lundi, 28 mai 2018

Les aventuriers de la mer, tome 9: Les marches du trône, de Robin Hobb.

Les aventuriers de la mer, tome 9: Les marches du trône

L'ouvrage:
Selden veut habiter chez les Khuprus afin de participer à l'aide apportée aux dragons. Ambre est profondément troublée quant à ce qu'a fait Parangon. Althéa va tenter de parler à Vivacia.

Critique:
Avant de commencer cette dernière partie (qui est la fin du tome 3 original), j'ai fait quelque chose que je fais très rarement. Je suis allée écouter des morceaux du dernier chapitre pour voir si au moins une des choses que je souhaitais arrivait. Il fallait que je sois préparée au cas où cette chose précise ne se passe pas comme je l'espérais... Pour ceux que cela intéresse, j'ai fait ça (de manière différente) avec «Le proscrit», de Sadie Jones. Je ne voulais pas le lire s'il se terminait mal. J'ai donc tenté une amie avec, elle l'a lu, et m'a dit ce qu'il en était.

Dans cette dernière partie, il m'a semblé que Robin Hobb avait retrouvé son rythme de croisière. Les circonstances dans lesquelles certains personnages sont réunis m'ont paru grosses, mais la romancière a dû prévoir qu'on lui ferait ce reproche, car elle s'empresse d'expliquer que parfois, ce genre de coïncidences, c'est le destin.

Ambre rappelle un peu le fou de «L'assassin royal». Elle pense avoir quelque chose à accomplir, mais ne sait pas quoi. Elle perçoit des prophéties, mais ne sait pas les interpréter. Elle est moins grandiloquente que le fou, ce qui fait qu'elle m'a été davantage sympathique. (Ou comment s'attirer les foudres des admirateurs du fou...)

Pour moi, l'auteur en a trop fait concernant Hiémain. Elle l'a un peu dénaturé. Bien sûr, son expérience marine, son lien avec Vivacia, son admiration (très agaçante) pour Kennit, tout cela a forcément influé sur sa personnalité, mais pour moi, il n'était pas dans son caractère d'être amoureux de la personne qu'il aime. Bien sûr, c'est préparé, la romancière ne le sort pas de nulle part, mais j'ai trouvé ça trop convenu, et je l'aurais mieux accepté si cela avait été un autre que Hiémain. De toute façon, dans ce tome 3 (donc dans les trois derniers en français) je l'ai trouvé trop différent de lui-même pour être totalement crédible. Le comble est atteint quand il ose désapprouver Malta et son fiancé qui affichent leur amour simplement et sans grandiloquence, ainsi q'Althéa qui évoque sa relation assez libre avec celui qu'elle aime. Cette pudibonderie ne cadre pas avec le caractère de Hiémain qui, habituellement, a l'esprit ouvert, et qui, en plus, n'a jamais trouvé à redire lorsque cela venait de Kennit et Etta.

Certains s'offusqueront peut-être de voir la manière dont les dragons (par l'intermédiaire de Tintaglia) traitent les humains. Quand on y réfléchit, les humains ont ce comportement envers les animaux. Et encore, les dragons sont bien moins cruels. Concernant Tintaglia, Robin Hobb assortit sa tyrannie de moments amusants, notamment quand elle râle parce qu'elle a faim, puis qu'on lui sert de la mauvaise nourriture.

L'auteur se débarrasse bien facilement d'un personnage. Je ne l'aimais pas, donc sa disparition ne m'a pas chagrinée, mais il me semble que Robin Hobb ne savait pas quoi en faire et a choisi la facilité. Certes, je ne sais pas trop ce qu'aurait pu devenir ce personnage s'il avait été en mesure de rentrer chez les siens... mais il est dommage que l'auteur n'ait pas eu davantage d'imagination.

Je pensais qu'une fois leur «nature» (si j'ose dire) révélée, toutes les vivenefs réagiraient de la même façon. Or, chacune réagit différemment. À y bien réfléchir, c'et logique, parce que si on fait partie du même peuple, on a forcément un caractère et un vécu qui font qu'on ne remettra pas tout en question ou pas de la même manière que d'autres, même si ce qu'on découvre est extrêmement déroutant.

Depuis le début, je n'appréciais pas vraiment Sérille, tout en comprenant ses motivations. Je crois que j'ai eu envers elle les mêmes réserves qu'envers Astérie dans «L'assassin royal», sans vraiment savoir pourquoi. Malgré cela, je ne suis pas mécontente de sa situation finale.

J'ai apprécié qu'on revoie un peu Ophélie. Son enjouement et sa repartie ont été une détente après tous ces combats!

Il y a peut-être une petite incohérence. Parangon raconte à Ambre ce qui est finalement arrivé à l'équipage d'Igrot, puis à Igrot lui-même. Pourquoi les deux protagonistes en cause n'ont-ils pas fait en sorte que cela arrive avant? Parangon explique qu'il a essayé de faire certaines choses seul, mais pourquoi ce qui fut fait pour l'équipage ne fut-il pas tenté longtemps auparavant sur Igrot lui-même?

J'aime bien les interrogations d'Ambre et de Parangon quant au fait d'aider les gens, même si cela doit être contre leur gré.

Service presse des éditions Audible Studios, dont vous trouverez le catalogue sur le site Audible.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Vincent de Boüard.

Comme tout au long de la série, le comédien a très bien incarné les personnages. À un moment, j'ai eu peur que la voix dolente et un brin stupide qu'il prend pour le gouverneur ne soit pas crédible lorsque celui-ci tente d'être sérieux, mais au contraire, elle renforce la fatuité du personnage qui, justement, tente de faire croire qu'il est un fin stratège alors qu'il n'est qu'un pantin capricieux. Ce personnage exaspérant m'a souvent fait rire au long de la série, et l'interprétation du comédien a renforcé l'image que je m'en faisais. Je l'ai déjà dit, mais mieux vaut se répéter que se contredire. ;-)

Pour information, la structure du livre a été respectée à 99%. Le dernier chapitre et l'épilogue sont sur la même piste.

Acheter « Les aventuriers de la mer, tome 9: Les marches du trône » sur Amazon ici ou en téléchargement audio (Audible.fr)

Partage

118 lectures

jeudi, 24 mai 2018

Les aventuriers de la mer, tome 8: Ombres et flammes, de Robin Hobb.

Les aventuriers de la mer, tome 8: Ombres et flammes

L'ouvrage:
Tintaglia veut sauver son peuple. Pour ce faire, elle se résout à demander l'aide des humains. Sur le Parangon, certaines choses se corsent. Quant à Malta, elle tente de tirer le meilleur parti possible de son sort.

Critique:
Là encore, Robin Hobb a traîné. Si les négociations entre Terrilville et Tintaglia étaient intéressantes, elles sont trop longues. C'est pareil en ce qui concerne Malta, les choses sont trop lentes. C'est un peu atténué par les échanges entre la jeune fille et le gouverneur, car celui-ci est tellement pénible qu'il en devient amusant. D'autre part, j'en ai un peu assez de l'admiration béate de certains (même si Hiémain doute, il perd son esprit critique) pour cette plaie de Kennit. Dans cette partie (qui est le milieu du tome 3), on en apprend davantage sur le pirate. Ce qui est dévoilé n'a pas été une révélation pour moi, des indices ayant déjà été éparpillés à l'intention du lecteur. Cela n'a pas changé mon opinion quant à Kennit. Ses souffrances passées n'excusent pas qu'il s'en prenne à ceux qui ne lui ont rien fait, et qu'il poignarde allègrement ceux qui l'aiment le plus. J'espère encore qu'il va beaucoup souffrir dans la dernière partie, mais mes espoirs s'amenuisent...

Même si j'ai trouvé les négociations longues, j'ai apprécié que l'auteur montre les désirs et exigences de chacun. Certains pensent au bien commun, mais chacun a ses revendications. Par exemple, les tatoués veulent certaines choses pour leurs semblables. Les habitants du désert des pluies aussi... Et Reyn veut sauver Malta.

Je n'arrive pas à déterminer ce qu'est Foudre... Cela doit être un mélange... Je la croyais moins sotte que Vivacia concernant Kennit, car elle semble moins impressionnable. Malheureusement, elle paraît aussi manipulatrice que lui, et n'hésite pas à faire affaire avec lui, quitte à faire le mal.

Depuis le début du tome 3 (le 7 en français), Selden a pris davantage d'importance. C'est un personnage sympathique. Il est quand même un peu dommage qu'il soit à ce point dévoué aux dragons, parce qu'on dirait que ceux-ci lui ont volé sa personnalité afin de servir leurs intérêts.

Tout au long de la série, il y a quelques allusions à «L'assassin royal». Plusieurs fois, des personnages parlent du royaume des Six-Duchés, disant que certaines de leurs coutumes sont barbares, que les femmes sont les égales des hommes... Ces allusions sont amusantes. De plus, elles renforcent la crédibilité des civilisations créées par Robin Hobb: l'une critique la culture de l'autre.

Service presse des éditions Audible Studios, dont vous trouverez le catalogue sur le site Audible.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Vincent de Boüard.

Le comédien reste égal à lui-même: très bon. Entre les humains, les vivenefs, les serpents, et les dragons, il a fort à faire, d'autant qu'il a attribué à certains un style de voix précis.

Pour information, la structure du livre a été respectée.

Acheter « Les aventuriers de la mer, tome 8: Ombres et flammes, de Robin Hobb. » sur Amazon ici ou en téléchargement audio (Audible.fr)

Partage

124 lectures

samedi, 19 mai 2018

Les aventuriers de la mer, tome 7: Le seigneur des Trois Règnes, de Robin Hobb.

Les aventuriers de la mer, tome 7: Le seigneur des Trois Règnes

L'ouvrage:
Celle-Qui-Se-Souvient cherche ses congénères pour leur transmettre ses souvenirs. Hiémain doit s'habituer à ce qu'il a appris. À Terrilville et dans le désert des pluies, les habitants sont dévastés par les divers désastres qui se sont abattus sur eux. Chacun tente de se débrouiller, et veut garder espoir en la survie des siens.

Critique:
Je pensais que dès le départ, Robin Hobb prendrait un chemin totalement différent et déroutant. J'ai été soulagée que tout n'ait pas absolument changé. Seulement, j'ai trouvé que certaines choses traînaient. Par exemple, les péripéties de Malta s'étirent en longueur. L'auteur rattrape un peu cela: la jeune fille, qui n'a pas la langue dans sa poche, ne se prive pas de répondre vertement au gouverneur lorsqu'il pleurniche et propose des solutions impossibles. J'ai été déçue de ce qui arrive à ce groupe de personnages, surtout à Malta, parce que maintenant, elle m'est très sympathique. Cependant, tout n'est pas perdu, comme le montre un constat de la jeune fille. Voyons la suite.

Ronica se montre forte dans ce tome. Elle a toujours voulu braver l'adversité, mais ici, elle semble puiser une nouvelle force dans son désespoir, afin de sauver ce qui peut l'être. Keffria était ainsi dans la partie précédente (en réalité la fin du tome 2).

Hiémain m'a paru redevenir lui-même dans ce début de tome 3, parce qu'il n'admire plus Kennit sans réserves, il a retrouvé sa tête, et se permet de le contredire. Quant à Kennit, rien à faire, je ne l'aime toujours pas, parce que j'ai l'impression que quoiqu'il fasse, c'est intéressé. Bien sûr, le contact de Hiémain l'a adouci, mais je pense que ce n'est qu'une façade, et qu'il sacrifierait le garçon à son ambition sans hésiter. C'est d'ailleurs ce qu'il tente de faire, même si c'est plus complexe.

Je ne sais pas trop quoi penser de Foudre. Elle est plus vraie que Vivacia (dans tous les sens du terme), et même si elle semble aimer Kennit, elle lui tient tête. Vivacia était trop impressionnée par le pirate, ce qui faisait que je l'appréciais beaucoup moins au long de la série. De plus, ce qu'on apprend quant à l'existence de Vivacia fait qu'on préfère forcément Foudre...

J'ai apprécié les passages se déroulant sur le Parangon parce qu'on retrouve Althéa, Brashen et Ambre que j'aime beaucoup. Parangon est étrange. Il est parfois très pénible, surtout quand il se met en colère ou s'entête, mais il ne m'a jamais déplu. C'est peut-être la vivenef la plus lucide, en fait...

Service presse des éditions Audible Studios, dont vous trouverez le catalogue sur le site Audible.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Vincent de Boüard.

Malgré la longueur de la série et l'importante galerie de personnages, Vincent de Boüard n'a pas failli. Bravo à lui.

Pour information, la structure du livre a été respectée.

Acheter « Les aventuriers de la mer, tome 7: Le seigneur des Trois Règnes » sur Amazon ici ou en téléchargement audio (Audible.fr)

Partage

135 lectures

samedi, 12 mai 2018

Les aventuriers de la mer, tome 6: L'éveil des eaux dormantes, de Robin Hobb.

Les aventuriers de la mer, tome 6: L'éveil des eaux dormantes

L'ouvrage:
Les serpents de mer rencontrent l'un des leurs qu'ils parviennent à faire parler. Althéa, Brashen et Ambre s'attaquent à leur projet. Malta se prépare à être présentée à la société de la ville lors d'un bal. Kennit manigance afin d'obtenir quelque chose.

Critique:
J'ai été un peu déçue par cette partie. D'abord, je pensais qu'on verrait davantage Brashen Althéa et Ambre. J'imaginais que leur projet allait les précipiter dans de très périlleuses aventures. On les voit très peu, et de toute façon, l'auteur est tournée vers l'objectif qu'elle dévoile à mesure des tomes, donc maintenant, ses personnages ne servent qu'à atteindre ce but. Malheureusement pour moi, cela m'intéresse moins, même si je comprends ce que veut montrer la romancière. De plus, je trouve qu'on se rapproche trop de quelque chose qu'on trouve dans «L'assassin royal». Ce n'est pas abordé de la même façon, mais au final, ça sent trop le déjà vu pour moi. En outre, cela fait que certains personnages ne semblent plus être eux-mêmes, mais agir sous l'influence d'autres. Je pense surtout à Hiémain. Bien sûr, ce qu'il fait va avec son caractère, mais on se demande s'il n'était pas uniquement un pion.

On me dira que je devrais être contente, étant donné que Malta cesse progressivement d'être une peste, et se rend vraiment compte de ce qui se passe. Certes, mais c'est une maigre consolation.

D'autre part, entre le bal, le gouverneur complètement stupide et confit dans son égoïsme, et Kennit qui me casse de plus en plus les pieds, je me suis ennuyée. Je pense que l'auteur fait exprès de mettre ces comportements puérils et ce bal superficiel en face du reste pour faire ressortir le contraste entre les deux, mais savoir cela n'a pas atténué ma déception. J'ai également été déçue que Hiémain admire Kennit sans réserves, alors qu'il restait le seul qui se méfiait encore un peu du pirate (donc qui gardait un peu de lucidité).

Il y a encore un tome (trois en français), donc je suppose que le «final» de «L'éveil des eaux dormantes» n'est qu'une étape. Je suis un peu inquiète, car je me demande où Robin Hobb va aller...

Service presse des éditions Audible Studios, dont vous trouverez le catalogue sur le site Audible.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Vincent de Boüard.

Comme d'habitude, Vincent de Boüard n'avait pas la partie facile, et s'en est très bien tiré. Parmi les choses qui ne m'ont pas semblé simples à jouer, il y a les minauderies de Malta et de son amie lors du bal. Il n'est pas forcément aisé de ne pas surjouer cela. J'ai également apprécié le ton que le narrateur prend pour le gouverneur. Cela renforce l'image peu reluisante qu'on se fait du personnage. Ce ne sont que des exemples, mais je trouve que l'interprétation du comédien est bonne du début à la fin.

Pour information, la structure du livre a été respectée.

Acheter « Les aventuriers de la mer, tome 6: L'éveil des eaux dormantes » sur Amazon ici ou en téléchargement audio

Partage

119 lectures

jeudi, 10 mai 2018

Les aventuriers de la mer, tome 5: Prisons d'eau et de bois, de Robin Hobb.

Les aventuriers de la mer, tome 5: Prisons d'eau et de bois

L'ouvrage:
Le gouverneur se rend à Terrilville. Brashen apprend aux femmes Vestrit ce qui est arrivé à la Vivacia. Malgré leur mésentente, elles devront s'unir et faire front pour tenter de sauver leur famille.

Critique:
D'une manière générale, cette partie (qui est le milieu du tome 2 original) est moins lente que la précédente. Pourtant, elle a démarré avec trop de longueurs à mon goût. Le premier chapitre est consacré au gouverneur. J'apprécie peu le personnage. Avant cela, il y a un intermède où on voit les serpents. Je sais bien qu'ils sont étroitement liés aux autres, mais leurs péripéties me captivent moins que celles des humains et des vivenefs.
À part ce début un peu laborieux, le reste s'enchaîne très vite et bien.

À certains moments, j'étais un peu agacée par Althéa qui tourne autour du pot, ne veut pas admettre certaines choses... Pourtant, j'ai conscience que j'ai été sévère avec elle: elle a déjà du mal à être acceptée par sa famille, donc elle pense que si en plus on apprenait ce qu'elle craint que Brashen révèle, elle est sûre qu'elle serait pestiférée.

Certains disent que les événements ont quelque peu fait mûrir Malta. Je la vois plus calculatrice que mature. Je pense qu'elle sert uniquement ses intérêts, et si elle finit par donner sa parole quant à une certaine chose, rien ne l'empêchera, lorsqu'elle aura obtenu ce qu'elle veut, de la reprendre. Bien sûr, elle ne sait pas encore que ses espoirs sont vains... du moins, pour l'instant.

À travers l'attachement profond d'une vivenef aux siens, Robin Hobb étudie les rapports familiaux. Parangon ne peut imaginer que ceux à qui il appartient l'abandonneraient. Malgré toute la souffrance qu'il endure, il ne souhaite pas d'autre vie. D'un autre côté, Vivacia et Hiémain partagent un lien très fort, mais elle n'hésite pas à se détourner de lui, lorsque quelqu'un la flatte, et lui fait croire qu'elle est, à ses yeux, la plus importante au monde. Peut-être ce revirement est-il peu douloureux pour elle parce que Hiémain a commencé par nier leur lien, ou du moins, par tenter de ne pas en tenir compte.

Kennit m'est toujours aussi antipathique. Je ne lui trouve aucune excuse, surtout après ce qu'il a fait tout au long de cette partie. J'aimerais bien qu'il souffre beaucoup (moralement) dans le reste du cycle. ;-)

Un nouveau personnage (Cliff) fait son apparition. Il m'a d'emblée été sympathique. Je pense qu'il prendra de l'importance.

Ce que vont tenter Brashen, Althéa et Ambre promet une suite riche en rebondissements...

Service presse des éditions Audible Studios, dont vous trouverez le catalogue sur le site Audible.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Vincent de Boüard.

L'interprétation de Vincent de Boüard reste vivante et fluide. Je me suis habituée à ce qu'il marque certains rôles, ou peut-être les marque-t-il moins. En tout cas, je salue son énergie: quand on sait que les neuf tomes sont sortis à raison d'un par mois, je suppose qu'il a dû les enchaîner à un rythme soutenu, même si l'éditeur a dû se ménager une petite avance.

Pour information, la structure du livre a été respectée.

Acheter « Les aventuriers de la mer, tome 5: Prisons d'eau et de bois » sur Amazon ici ou en téléchargement audio

Partage

123 lectures

- page 1 de 8