lundi, 26 juillet 2021

Love, lies, and hocus pocus, book 4: Legends, de Lydia Sherrer.

L'ouvrage:
Lily, Sir Kippling, et Sebastian se rendent en Angleterre afin d'obtenir davantage de renseignements sur Morgan Lefay, et afin de demander l'aide de la famille Blackwell. Leur but reste d'arrêter John Faust avant qu'il mette son projet à exécution.

Critique:
Ce tome m'a autant plu que les autres. J'avais peur que le fait que Lily cherche encore et toujours à arrêter les agissements de John Faust devienne lassant, mais dans ce tome, cela n'a pas été le cas. D'abord, d'autres choses se passent. Par exemple, Lily et le lecteur rencontrent les Blackwell. Ensuite, nous découvrons un autre personnage très sympathique: Emeline. On la voit très peu, mais sa bonne humeur et sa gentillesse sont une bouffée d'oxygène, ça change de John Faust. De plus, j'ai apprécié le conseil qu'elle donne à notre héroïne.

Entre ce conseil et les aventures qu'elle vit, Lily prend conscience de certains éléments, ose admettre (par exemple) qu'il faudra qu'elle fasse quelque chose qu'elle refusait de faire...
De plus, son amitié pour Sebastian est mise à l'épreuve par Thereal, et Lily réagit exactement comme je m'y attendais.

Même si l'ambiance est tendue à cause de l'infâme John Faust, Lydia Sherrer sort d'autres éléments plus légers de sa manche. Outre Emeline, il y a Cyril (qui devra aller sur le terrain pour comprendre qu'il n'aurait jamais dû l'exiger), Hawkins (dont certains côtés sont cocasses), et bien sûr, les répliques toujours à propos de sir Kippling. L'autrice lui a d'ailleurs mis un renard dans les pattes, ce qui amuse le lecteur.

Quant à John Faust, certaines données ont changé. Peut-être sera-t-il plus facile de s'en débarrasser par la suite... Je l'espère. J'aimerais bien que Lily et Sebastian retournent accomplir des missions comme celles du tome 1. En fait, j'aimerais que John Faust et sa nouvelle acolyte disparaissent, et que les héros soient confrontés à différents éléments nécessitant leur expérience, mais pas forcément à de diaboliques personnages.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Amy McFadden pour les éditions Tantor Media.

J'apprécie toujours autant la voix et le jeu de cette comédienne. Ici, j'ai regretté que certains personnages aient l'accent anglais, mais la lectrice n'est pas à blâmer, elle était obligée de faire cela, car ils étaient anglais.

Partage

26 lectures

lundi, 19 juillet 2021

Love, lies, and hocus pocus, book 3: Allies, de Lydia Sherrer.

L'ouvrage:
Lily va passer un week-end dans sa famille afin de renouer, mais aussi parce que sa mère et elle doivent prévenir les autres membres quant au danger qui se profile.

Critique:
La suite des aventures de Lily m'a plu. Comme dans les tomes précédents, l'autrice mélange humour et situations délicates. Elle se met elle-même dans ce qui pourrait être une impasse lorsque l'un des personnages se retrouve en prison. Pour l'en sortir, son héroïne se décide à faire quelque chose, et si Lydia Sherrer n'avait pas bien maîtrisé son intrigue, cette chose aurait pu faire partir la série en vrille, parce qu'elle aurait pu sombrer dans le niais ou dans l'invraisemblable. Heureusement, sur ce point, il n'en est rien.

La romancière crée des péripéties cohérentes et intéressantes, car elle précipite ses héros dans des aventures qui les mettent en danger. J'espère quand même qu'elle ne va pas garder trop longtemps la trame des héros qui poursuivent John Faust pour l'empêcher de nuire,car cela risque de devenir lassant. Il serait bon que ce protagoniste et ses complices soient mis hors d'état de causer des problèmes (exterminés serait bien), et que nos héros soient pris par d'autres aventures.

Lily m'a (là encore) un peu agacée, mais elle se remet en question, et réfléchit à ses actes, à ses pensées, à ce qu'elle souhaite faire. D'un autre côté, certains éléments laissent entrevoir qu'elle a davantage de capacités que le commun des magiciens. À voir comment l'autrice exploitera cela...
Dans ce tome, on rencontre un autre personnage. Il est attachant. J'espère que Lily gardera contact avec lui.
Quant à madame Berrington, elle ne m'a pas agacée, dans ce tome. De toute façon, je sais que c'est un personnage sympathique.
J'apprécie toujours autant sir Kippling. Il est toujours synonyme d'amusement (surtout lorsqu'il montre avec brio à Lily qu'il a raison), et le lecteur sait qu'il a toujours les intérêts de son humaine en tête.
Quant à Sebastian, je l'apprécie toujours autant. Lorsque Lily doutait de lui, je me disais qu'elle avait tort.
Les lutins et fées avec lesquels commerce Sebastian me font rire. J'espère qu'on les voit dans les tomes suivants.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Amy McFadden pour les éditions Tantor Media.

Partage

56 lectures

jeudi, 18 février 2021

Le souper des maléfices, de Christophe Arleston.

Le souper des maléfices

L'ouvrage:
Cité de Slarance.
Zéphyrelle est la fille d'un vieux guerrier aujourd'hui décédé. Elle prend des cours avec un ami de celui-ci, car elle souhaite être une parfaite combattante. Un jour, elle est recrutée par le dynarque de Slarance: elle doit enquêter sur d'étranges faits, dont le meurtre de tous les agents du dynarque.

Critique:
Ce roman m'a beaucoup plu. J'ai apprécié que dès le départ, l'auteur nous montre que Zéphyrelle, malgré sa bonne volonté, a encore beaucoup de choses à apprendre. Elle est un peu pénible, car elle semble penser qu'elle saurait se sortir de n'importe quelle situation. Mais elle est sympathique, car elle écoute ses aînés, et tire des leçons de ses erreurs. Son art du déguisement m'a fait rire. D'une manière générale, j'ai apprécié de la voir évoluer, mûrir, ne pas hésiter à se frotter à certains défis, dont l'un est à la fois cocasse et dangereux...

Fanalpe est un peu du même tonneau. Il n'est pas parfait, et ses erreurs engendrent un rire teinté d'agacement chez le lecteur. Par exemple, je me suis dit qu'il était vraiment idiot de n'avoir pas pensé que son plat «enchanté» ne serait pas uniquement goûté par celle à l'intention de qui il l'avait préparé. Christophe Arleston, lui, y a bien pensé... ;-) Par contre, il y a une chose qui me semble une incohérence: je n'arrive pas à comprendre comment Fanalpe a fait pour verser sa sauce dans le repas du dynarque sans que ni Zéphyrelle, ni le goûteur, ni celui qui les accompagne ne s'en aperçoive...

Mis à part cela, pour moi, tout se tient. La résolution de l'énigme est simple... une fois qu'on a la solution. Je ne sais pas pourquoi je n'y avais pas pensé.

Le roman est parsemé de situations et de répliques humoristiques. Par exemple, la peur teintée d'admiration de chacun pour les silences du dynarque, ou bien certaines conséquences de ce que fait Fanalpe afin que son oie ait l'âge requis. ;-)

La fin ne laisse pas le lecteur avec des questions, mais certains éléments donneraient matière à une suite. Je dis surtout cela parce qu'ayant beaucoup apprécié ce roman, j'aimerais en retrouver certains personnages. Certes, il faudrait que l'auteur créât une énigme d'un autre genre (il ne va quand même pas y avoir d'autres meurtres dans la même cité, ce serait un peu gros), ce qui permettrait au lecteur de retrouver la verve et le savoir-faire de Zéphyrelle et de Fanalpe.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Alexandre Donders pour les éditions Audible Studios, dont vous trouverez le catalogue sur le site Audible.

C'est le premier roman que je lis enregistré par ce comédien. Son interprétation m'a beaucoup plu. Il joue les sentiments des personnages sans les exagérer, et ne fait pas d'affreux effets de voix pour les rôles féminins. Je l'entendrai à nouveau avec plaisir.

Acheter « Le souper des maléfices» sur Amazon
Acheter « Le souper des maléfices» en téléchargement audio sur Amazon (Audible.fr)

Partage

288 lectures

lundi, 21 décembre 2020

Calla's story, tome 1: A faerie's secret, de Rachel Morgan.

A faerie's secret

__Si vous voulez lire cette série, il est préférable d'enchaîner les trois tomes, comme si le tout n'était qu'un seul livre.

L'ouvrage:
Calla Larkenwood vient d'avoir dix-sept ans. Elle a toujours rêvé d'appartenir à la Guilde de la ville, de faire partie des gardiens, c'est-à-dire de sauver les personnes en danger, de faire en sorte que calme et paix règnent. Sa mère a toujours refusé qu'elle entre à l'école de la Guilde. Alors, la jeune fille prend secrètement des cours. Un jour, son secret est découvert par ses parents, car elle combat (mieux qu'elle n'aurait pu le faire sans aucune formation) un homme qui s'était introduit dans la maison familiale. La mère de Calla, sans expliquer ses raisons, finit par décider que sa fille devrait être formée auprès de la Guilde pour, par la suite, y entrer en tant que gardienne.

Critique:
Après avoir beaucoup aimé «City of wishes», j'ai voulu lire d'autres écrits de Rachel Morgan. Le cycle contenant «Calla's story» est composé de trois trilogies. Je n'ai pas lu la première, car je n'aime pas le jeu de la lectrice qui en a enregistré une partie. Quant à la série «Ridley Cayne chronicles», j'attends qu'elle soit complète. J'ai donc attaqué «Calla's story», la deuxième trilogie du cycle. Le tome 1 m'a beaucoup plu. Notre héroïne a des idéaux contre lesquels certains la préviennent. J'ai rapidement eu le sentiment qu'elle déchanterait quant à l'admiration qu'elle voue à la Guilde. Elle doit d'abord faire face à ceux qui trouvent injuste qu'elle ait été directement acceptée en cinquième année de formation (elle a pu rattraper les années manquantes). Parmi ces personnes, on trouve certains de ses camarades, mais également sa responsable de formation. En outre, des bruits courent sur Calla, et certains en font des gorges chaudes... Notre héroïne est sympathique...

L'intrigue est sans temps morts. Presque par hasard, Calla se retrouve embarquée dans quelque chose qui va complètement bouleverser sa vie et celle de sa famille. À un moment de l'histoire, son père se voit contraint de lui avouer que sa mère et lui lui ont menti concernant certaines choses. Calla réagit assez violemment, ce qui fait que son père et son frère l'exhortent au calme. Je dois dire qu'à la place de la narratrice, j'aurais sûrement réagi comme elle. De ce fait, même si j'ai compris qu'elle aurait peut-être d'abord dû se préoccuper du sort de sa mère, j'ai parfaitement compris qu'elle se sente flouée, et le fasse savoir.
À un autre moment, elle se retrouve propulsée dans un tourbillon de péripéties, et l'autrice parvient à rendre crédible la façon dont elle s'en tire. Même moi qui râle toujours lorsque cela arrive ainsi dans les romans, j'ai trouvé que c'était bien agencé.

Ce tome 1 se termine sur une révélation que je n'avais pas vue venir. Pourtant, Rachel Morgan l'a très bien préparée en semant quelques indices. Elle l'a d'ailleurs très bien fait, à mon avis.

La romancière n'oublie pas de saupoudrer son livre de quelques traits humoristiques: certaines répliques échangées par Calla et Chase, par Violet et son mari...

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Arielle Delisle pour les éditions Tantor Media.

Acheter « A faerie's secret » en téléchargement audio anglais sur Amazon (Audible.fr)

Partage

325 lectures

lundi, 4 novembre 2019

Disrupted magic, tome 3: Shadow hunt, de Melissa F. Olson.

Disrupted magic, tome 3: Shadow hunt

Si vous n'avez pas lu les tomes précédents, ne lisez pas cette chronique.

L'ouvrage:
C'est impossible, mais... Scarlett est enceinte. Que faire? Si elle garde le bébé, elle sait que cela pourrait avoir de très désagréables conséquences. Elle décide d'aller demander l'aide de la vampire pour qui travaille Lex.

Critique:
Lorsqu'on lit la quatrième de couverture et les chroniques des lecteurs sur Audible, on a l'impression que Scarlett est trahie par tous ceux en qui elle croyait. Je ne sais pas trop pourquoi certains ont imaginé cela. Au début, elle part avec Molly, et les choses se passent bien entre elles. Il y a même des scène très drôles où cette dernière exprime son amour pour la nourriture. Au moment de repartir, Molly demande quelque chose à Lex: cela montre bien qu'elle n'a absolument pas l'intention de trahir son amie. D'autre part, les trois employeurs de l'héroïne ne font rien contre elle.

Ce tome est aussi palpitant que les précédents. Scarlett a encore affaire à de très sérieux problèmes, manque d'être tuée, doit empêcher une catastrophe... Elle est donc précipitée dans un tourbillon d'aventures très périlleuses, mais après tout, ce n'est pas si différent (sur le plan du danger) de ce qui lui arrive dans les autres tomes. Je ne comprends donc pas pourquoi les chroniques ne cessent de dire que la jeune femme était seule, devait s'en sortir sans aide, etc.

Là encore, le prologue n'est pas de ceux qui gâchent la lecture. Par contre, le début du premier chapitre est une répétition de la fin de l'épilogue de «Blood gamble». J'ai été déçue que Melissa F. Olson utilise une si grosse ficelle pour retarder la lecture de la suite.

J'ai apprécié que Dash semble un peu tomber le masque, soit moins coincé, moins prompt à châtier... Il m'a même fait sourire deux fois!
J'ai retrouvé Kirsten et Will avec plaisir. Ce qui arrive à Will à la fin n'est pas pour me déplaire. À l'instar de Scarlett, depuis «Blood gamble», je me demandais ce que pourrait faire l'autrice quant à Will et le secret qu'il n'apprend que dans «Shadow hunt». Je pense que la romancière a trouvé une solution intéressante. Bien sûr, cela n'ira pas sans heurts, mais je pense que c'est la meilleure solution. Celle que proposait Scarlett dans «Blood gamble» me plaisait moins. Le souci avec celle qu'a choisie l'autrice, c'est que l'absence de réaction de la meute est une incohérence. Il n'y a qu'à se souvenir de ce qui arrive dans «Hunter's trail»...

J'ai aussi aimé retrouver Shadow. J'ai d'ailleurs été heureuse qu'une fois le début du livre (que je ne dévoilerai pas davantage que dans mon résumé) passé, on n'attende pas la fin pour savoir où elle est. Je pense que c'est elle mon personnage préféré. Je dois quand même lui reprocher une chose: elle aime bien Jesse. Ce n'est toujours pas mon cas. Je crois vraiment être la seule fan de la série à ne pas aimer ce personnage. C'est bien ma chance... S'il y a une suite, on le reverra... encore plus et encore plus proche de Scarlett... Beurk!!! J'aimerais qu'il y ait une suite, mais que Jesse disparaisse du paysage.

Ayant aimé cette série, alors que mes tentatives de lire certaines séries de fantasy urbaine avaient échoué, j'ai cherché le site de l'autrice, pensant lui dire qu'elle avait réussi à se démarquer des autres à mes yeux. Justement, j'y ai lu qu'elle n'avait pas voulu commencer à écrire de la fantasy urbaine tant qu'elle n'aurait pas des idées qu'elle n'aurait jamais lues chez d'autres. Je voulais aussi lui dire que j'étais persuadée d'être une anomalie, parce que contrairement aux autres fan, et contrairement (je pense) à ce que souhaite l'autrice, je n'aime pas Jesse. Je ne lui ai pas écrit tout cela parce que j'ai aussi lu qu'elle refusait absolument de justifier tel ou tel choix de sa part concernant tel ou tel livre. Elle conseille à ceux qui la détestent de s'unir pour la vilipender, mais elle ne parlera jamais de tel ou tel choix avec les lecteurs. Cela m'a choquée. J'ai beaucoup aimé les aventures de Scarlett, mais que l'autrice dise qu'elle ne répondra jamais à une critique, j'ai trouvé cela très hautain. Il doit justement être très intéressant de discuter de tel ou tel événement qu'un auteur a choisi de créer. À partir du moment où le lecteur exprime son opinion de manière constructive et sans agressivité, bien sûr. Cela me rappelle la fois où j'ai dit à Camille Lamache (une comédienne très talentueuse) que je n'avais pas compris pourquoi, à un moment de la série «Yggdrasil», elle faisait une voix différente à l'un des personnages. Elle m'a expliqué pourquoi, et j'ai été contente de comprendre ce choix. Si elle avait fait sa Melissa F. Olson, elle m'aurait sûrement dit: «N'écoutez plus les livres que j'ai enregistrés, et ne venez pas me demander de justifier mes choix artistiques!» Je trouve le point de vue de Melissa F. Olson très fermé. Elle n'accepte pas la critique négative, et le revendique...

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Amy McFadden pour les éditions Brilliance audio.

Comme toujours, la comédienne a fait un excellent travail. Entre les émotions des personnages qu'elle joue très bien, et la voix qu'elle prend pour chacun sans jamais forcer le trait, ma lecture a été très agréable.

Acheter « Disrupted magic, tome 3: Shadow hunt » en téléchargement audio sur Amazon

Partage

344 lectures

- page 1 de 11