lundi, 14 octobre 2019

Scarlett Bernard, tome 3: Hunter's trail, de Melissa F. Olson.

Scarlett Bernard, tome 3: Hunter's trail

Si vous n'avez pas lu les tomes précédents, ne lisez pas cette chronique.

L'ouvrage:
Après ce qui est arrivé au bar de Will par la faute d'Olivia, Scarlett, sur une impulsion, a «guéri» Eli. Celui-ci n'est donc plus un loup-garou. À la suite de cela, la jeune femme a eu une sorte de crise, et est restée plusieurs jours dans le coma. À peine est-elle remise que certains membres de la meute des loups-garous la poursuivent, souhaitant être guéris. En outre, Will lui demande de venir nettoyer une scène de crime: le cadavre d'une jeune femme a été déposé devant sa porte.

Critique:
Ce roman m'a autant plu que les autres, à cette différence près que quelque chose m'a vraiment agacée. Pour moi, Jesse prend trop de place. Il est tout le temps là, assiste à certaines réunions des créatures du vieux monde, veut jouer les chevaliers servants en «sauvant» Scarlett de ce travail qui la corrompra, ou pire, auquel elle finira par être indifférente... Vous aurez compris qu'entre les deux amoureux de l'héroïne, ce n'est pas à Jesse que va ma préférence. Au début, il m'était quand même un peu sympathique. Maintenant, il m'agace. Je pense que j'accepterais mieux ce personnage s'il n'était pas amoureux de Scarlett (ou, comme elle le lui dit, de ce qu'il aimerait qu'elle soit), et si elle ne ressentait rien pour lui. J'aurais préféré qu'elle fasse équipe avec Eli qu'on voit très peu dans ce tome, et qui garde quand même ma préférence, étant donné ce qu'il fait pour Scarlett. À la fin de ce tome, les choses vont dans un certain sens concernant les amours de l'héroïne, mais on ne sait ce qui arrivera dans la deuxième série...

J'apprécie toujours aussi peu Dash, je lui préfère Will et Kirsten. Will est parfois un peu rude, mais ce qui arrive dans ce tome le touche de très près, il est normal qu'il soit... nerveux.
Quant à Molly, elle reste sympathique, malgré ce qu'elle demande à sa locataire... Je lui en ai voulu, mais je me suis demandé comment je réagirais à sa place... J'imagine que j'aurais fait la même chose.

Là encore, il n'y a pas de temps morts, et le prologue n'est pas de ceux qui gâchent la lecture. Comme dans les tomes précédents, l'autrice décrit certaines atrocités. Mélangeant habilement les créatures surnaturelles et les humains, elle montre des personnages à la psychologie intéressante. J'avais beau en vouloir à certains membres de la meute de poursuivre et menacer l'héroïne, je comprenais leur point de vue. Si quelqu'un avait la possibilité de réaliser mon désir le plus cher, je pense que je lui demanderais de le faire. J'espère que je ne serais pas aussi horrible qu'Anastasia, Lydia, et d'autres... mais je ne peux pas le garantir.

En lisant quelques chroniques sur «Midnight curse» (le tome 4 des aventures de Scarlett, et le tome 1 de la deuxième série), je suis tombée sur celle de quelqu'un qui n'était pas content parce qu'il avait commencé par «Midnight curse» (qui est le tome 1 d'une série), et avait passé tout le temps de sa lecture à se dire que cela ne pouvait pas être un tome 1. En investiguant quant à ces séries (merci à Audible qui précise la date de publication des livres), j'avais tout de suite compris que les deux séries («Scarlett Bernard» et «Disrupted magic») se suivaient. Je m'étais d'ailleurs demandé pourquoi Melissa F. Olson n'avait pas publié les volumes de «Disrupted magic» comme les tomes 4, 5, et 6 de «Scarlett Bernard». Heureusement pour moi que je suis maniaque, et qu'en tombant d'abord sur «Disrupted magic», j'ai regardé ce que la romancière avait écrit d'autre, et ai constaté (en lisant les résumés des tomes 1) que l'héroïne du tome 1 de «Midnight curse» et celle de «Dead spots» (tome 1 de «Scarlett Bernard») avaient le même prénom, et frayaient avec les créatures surnaturelles.
Ensuite, d'autres personnes expliquent qu'il faut lire une autre série après «Scarlett Bernard» et avant «Disrupted magic», parce qu'il y a un cross over. Lire cela ne m'a pas enchantée, car je ne suis pas fan de la lectrice qui lit l'autre série, même si elle ne fait pas partie de ceux que j'évite absolument. Après avoir lu les résumés des quatre tomes de la série, je n'ai pas été tentée. Je lirai donc «Disrupted magic», et si cela raconte des éléments arrivés dans l'autre série («Boundary»), cela ne sera pas grave, puisque je n'ai pas l'intention de la lire.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Amy McFadden pour les éditions Brilliance audio.

Comme d'habitude, il m'a plu de retrouver cette comédienne, et son excellent jeu. Je suis un peu déçue, car à un moment, des phrases sont en français, et elle ne s'en tire pas très bien, ce qui veut dire qu'elle ne parle pas français. Snif. Bien sûr, cela ne m'empêchera pas de lui parler, si un jour, je trouve le courage de lui écrire, mais il m'aurait plu qu'elle parlât un peu français.

Acheter « Scarlett Bernard, tome 3: Hunter's trail » en téléchargement audio anglais sur Amazon (Audible.fr)

Partage

13 lectures

lundi, 7 octobre 2019

Scarlett Bernard, tome 2: Trail of dead, de Melissa F. Olson.

Scarlett Bernard, tome 2: Trail of dead

Si vous n'avez pas lu le tome 1, ne lisez pas cette chronique.

L'ouvrage:
Kirsten (qui est à la tête du peuple des sorcières) est inquiète: deux de ses congénères ont été tuées. Pourquoi? Par qui? Kirsten décide de demander l'aide de Jesse, le policier ami de Scarlett.

__Critique:_
Ce volume m'a autant plu que le précédent. Au cours de ma lecture, j'ai souri, parce qu'à la fin du tome 1, je pestais car j'allais devoir côtoyer un personnage déplaisant, et que dans ce tome-ci, tout tourne autour de ce protagoniste. Cela ne m'a finalement pas dérangée parce que les autres veulent justement châtier ce détestable personnage. ;-)

Pour moi, l'intrigue est bien menée, tout est cohérent, il n'y a pas de temps morts. Comme dans le tome 1, il y a un prologue, et comme dans le volume précédent, il ne fait pas partie de ceux que j'exècre. Il se passe avant le reste du roman, et ne fait que donner un indice sur la manière dont l'horrible personnage détesté obtient l'aide dont il a besoin. Cela ne gâche pas du tout la lecture, puisqu'on sait rapidement que l'affreuse personne obtient de l'aide, le fait de savoir de qui elle vient n'est pas une immense révélation.
Je suis surprise, car ce tome a une vraie fin. Appréciant la série, je vais tout de suite lire le tome 3, mais il est étrange que l'autrice n'ait pas terminé son tome 2 sur un moment plein de suspense. Elle l'achève plutôt sur un geste de bonté, d'altruisme. C'est une fin apaisante après certaines atrocités décrites dans le roman.

J'ai aimé retrouver Kirsten que j'avais appréciée dans le tome 1. Will (le loup-garou alfa) et elle sont plus sympathiques que Dash, même si celui-ci semble un peu plus aimable dans ce volume.

Melissa F. Olson parvient à glisser un peu d'humour dans un récit qui contient beaucoup de macabre. Par exemple, ce qui arrive au sweater de Molly.

Le coeur de l'héroïne balance toujours entre deux personnages. Malheureusement, ce tome montre qu'elle va plutôt vers celui que j'aime le moins (il m'est sympathique, mais je préfère l'autre). Ce n'est pas encore sûr, donc j'ai encore un peu d'espoir, d'autant que dans une grande partie de ce tome, quelque chose a empêché l'autre personnage d'être aux côtés de la jeune femme.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Amy McFadden pour les éditions Brilliance audio.

Dans ce tome, j'ai eu moins de mal à reconnaître la comédienne. Comme d'habitude, son interprétation m'a plu. Elle joue les sentiments et les émotions des personnages sans jamais exagérer. De plus, elle ne force pas le trait pour les rôles masculins.

Acheter « Scarlett Bernard, tome 2: Trail of dead » en téléchargement audio anglais surAmazon (Audible.fr)

Partage

36 lectures

lundi, 30 septembre 2019

Scarlett Bernard, tome 1: Dead spots, de Melissa F. Olson.

Scarlett Bernard, tome 1: Dead spots

L'ouvrage:
Le commun des mortels l'ignore, mais les peuples du «vieux monde» (loups-garous, sorcières, et vampires) existent. Scarlett Bernard, elle, le sait. Elle travaille d'ailleurs pour eux. Ces créatures ne veulent surtout pas que les humains sachent qu'elles partagent leur monde, et lorsqu'elles dérapent, par exemple, lorsqu'elles tuent un humain, c'est à Scarlett qu'elles font appel pour nettoyer la scène de crime. D'autre part, la jeune femme a un pouvoir sur ces créatures...
À Los Angeles, les trois espèces cohabitent, et parviennent à ne pas se marcher sur les pieds. Dash (un vampire) contrôle ce petit monde.
Ce jour-là, Scarlett se rend trop tard sur les lieux dont elle doit s'occuper. Elle va commencer à «nettoyer» quand un policier arrive. Elle lui échappe grâce à la diversion qu'un loup-garou crée involontairement.

Critique:
J'ai hésité à acheter ce roman, parce que ce genre me fait un peu peur. J'ai renoncé à lire les Charlaine Harris (autres que les Harper Connelly), les Patricia Briggs (j'avais bien aimé le tome 1 de la série «Mercy Thompson», mais pas assez pour lire la suite)... J'ai fini par me décider pour ce roman parce que le résumé m'intéressait, et que des lecteurs le trouvaient bien. L'argument qui m'a décidée disait qu'il était différent des romans du genre. Je suis contente d'avoir essayé, car j'ai maintenant hâte de lire le tome 2.

L'héroïne est sympathique. Elle a appris à s'accommoder de son travail, de ce qu'il implique... Elle a des choses à régler avec son passé, et cela ne lui sera pas facile.

L'intrigue ne souffre pas de temps morts. L'autrice s'arrange pour nous faire savoir ce qui concerne le «vieux monde» entre les réflexions de Scarlett (qui narre certains chapitres), et le récit qu'elle fait à Jesse (le policier du début qui finit par la retrouver). Le tout est bien amené. Melissa F. Olson ne traîne pas avant de révéler ceci ou cela. Par exemple, je ne me suis réellement intéressée au nom du coupable que lorsque l'héroïne a été sur la sellette, et il me semble qu'à partir de ce moment, on a vite su à quoi s'en tenir.
Il y a un prologue, mais il ne fait pas partie de ceux qui ne servent à rien, et gâchent la lecture. Il se passe avant les faits racontés par la suite.
J'ai beaucoup apprécié que le dernier chapitre prenne le temps de raconter les choses. Moi qui me plains de certaines fins trop rapides, je sais gré à Melissa F. Olson de n'avoir pas fait ainsi. Quant à la toute fin, elle donne envie de lire la suite, mais de toute façon, sans cela, j'aurais voulu la lire. D'ailleurs, je n'aime pas ce qu'on y apprend. Ce n'est pas du tout incohérent (je me suis même tout de suite dit que j'aurais dû y penser), mais cela veut dire qu'il va falloir que je fraie avec un personnage que j'ai appris à détester au long de ce tome.

La romancière présente plusieurs personnages attachants. Les vampires font plutôt figure de «méchants», mais elle atténue cela, en montrant qu'ils ne sont pas tous pareils. C'est d'ailleurs pour cela que Scarlett fera son possible pour sauver l'une d'eux.

Venons-en au petit reproche... J'ai trouvé dommage que deux personnages masculins se disputent le coeur de notre héroïne. Je reconnais que c'est bien amené, que l'écrivain n'en fait pas trop, et qu'en plus, ces deux personnages sont très sympathiques (j'ai quand même une petite préférence). Cependant, je n'ai absolument pas envie que ça fasse un truc à la Stephanie Plum où au bout du tome 16 ou 17, l'héroïne est toujours entre les deux mêmes hommes que dans le tome 1, et qu'on lit une interview de l'autrice disant fièrement que son héroïne ne choisira jamais, parce que c'est très bien comme ça. Je n'ai pas non plus envie que celui que Scarlett ne choisirait pas l'attende en soupirant. Et surtout, je ne voudrais pas qu'elle se décide pour celui que je ne préfère pas. En fait, il faudrait qu'elle opte pour celui que je préfère, et que l'autre tombe amoureux d'un personnage qui serait très sympathique au lecteur. ;-) La suite nous dira ce qu'il en est.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Amy McFadden pour les éditions Brilliance audio.

J'ai trouvé ce roman en cherchant parmi les livres enregistrés par cette comédienne dont j'aime beaucoup le jeu. Ici, j'ai d'abord été surprise parce que je ne la reconnaissais pas. Ce roman a été enregistré en 2012, et à cette époque, elle ne lisait pas comme en 2015 ou 2018. Pour moi, sa voix et son jeu étaient très différents. Quand j'ai entendu la présentation, j'ai eu peur, parce qu'elle prenait une voix annonçant qu'elle allait jouer aussi mal qu'Angela Dawe dans «Hidden», de Catherine McKenzie. Heureusement, dès le prologue, j'ai compris que son interprétation ne serait pas mauvaise, et à mesure que j'avançais dans ma lecture, je la reconnaissais. J'ai donc été un peu étonnée et perturbée, au début, mais je l'ai autant appréciée que dans les autres romans enregistrés par elle que j'ai lus.

Acheter « Scarlett Bernard, tome 1: Dead spots » en téléchargement audio anglais sur Amazon (Audible.fr)

Partage

49 lectures

lundi, 25 février 2019

Le Paris des merveilles, tome 3: Le royaume immobile, de Pierre Pével.

Le Paris des merveilles, tome 3: Le royaume immobile

Note:
On me reprochera peut-être de m'obstiner à appeler l'enchanteresse Aurélia, alors que l'auteur l'appelle Isabelle la plupart du temps. Certes, mais Aurélia est son prénom d'origine, et elle en a changé par nécessité, donc pour moi, elle est Aurélia.

L'ouvrage:
Printemps 1910. Un elfe noir est poursuivi par des tueurs. Alors qu'il succombe, il est recueilli par Aurélia, Lucien et Auguste qui mettent ses attaquants en fuite.

Critique:
Après avoir beaucoup aimé les deux premiers tomes de cette série, j'ai dévoré le troisième avec délectation. L'auteur ne s'essouffle pas. Pour moi, l'intrigue est sans temps morts. En plus, je n'ai pas trouvé les différentes pièces du puzzle avant que le romancier ne les donne. Tout s'imbrique, tout se tient, tout est cohérent.

J'ai surtout apprécié les multiples occasions de rire. Elles sont surtout créées par les particularités de certains personnages, spécificités que nous découvrons dans les tomes précédents. Dans le premier chapitre de ce volume 3, je n'avais pas du tout prévu ce que nous apprenons concernant la Pétulente. J'aurais pourtant dû m'y attendre. D'autre part, beaucoup de scènes entre Aurélia et Griffont sont cocasses: par exemple, l'extrême mécontentement de l'enchanteresse au regard des circonstances dans lesquelles elle apprend que le mage est pressenti pour siéger au parlement des fées. Sa jalousie envers Cécile prête aussi à sourire. Lucien et Auguste restent égaux à eux-mêmes. J'ai trouvé très drôle qu'à un moment, Auguste déplore l'absence de sensations fortes. Sachant que là où se trouve Aurélia, il y a de l'action, il était évident que les situations périlleuses barreraient bientôt sa route, et donc celle d'Auguste. En effet, il est exaucé lorsque l'enchanteresse et ses domestiques entament une course-poursuite... Ce moment est très palpitant...

Quant à mon personnage préféré (allez, je vais dévoiler son identité), il reste aussi plaisant que dans les tomes précédents. Il s'agit d'Azincourt. J'adore que l'auteur le dépeigne comme certains s'imaginent les chats: hautain. En creusant un peu, on voit très vite que c'est un air qu'il se donne, et qu'il ne l'est pas du tout. Dans les situations graves, il oublie son accent anglais, et répond présent lorsqu'il s'agit d'aider les personnages. J'aime également beaucoup la manière dont il lit...

J'ai été surprise que les choses se terminent ainsi pour un personnage. Allez savoir pourquoi, je ne pensais pas du tout que cela lui arriverait.

Je suis extrêmement déçue qu'il n'y ait pas de suite. Tout comme les tomes précédents, ce volume a une vraie fin, je ne veux donc pas dire que Pierre Pével laisse le lecteur sur sa faim. Cependant, j'aurais tellement aimé retrouver Griffont et Aurélia (ainsi que ceux qui les entourent) dans d'autres aventures aussi passionnantes que celles-là! J'ai le minuscule espoir que l'auteur ait envie, lui aussi, de renouer avec ses protagonistes, mais pour l'instant, ce n'est pas le cas... Quel dommage!!!

Service presse des éditions Audible Studios, dont vous trouverez le catalogue sur le site Audible.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Maud Rudigoz.

Comme dans les deux premiers tomes, l'interprétation de la comédienne m'a beaucoup plu. Là encore, elle a joué les dialogues en rendant très bien toutes les intentions et les émotions des personnages. D'autre part, il m'a semblé qu'elle était encore plus à l'aise qu'avant dans la narration. Je me souviens avoir été un peu sévère concernant son jeu dans ma chronique de «Derrière les portes». Je me souviens aussi (même si je ne le disais pas) avoir trouvé que sa narration n'était pas toujours absolument naturelle. Plus je l'entends, plus j'apprécie son jeu. Conclusion: pourvu qu'elle enregistre beaucoup d'autres livres qui me tenteront!

Pour information, la structure du livre est respectée.

Acheter « Le Paris des merveilles, tome 3: Le royaume immobile » sur Amazon ou en téléchargement audio (Audible.fr)

Partage

190 lectures

jeudi, 24 janvier 2019

Le Paris des merveilles, tome 2: L'élixir d'oubli, de Pierre Pével.

Le Paris des merveilles, tome 2: L'élixir d'oubli

L'ouvrage:
Paris, octobre 1909.
Edmond Falissière est malade. Avant de partir pour une cure d'eau des sources d'Auvergne, il demande à Griffont de lui rendre un service. L'une de ses connaissances pense être victime d'un esprit frappeur. Griffont sait que c'est impossible, car ces esprits n'existent pas. Il accepte donc d'aller voir de quoi il retourne exactement.

Critique:
Quel plaisir pour moi de retrouver l'univers de cette série! J'ai autant apprécié de m'y promener que lors de ma lecture du tome précédent. J'ai surtout aimé retrouver Griffont et Aurélia qui restent égaux à eux-mêmes. À leur sujet, quelque chose m'a fait rire. Dans ma chronique du tome 1, je me demandais s'il n'y avait pas un récit de leur passé. Dans le tome 2, il y a un retour en arrière qui raconte, entre autres, leur rencontre. Bien sûr, je n'aime toujours pas cette construction, mais il m'a plu de découvrir le début de l'histoire de ces amants terribles. De plus, l'auteur a fait en sorte que les éléments de 1720 soient indispensables à la compréhension de l'intrigue principale. Il a également fait exprès de placer les deux retours en arrière juste après un moment crucial, alors que le lecteur veut absolument savoir la suite! ;-)

L'humour est toujours au rendez-vous. J'ai particulièrement ri lors de la confrontation (si j'ose dire) entre Aurélia et Cécile.

L'intrigue est bien ficelée, et comme dans le tome précédent, il n'y a ni temps morts ni lenteurs. L'auteur a conservé l'ambiance du premier volume. Grâce à certains détails (des répliques, des situations...) on se croirait vraiment dans le Paris de 1909. Je regrette un peu qu'Aurélia soit amie avec Arsène Lupin, parce que je fais partie des rares qui n'aiment pas trop ce personnage. Je reconnais que Pierre Pével l'a bien campé. On le voit peu, mais sous cette plume, il est égal à ce qu'il est sous celle de Maurice Leblanc. On pourra s'étonner que je ne l'apprécie pas, alors que j'aime beaucoup Aurélia qui lui ressemble un peu, et qui est parfois agaçante, partant pour plusieurs mois sans prévenir, par exemple. Je la trouve plus sympathique qu'Arsène Lupin, même si je ne l'absous pas de toutes ses fautes. ;-)

À la fin du tome 1, il y a une nouvelle se déroulant en 1910. Comme je ne savais pas quand se passait le tome 2, je l'ai lue. Cela fait que j'ai souri à la lecture du passage de «L'élixir d'oubli» qui la prépare.

Je n'ai pas encore lu le tome 3, et je m'attriste que ce cycle ne comporte que trois tomes. Moi qui me dis, quand je vois une longue série, que ça doit très vite s'essouffler, je suis déçue que ce cycle ne compte pas davantage de livres.

Service presse des éditions Audible Studios, dont vous trouverez le catalogue sur le site Audible.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Maud Rudigoz.

Comme dans le tome 1, j'ai apprécié l'interprétation de la lectrice. Elle a conservé ce qui, pour moi, était de bonnes choses, comme la voix souvent gouailleuse de Lucien. Elle a également bien joué les sentiments des divers personnages. Je pense surtout à ce qui arrive juste avant le premier retour en arrière, lorsqu'Aurélia est désespérée. La lectrice a montré ce désarroi sans exagération.

Pour information, la structure du livre est respectée.

Acheter « Le Paris des merveilles, tome 2: L'élixir d'oubli » sur Amazon
Acheter « Le Paris des merveilles, tome 2: L'élixir d'oubli » en téléchargement audio sur Amazon (Audible.fr)

Partage

296 lectures

- page 1 de 10