samedi, 19 mai 2018

Les aventuriers de la mer, tome 7: Le seigneur des Trois Règnes, de Robin Hobb.

Les aventuriers de la mer, tome 7: Le seigneur des Trois Règnes

L'ouvrage:
Celle-Qui-Se-Souvient cherche ses congénères pour leur transmettre ses souvenirs. Hiémain doit s'habituer à ce qu'il a appris. À Terrilville et dans le désert des pluies, les habitants sont dévastés par les divers désastres qui se sont abattus sur eux. Chacun tente de se débrouiller, et veut garder espoir en la survie des siens.

Critique:
Je pensais que dès le départ, Robin Hobb prendrait un chemin totalement différent et déroutant. J'ai été soulagée que tout n'ait pas absolument changé. Seulement, j'ai trouvé que certaines choses traînaient. Par exemple, les péripéties de Malta s'étirent en longueur. L'auteur rattrape un peu cela: la jeune fille, qui n'a pas la langue dans sa poche, ne se prive pas de répondre vertement au gouverneur lorsqu'il pleurniche et propose des solutions impossibles. J'ai été déçue de ce qui arrive à ce groupe de personnages, surtout à Malta, parce que maintenant, elle m'est très sympathique. Cependant, tout n'est pas perdu, comme le montre un constat de la jeune fille. Voyons la suite.

Ronica se montre forte dans ce tome. Elle a toujours voulu braver l'adversité, mais ici, elle semble puiser une nouvelle force dans son désespoir, afin de sauver ce qui peut l'être. Keffria était ainsi dans la partie précédente (en réalité la fin du tome 2).

Hiémain m'a paru redevenir lui-même dans ce début de tome 3, parce qu'il n'admire plus Kennit sans réserves, il a retrouvé sa tête, et se permet de le contredire. Quant à Kennit, rien à faire, je ne l'aime toujours pas, parce que j'ai l'impression que quoiqu'il fasse, c'est intéressé. Bien sûr, le contact de Hiémain l'a adouci, mais je pense que ce n'est qu'une façade, et qu'il sacrifierait le garçon à son ambition sans hésiter. C'est d'ailleurs ce qu'il tente de faire, même si c'est plus complexe.

Je ne sais pas trop quoi penser de Foudre. Elle est plus vraie que Vivacia (dans tous les sens du terme), et même si elle semble aimer Kennit, elle lui tient tête. Vivacia était trop impressionnée par le pirate, ce qui faisait que je l'appréciais beaucoup moins au long de la série. De plus, ce qu'on apprend quant à l'existence de Vivacia fait qu'on préfère forcément Foudre...

J'ai apprécié les passages se déroulant sur le Parangon parce qu'on retrouve Althéa, Brashen et Ambre que j'aime beaucoup. Parangon est étrange. Il est parfois très pénible, surtout quand il se met en colère ou s'entête, mais il ne m'a jamais déplu. C'est peut-être la vivenef la plus lucide, en fait...

Service presse des éditions Audible Studios, dont vous trouverez le catalogue sur le site Audible.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Vincent de Boüard.

Malgré la longueur de la série et l'importante galerie de personnages, Vincent de Boüard n'a pas failli. Bravo à lui.

Pour information, la structure du livre a été respectée.

Acheter « Les aventuriers de la mer, tome 7: Le seigneur des Trois Règnes » sur Amazon ici ou en téléchargement audio (Audible.fr)

Partage

303 lectures

samedi, 12 mai 2018

Les aventuriers de la mer, tome 6: L'éveil des eaux dormantes, de Robin Hobb.

Les aventuriers de la mer, tome 6: L'éveil des eaux dormantes

L'ouvrage:
Les serpents de mer rencontrent l'un des leurs qu'ils parviennent à faire parler. Althéa, Brashen et Ambre s'attaquent à leur projet. Malta se prépare à être présentée à la société de la ville lors d'un bal. Kennit manigance afin d'obtenir quelque chose.

Critique:
J'ai été un peu déçue par cette partie. D'abord, je pensais qu'on verrait davantage Brashen Althéa et Ambre. J'imaginais que leur projet allait les précipiter dans de très périlleuses aventures. On les voit très peu, et de toute façon, l'auteur est tournée vers l'objectif qu'elle dévoile à mesure des tomes, donc maintenant, ses personnages ne servent qu'à atteindre ce but. Malheureusement pour moi, cela m'intéresse moins, même si je comprends ce que veut montrer la romancière. De plus, je trouve qu'on se rapproche trop de quelque chose qu'on trouve dans «L'assassin royal». Ce n'est pas abordé de la même façon, mais au final, ça sent trop le déjà vu pour moi. En outre, cela fait que certains personnages ne semblent plus être eux-mêmes, mais agir sous l'influence d'autres. Je pense surtout à Hiémain. Bien sûr, ce qu'il fait va avec son caractère, mais on se demande s'il n'était pas uniquement un pion.

On me dira que je devrais être contente, étant donné que Malta cesse progressivement d'être une peste, et se rend vraiment compte de ce qui se passe. Certes, mais c'est une maigre consolation.

D'autre part, entre le bal, le gouverneur complètement stupide et confit dans son égoïsme, et Kennit qui me casse de plus en plus les pieds, je me suis ennuyée. Je pense que l'auteur fait exprès de mettre ces comportements puérils et ce bal superficiel en face du reste pour faire ressortir le contraste entre les deux, mais savoir cela n'a pas atténué ma déception. J'ai également été déçue que Hiémain admire Kennit sans réserves, alors qu'il restait le seul qui se méfiait encore un peu du pirate (donc qui gardait un peu de lucidité).

Il y a encore un tome (trois en français), donc je suppose que le «final» de «L'éveil des eaux dormantes» n'est qu'une étape. Je suis un peu inquiète, car je me demande où Robin Hobb va aller...

Service presse des éditions Audible Studios, dont vous trouverez le catalogue sur le site Audible.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Vincent de Boüard.

Comme d'habitude, Vincent de Boüard n'avait pas la partie facile, et s'en est très bien tiré. Parmi les choses qui ne m'ont pas semblé simples à jouer, il y a les minauderies de Malta et de son amie lors du bal. Il n'est pas forcément aisé de ne pas surjouer cela. J'ai également apprécié le ton que le narrateur prend pour le gouverneur. Cela renforce l'image peu reluisante qu'on se fait du personnage. Ce ne sont que des exemples, mais je trouve que l'interprétation du comédien est bonne du début à la fin.

Pour information, la structure du livre a été respectée.

Acheter « Les aventuriers de la mer, tome 6: L'éveil des eaux dormantes » sur Amazon ici ou en téléchargement audio

Partage

286 lectures

jeudi, 10 mai 2018

Les aventuriers de la mer, tome 5: Prisons d'eau et de bois, de Robin Hobb.

Les aventuriers de la mer, tome 5: Prisons d'eau et de bois

L'ouvrage:
Le gouverneur se rend à Terrilville. Brashen apprend aux femmes Vestrit ce qui est arrivé à la Vivacia. Malgré leur mésentente, elles devront s'unir et faire front pour tenter de sauver leur famille.

Critique:
D'une manière générale, cette partie (qui est le milieu du tome 2 original) est moins lente que la précédente. Pourtant, elle a démarré avec trop de longueurs à mon goût. Le premier chapitre est consacré au gouverneur. J'apprécie peu le personnage. Avant cela, il y a un intermède où on voit les serpents. Je sais bien qu'ils sont étroitement liés aux autres, mais leurs péripéties me captivent moins que celles des humains et des vivenefs.
À part ce début un peu laborieux, le reste s'enchaîne très vite et bien.

À certains moments, j'étais un peu agacée par Althéa qui tourne autour du pot, ne veut pas admettre certaines choses... Pourtant, j'ai conscience que j'ai été sévère avec elle: elle a déjà du mal à être acceptée par sa famille, donc elle pense que si en plus on apprenait ce qu'elle craint que Brashen révèle, elle est sûre qu'elle serait pestiférée.

Certains disent que les événements ont quelque peu fait mûrir Malta. Je la vois plus calculatrice que mature. Je pense qu'elle sert uniquement ses intérêts, et si elle finit par donner sa parole quant à une certaine chose, rien ne l'empêchera, lorsqu'elle aura obtenu ce qu'elle veut, de la reprendre. Bien sûr, elle ne sait pas encore que ses espoirs sont vains... du moins, pour l'instant.

À travers l'attachement profond d'une vivenef aux siens, Robin Hobb étudie les rapports familiaux. Parangon ne peut imaginer que ceux à qui il appartient l'abandonneraient. Malgré toute la souffrance qu'il endure, il ne souhaite pas d'autre vie. D'un autre côté, Vivacia et Hiémain partagent un lien très fort, mais elle n'hésite pas à se détourner de lui, lorsque quelqu'un la flatte, et lui fait croire qu'elle est, à ses yeux, la plus importante au monde. Peut-être ce revirement est-il peu douloureux pour elle parce que Hiémain a commencé par nier leur lien, ou du moins, par tenter de ne pas en tenir compte.

Kennit m'est toujours aussi antipathique. Je ne lui trouve aucune excuse, surtout après ce qu'il a fait tout au long de cette partie. J'aimerais bien qu'il souffre beaucoup (moralement) dans le reste du cycle. ;-)

Un nouveau personnage (Cliff) fait son apparition. Il m'a d'emblée été sympathique. Je pense qu'il prendra de l'importance.

Ce que vont tenter Brashen, Althéa et Ambre promet une suite riche en rebondissements...

Service presse des éditions Audible Studios, dont vous trouverez le catalogue sur le site Audible.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Vincent de Boüard.

L'interprétation de Vincent de Boüard reste vivante et fluide. Je me suis habituée à ce qu'il marque certains rôles, ou peut-être les marque-t-il moins. En tout cas, je salue son énergie: quand on sait que les neuf tomes sont sortis à raison d'un par mois, je suppose qu'il a dû les enchaîner à un rythme soutenu, même si l'éditeur a dû se ménager une petite avance.

Pour information, la structure du livre a été respectée.

Acheter « Les aventuriers de la mer, tome 5: Prisons d'eau et de bois » sur Amazon ici ou en téléchargement audio

Partage

283 lectures

samedi, 5 mai 2018

Les aventuriers de la mer, tome 4: Brumes et tempêtes, de Robin Hobb.

Les aventuriers de la mer, tome 4: Brumes et tempêtes

L'ouvrage:
Malta est courtisée par un habitant du désert des pluies. Hiémain va devoir honorer la promesse faite à Kennit. Althéa poursuit son apprentissage de la mer. Ambre veut sauver Parangon.

Critique:
Cette partie du cycle est moins tumultueuse que la précédente. Cela ne signifie pas qu'il ne s'y passe rien. Des choses se mettent insidieusement en place. Par exemple, le mécontentement des marchands de Terrilville vis-à-vis des agissements du gouverneur va croissant. Certains (comme Ronica) n'ont pas la force de se révolter, d'autres sont opportunistes, mais il est presque sûr que les choses n'en resteront pas là.

J'ai trouvé plaisant de découvrir (ici et dans la partie précédente) les relations normales d'une famille avec sa vivenef. En effet, depuis le début du cycle, Vivacia et les siens n'entretiennent pas des rapports paisibles. Ici, on voit qu'Ophélie et la famille à laquelle elle appartient sont complices. Leur attachement est inconditionnel. Ophélie est une vivenef très sympathique. Elle a un caractère bien trempé.

Je trouve dommage que l'auteur ait accentué une chose qui se dessine dans la partie précédente: le triangle amoureux. Bien sûr, ce n'est pas aussi gros que dans les romans du genre «Hunger games», mais c'est quand même là, et ça me déplaît.

L'énigme que constituent les serpents est abordée sous un autre angle. Une chose que dit Reyn renforce l'idée que j'ai quant à la solution. Je ne comprends pas encore comment c'est possible, mais il suffit de continuer la série pour le savoir.

Je n'apprécie toujours pas Kennit, même si j'ai compati en apprenant qu'il avait vécu des événements difficiles. C'est un peu la même chose concernant Etta. Je la comprends, mais elle m'agace.

Hiémain franchit une étape, et acquiert davantage de sagesse. C'est d'ailleurs un conseil d'Etta qui l'aide en cela.

Malta est égale à elle-même. J'aime beaucoup la manière dont les serviteurs parlent d'elle, à un moment. Ils la cernent très bien.

À partir du tome 2 (donc du tome 4 en français), le cycle n'est plus traduit par Arnaud Mousnier-Lompré, mais par Véronique David-Maresco. Je trouve cela dommage, d'abord parce qu'Arnaud Mousnier-Lompré est le traducteur attitré de Robin Hobb, et que d'après ce que j'ai lu dans diverses interviews, ils ont beaucoup échangé entre autres sur la manière de traduire ceci ou cela. De plus, Arnaud Mousnier-Lompré utilise un vocabulaire relevé, riche, et fouillé, ce qui me plaît beaucoup. À l'époque où «Les aventuriers de la mer» est sorti en France, je comblais ma frustration de ne pouvoir lire les livres de Robin Hobb (pas sortis en audio) en écumant le forum qui lui était consacré, Les rivages maudits. Je me souviens que la traduction de «Les aventuriers de la mer» avait été évoquée dans un sujet où Arnaud Mousnier-Lompré postait régulièrement. J'ai voulu retrouver ce qui s'y disait cet été, quand j'ai commencé «L'assassin royal», mais apparemment, ces échanges ont disparu. Je crois que «Les aventuriers de la mer» est le seul cycle où le traducteur a changé en cours de route, et que tous les autres sont intégralement traduits par Arnaud Mousnier-Lompré.

Service presse des éditions Audible Studios, dont vous trouverez le catalogue sur le site Audible.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Vincent de Boüard.

Une fois encore, j'ai trouvé que l'interprétation de Vincent de Boüard collait très bien au roman et à son ambiance. J'aurais peut-être moins marqué certaines voix, à sa place, mais il n'est pas facile de jouer tous ces personnages en trouvant, à chaque fois, le juste milieu.

Pour information, la structure du livre a été respectée.

Acheter « Les aventuriers de la mer, tome 4: Brumes et tempêtes » ici ou en téléchargement audio sur Amazon

Partage

346 lectures

samedi, 28 avril 2018

Les aventuriers de la mer, tome 3: La conquête de la liberté, de Robin Hobb.

Les aventuriers de la mer, tome 3: La conquête de la liberté

L'ouvrage:
Hiémain tente de gagner sa liberté. Althéa souhaite pouvoir travailler sur un navire sous sa véritable identité. Kyle s'apprête à transporter des esclaves à bord de la Vivacia. Malta n'en fait qu'à sa tête. Kennit poursuit sa conquête des mers. Les serpents cherchent quelque chose.

Critique:
Je trouvais que la deuxième partie de ce tome 1 (je me réfère toujours aux livres tels qu'ils ont été publié en VO et non au découpage arbitraire de l'éditeur papier VF) était pleine d'aventures... la dernière partie est encore plus vertigineuse. Intrigues diverses, rebondissements, énigmes, tout s'enchaîne à une vitesse folle. Robin Hobb pousse certains de ses personnages à aller au bout d'eux-mêmes. Hiémain, par exemple, ira de périls en mauvaises surprises, et finira par se remettre en question. Je trouvais déjà qu'il était sage et pondéré, mais il me semble qu'il a acquis davantage d'ouverture d'esprit dans cette partie.

Avec justesse et intelligence, Robin Hobb aborde ici un thème qu'elle n'avait fait qu'effleurer dans le reste de ce tome: l'esclavage. Elle en montre tous les côtés sordides. Ensuite, elle va plus loin en mettant esclaves, marins et pirates dans des situations extrêmes. Malheureusement, elle n'exagère pas lorsqu'elle décrit les réactions de chacun.

Autre chose m'a frappée: avec la situation dans laquelle s'est mise la famille Vestrit, l'auteur expose toutes les malfaçons de la vie qui n'existeraient pas sans la soif de pouvoir et la bêtise de certains hommes. Ici, Kyle ne veut pas comprendre que Vivacia est un être ayant sentiments et émotions. Il empêche Althéa de faire partie de l'équipage, se moquant bien des conséquences, et pensant qu'elle peut être facilement remplacée auprès de la vivenef. Celui qu'il désigne comme «remplaçant» n'est qu'un pion à ses yeux. Soit, mais ce pion aussi a des sentiments... Comme Kyle s'obstine, les choses vont de mal en pis. Il y aurait pourtant eu une solution toute simple et qui aurait satisfait tout le monde, sauf l'assoiffé de pouvoir qu'est Kyle. Comme je le disais, cela me rappelle étrangement les situations qu'on rencontre fréquemment dans la vie: au travail, par exemple, mais pas seulement avec sa hiérarchie directe... Je me dis très souvent que les choses iraient mieux si certains haut placés acceptaient de regarder la vérité du terrain en face.

Je n'apprécie toujours pas Kennit. L'auteur lui donne pourtant un certain charisme. Il n'est pas seulement un terrible flibustier. Il a ses faiblesses, ses doutes... mais je ne l'aime pas. ;-)

Je ne sais pas trop quoi penser de Malta. Pour l'instant, ma prédiction à son sujet ne s'est pas réalisée. Il y a même eu un moment où je me suis trouvée un peu dure envers elle. Après tout, pourquoi lui reprocher de vouloir croquer la vie à pleines dents? Cependant, elle aussi s'obstine dans de mauvais raisonnements. Elle fait le petit coq, croit tout savoir, tout comprendre, ne veut pas reconnaître ses torts.... J'attends que la vie lui assène un grand coup de poing...

Service presse des éditions Audible Studios, dont vous trouverez le catalogue sur le site Audible.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Vincent de Boüard.

Une fois encore, Vincent de Boüard est très bien entré dans la peau des personnages et dans l'ambiance du roman. Je pense qu'il n'a pas eu la partie facile. Il devait jouer de forts sentiments, sans oublier de marquer le caractère des personnages. Pour moi, il s'en est très bien sorti.

Pour information, la structure du livre a été respectée.

Acheter « Les aventuriers de la mer, tome 3: La conquête de la liberté » ici ou en téléchargement audio sur Amazon

Partage

267 lectures

- page 2 de 9 -