à profit ce qu'il savait, sans faire beaucoup d'efforts, pour que les choses ne commencent pas à se dégrader.
De plus, à cause de la manière dont arrivent les choses, l'auteur montre des aspects de ce retour dans le passé comme un pensum, notamment les années de lycée ou d'université.

D'un autre côté, j'ai compris les autres agissements des personnages. J'ai notamment aimé «Star see» et la raison pour laquelle il a été fait. J'ai compris que la tentative faite pour comprendre le phénomène ait créé de telles réactions. Là encore, la difficulté des hommes à communiquer et les raisonnements bornés sont mis en avant, n'engendrant qu'incompréhensions et chaos.
Je me suis facilement mise à la place de Jeff. Je n'approuvais pas toujours ses choix, mais je comprenais qu'il se débatte avec ce phénomène incontrôlable. La plupart du temps, il faisait de son mieux.
Parfois, l'intrigue traîne, et j'avais l'impression que tout se délitait, que l'auteur ne savait plus quoi faire. Finalement, je trouve que tout a sa place. Les expériences et les tentatives de Jeff pour s'accommoder de ce qui lui arrive et le comprendre font réfléchir sur certaines choses. En outre, lorsqu'un auteur choisit ce thème, il n'est pas toujours simple pour lui de s'en sortir.

Éditeur: éditions du Seuil.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Martine Moinat pour la Bibliothèque Sonore Romande.
J'aime toujours autant la lecture ni surjouée ni soporifique de Martine Moinat. Ici, je regrette beaucoup que, par souci de bien faire, elle ait voulu prononcer des noms anglophones avec l'accent. Outre que cela ne me plaît pas, elle s'est trompée sur des prononciations. Par exemple, la première syllabe du mot «apple» ne se prononce pas «ay», tout comme le mot «maddison», en anglais, ne se dit pas «maydison». En général, le «a» se prononce «ay» lorsqu'il n'est pas suivi d'une double consonne. D'autre part, je trouve affecté qu'on prononce «dayvid» ou «aveniou» dans un texte en français. Je dois être une des rares à penser ainsi, car beaucoup de lecteurs tentent de prononcer les mots étrangers avec accents. Dommage pour moi...

Acheter « Replay » sur Amazon

Partage

240 lectures

lundi, 15 mai 2017

Caraval, de Stephanie Garber.

Caraval

L'ouvrage:
Depuis qu'elle a dix ans, Scarlett écrit à Légende, le maître du jeu Caraval. Elle souhaite que le jeu soit organisé sur Trizda, l'île dont son père est le gouverneur. Sa grand-mère lui ayant raconté la féerie de Caraval, elle rêve d'y participer. À dix-sept ans, elle reçoit enfin une invitation. Le jeu ne se fera pas sur son île, mais elle peut y participer. Tella, la soeur de Scarlett, est ravie. Seulement, les deux jeunes filles ne peuvent pas quitter Trizda: leur père les y retient, et n'hésite pas à leur faire payer le moindre écart.

Critique:
J'ai beaucoup aimé ce livre. L'histoire pourrait être banale s'il n'y avait pas le monde enchanté de Caraval. À la fois plein d'objets magiques qui font rêver et de chausse-trappes, cet endroit ambigu provoque envie et peur. L'auteur parvient très bien à faire cohabiter ces deux impressions contradictoires. Par exemple, plus elle joue (Attention, Caraval n'est qu'un jeu, rien n'y est vrai...) plus Scarlett découvre des choses peu reluisantes. Tout cela dans une ambiance de fête foraine où on trouve des choses comme du cidre qui accroît la perception, des salles qui s'adaptent à l'humeur, etc. Sans parler des rétributions que demandent les vendeurs ou ceux qui donnent une information permettant d'avancer dans le jeu. Pour moi, cette ambiance à la fois terrible et festive fait la force du roman. De plus, j'aime beaucoup les éléments magiques imaginés par Stephanie Garber.

Dès que le jeu commence, le lecteur ne sait pas trop ce qu'il doit croire. On a beau être prévenu (deux fois) que rien n'est vrai, le doute persiste. L'auteur dit, dans une interview en fin d'ouvrage, qu'elle-même n'a pas tout de suite décidé ce qui était vrai ou non. J'ai aimé ne pas savoir (sauf à la fin) ce qu'il fallait prendre pour acquis. Cela faisait que je me méfiais de tout le monde. Cela ne m'a pas empêchée d'apprécier certains rebondissements que j'avais pressentis. L'auteur a quand même su me surprendre, notamment avec la découverte de la présence de certains personnages.
Il n'y a pas de temps morts. Certaines scènes tiennent le lecteur en haleine. Je pense par exemple à ce qui arrive quand Scarlett achète deux nouveaux vêtements.

Le jeu fait évoluer notre héroïne. Elle se découvre capable d'accomplir beaucoup de choses au nom de l'amour sororal. Elle est peut-être un peu trop parfaite, mais cela ne m'a pas dérangée. J'ai moins aimé Tella, mais c'est sûrement parce qu'on la voit peu, et pour une autre raison que je ne dévoilerai pas ici. La fin laisse entrevoir une suite de laquelle Tella sera l'héroïne. Dans l'interview, Stephanie Garber confirme qu'il y aura bien une suite.

L'histoire d'amour est un peu trop convenue. Elle reste crédible selon la théorie qui veut que lorsqu'on vit des choses éprouvantes à deux, on se rapproche, mais pour moi, elle est quand même trop rapide.

Éditeur français: Bayard Jeunesse.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Rebecca Soler pour les éditions Macmillan.
J'aime bien cette comédienne que j'ai découverte dans «Les chroniques lunaires». Ici, je trouve qu'elle a amélioré un point qui m'agaçait: elle modifie moins sa voix pour les rôles masculins.

Acheter « Caraval » sur Amazon

Partage

260 lectures

jeudi, 30 mars 2017

Les geôliers, de Serge Brussolo.

Les Geôliers

L'ouvrage:
Jillian Caine est scénariste. Elle est plutôt sur le déclin. C'est alors que le cinéaste Dieter Jürgen (réputé pour faire des films extrêmes) la recrute pour écrire le scénario retraçant une partie de la vie de Debbie Fevertown. Quinze ans auparavant, celle-ci a assassiné son mari et ses fils avant de prendre la fuite. Apparemment, elle pensait qu'ils étaient des extraterrestres, venu répandre le mal.

Critique:
Je suis passée par deux phases lors de ma lecture de ce roman. Au début, je trouvais que Brussolo en faisait trop, surenchérissant dans le spectaculaire. Ça ne m'incitait pas vraiment à continuer, car j'avais l'impression qu'il faisait tout comme ces auteurs que je n'aime pas: du spectaculaire, du macabre à foison, etc. L'idée de montrer qu'on ne pouvait pas trancher entre les différentes interprétations de ce qui est arrivé à Dipton est intéressante, mais s'essouffle vite, à mon avis.
En outre, il me semblait retrouver un écho de «La maison des murmures», et pour moi, certaines ficelles n'avaient pas à être à nouveau exploitées. Les personnages m'agaçaient. J'avais envie de leur dire qu'ils étaient tous idiots de s'être engagés là-dedans, sachant que cela pouvait être dangereux.

À partir d'une certaine découverte concernant Dieter, les choses ont changé pour moi. D'abord, j'ai trouvé que cette découverte montrait le début sous un nouvel angle, et que tout prenait sens. À partir de ce moment, j'ai retrouvé le Brussolo extrêmement créatif que j'affectionne. Si j'ai retrouvé des échos de ses autres romans (notamment «Le carnaval de fer»), cela a été avec plaisir, parce que l'idée n'est absolument pas exploitée de la même façon. Parmi toutes les inventions loufoques dont regorge ce roman (surtout la deuxième partie), j'ai une tendresse particulière pour ce que j'appelle «l'eau vivante». J'ai également beaucoup apprécié les premières conséquences engendrées par la régénération de Dieter.

Encore une fois, Brussolo invente des péripéties et des éléments extrêmes qui font passer les personnages par toutes les phases de l'horreur, mais qui, parfois, font rire le lecteur. Ici, par exemple, j'ai plutôt ri de voir ce qui arrive aux monstres morts après un combat sanglant, ou même lorsque certains mangent des morceaux de leurs congénères pendant qu'ils sont eux-mêmes mangés.
Dans la partie que j'ai moins aimée, j'ai quand même ri grâce à Miranda. C'est tellement commun de montrer une femme qui tente de perdre du poids, Brussolo a préféré parodier cela en montrant le contraire. Cela m'a beaucoup amusée.

Jill n'est pas vraiment intéressante. Souvent, les héros brussoliens sont mous, mais quelque chose les démarque. Pour moi, Jill est quelconque. Je lui préfère l'homme-hérisson.

Je me suis doutée qu'à la fin, un élément montrerait que les choses ne sont pas finies, mais je n'avais pas deviné quel serait cet élément. Je pensais que cela m'agacerait, mais finalement, non...

Éditeur: Folio.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par mon mari.

Acheter « Les Geôliers » sur Amazon

Partage

646 lectures

jeudi, 25 août 2016

Neverwhere, de Neil Gaiman.

Neverwhere

L'ouvrage:
Alors qu'il se rend à un dîner, Richard Mayhew est arrêté par une jeune fille qui le supplie de l'aider. Elle semble grièvement blessée, et refuse d'être conduite à l'hôpital. Richard l'emmène chez lui. C'est à partir de ce moment que d'étranges événements vont se produire dans la vie de notre héros.

Critique:
Comment écrire une chronique qui soit à la hauteur de ce roman? Il est assez épais et ne souffre d'aucune lenteur. J'ai d'ailleurs apprécié que l'auteur prenne le temps de planter le décor, d'expliquer ce qui arrive à Richard, de montrer ce que cela lui fait, etc. Ensuite, le lecteur est précipité d'une aventure à l'autre. Énigmes, épreuves, quêtes, rencontres de personnes dont on ne sait pas toujours si on peut s'y fier... Ce monde où on «parle aux rats», où un personnage excentrique raconte des blagues aux oiseaux (mais pas seulement), où on a affaire au marquis de Carabas... ce monde où fantastique et merveilleux se côtoient (selon qu'on se place du point de vue de Richard ou des autres), tout cela rappelle le conte. Mais un conte initiatique, parfois cruel, exempt d'amours mièvres, et traversé de pointes d'humour.
Quant à la fin, elle est conforme à ce que je souhaitais. Elle est peut-être un peu attendue, mais j'aurais été déçue qu'elle soit autre.

Le monde dans lequel notre héros est bien obligé de se rendre est décrit et exploré avec minutie. On y rencontre des personnalités captivantes, des peuples étranges, et une foule d'éléments propres à immerger le lecteur dans cette Londres d'en bas. Certains éléments peuvent être vus à plusieurs niveaux. Par exemple, la première fois que Richard se rend au marché flottant, j'ai été fascinée par la description de tout ce qu'il y voit. J'ai ri de certaines incongruités, comme le rayon des détritus. Bien sûr, nous sommes dans un monde étrange, mais il ne faut pas oublier que ceux qui s'y retrouvent sont ceux qui, pour une raison X ou Y, sont tombés dans des failles, des personnes qui souffrent, n'ont pas vraiment d'endroits où aller. On peut donc imaginer que celui qui vend des détritus n'a pas grand-chose pour subsister.
D'une manière générale, ce roman invite à l'ouverture d'esprit. En expliquant de manière «raisonnable» des situations qui paraissent parfois saugrenues.

Son parcours dans ce monde et les péripéties qu'il y vivra changeront Richard. Le lecteur s'identifiera facilement à lui. Parachuté dans un univers dont il ignore les codes (il aurait sûrement été châtié si les Parle-aux-rats l'avaient vu balancer sa télécommande sur l'un de ceux qu'ils admirent et respectent), il traverse des épreuves dont lui-même se serait cru incapable de triompher. Celle de la clé est sûrement la plus périlleuse. Là encore, on peut la voir comme une simple épreuve dont il faut triompher ou comme une invitation à améliorer (si on le peut) ce qui ne va pas dans la vie.

Les deux tueurs (monsieur Croup et monsieur Vandemar) ne laisseront pas le lecteur indifférent. Bien sûr, ce sont des «méchants», mais ils feront également sourire. Monsieur Vandemar, la grosse brute qui mangent des animaux crus voire vivants, qui ne comprend pas toujours le sens figuré, qui révèle des choses qui devaient rester cachées parce qu'il veut avoir son tour de parole... Nos deux compères se désolant que leur employeur ose, sans scrupules, leur demander de ne pas trop abîmer, voire de protéger des gens, alors que leur «métier» est de tuer... Tout cela prête à sourire, même si ces deux personnages sont synonymes de danger.

Je ne peux pas trop en dire pour ne pas trop en dévoiler. C'est assez frustrant, car ce roman est très riche, foisonnant, fouillé, abouti. Il y aurait encore énormément de choses à écrire...

Je n'ai pas eu le texte dans sa langue originale entre les mains. Je ne sais donc pas si certaines lourdeurs stylistiques sont dues à la traduction ou si elles sont du fait de Neil Gaiman. Par exemple, plusieurs fois, un prénom est répété, alors qu'il pourrait être remplacé par «il» ou «elle». Si c'est voulu par l'auteur, c'est ainsi. Si ce sont des maladresses de traduction, c'est vraiment dommage, car cela trahit le texte original.
D'autre part, Londres étant une ville, et «ville» étant du genre féminin, le traducteur a choisi de dire «la Londres d'en haut» et «la Londres d'en bas». Mais à un moment, il écrit «le Londres». Il aurait dû garder le genre choisi au départ. Ayant lu ce roman en audio, je n'exclus pas que le «le» soit une erreur de la lectrice.

L'édition que j'ai lue comporte une introduction où Neil Gaiman explique la genèse et l'évolution de «Neverwhere». Outre que c'est très intéressant, on y apprend que le roman a connu plusieurs versions, et que celle comportant l'introduction expliquant cela est la plus aboutie aux yeux de l'auteur. De ce fait, il vaut mieux lire cette version.

Éditeur: J'ai lu.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Élodie Miserez pour la Bibliothèque Sonore Romande.
Outre une voix très agréable, Élodie Miserez a un jeu très naturel. Elle donne de subtiles nuances à sa voix pour interpréter les différents personnages. Je n'aime pas cela, en général, mais elle le fait très bien. Peut-être aurait-elle dû jouer un tout petit peu plus. Par exemple, lorsqu'elle dit une réplique sur un ton neutre, puis «hurla Chasseur», c'est un peu anachronique... Néanmoins, je pense qu'elle a dû tenter de jongler: il fallait jouer, mais pas trop... cela n'est pas toujours facile...
Quant à sa prononciation des noms anglophones (ce sur quoi je pinaille beaucoup), elle m'a plu. Elle n'est absolument pas affectée. Il y a bien certains noms que la lectrice prononce à l'anglophone (comme Mayhew), mais je ne sais pas trop de quelle autre manière elle aurait pu les prononcer. Là encore, elle n'avait pas la partie facile et s'en est bien sortie.

Acheter « Neverwhere » sur Amazon

Partage

719 lectures

- page 1 de 12