A paraître en Audio

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi, 10 juillet 2018

*Parutions Audiolib, août 2018.

Ces titres sont annoncés pour le 16 août.

  • La femme qui ne vieillissait pas

La femme qui ne vieillissait pas, de Grégoire Delacourt, lu par Françoise Cadol, 3h54.
« À quarante-sept ans, je n’avais toujours aucune ride du lion, du front, aucune patte d’oie ni ride du sillon nasogénien, d’amertume ou du décolleté ; aucun cheveu blanc, aucune cerne ; j’avais trente ans, désespérément. »
Il y a celle qui ne vieillira pas, car elle a été emportée trop tôt. Celle qui prend de l’âge sans s’en soucier, parce qu’elle a d’autres problèmes. Celle qui cherche à paraître plus jeune pour garder son mari, et qui finit par tout perdre. Et puis, il y a Betty.

  • Légende d'un dormeur éveillé

Légende d'un dormeur éveillé, de Gaëlle Nohant, lu par Antoine Leiris et Rafaèle Moutier, 14h17.
Robert Desnos a vécu mille vies – écrivain, critique de cinéma, chroniqueur radio, résistant de la première heure –, sans jamais se départir de sa soif de liberté. Pour raconter l’histoire extraordinaire de ce dormeur éveillé, Gaëlle Nohant épouse ses pas ; comme si elle avait écouté les battements de son cœur, s’était assise aux terrasses des cafés en compagnie d’Éluard ou de García Lorca, avait tressailli aux anathèmes d’André Breton, fumé l’opium avec Yvonne George, et dansé sur des rythmes endiablés au Bal Blomet aux côtés de Kiki de Montparnasse et de Jean-Louis Barrault. S’identifiant à Youki, son grand amour, la romancière accompagne Desnos jusqu’au bout de la nuit.

  • Les huit montagnes

Les huit montagnes, de Paolo Cognetti, lu par Emmanuel Dekoninck, 6h50.
« Quel que soit notre destin, il habite les montagnes au-dessus de nos têtes. »
Pietro est un garçon de la ville, Bruno un enfant des montagnes. Ils ont 11 ans et tout les sépare. Dès leur rencontre à Grana, au cœur du val d’Aoste, Bruno initie Pietro aux secrets de la montagne. Ensemble, ils parcourent alpages, forêts et glaciers, puisant dans cette nature sauvage les prémices de leur amitié.
Vingt ans plus tard, c’est dans ces mêmes montagnes et auprès de ce même ami que Pietro tentera de se réconcilier avec son passé – et son avenir.

  • Le seigneur des anneaux 3 - Le retour du roiLe seigneur des anneaux 3 - Le retour du roi, de John Ronald Reuel Tolkien, lu par Thierry Janssen, 19h13.
    La dernière partie du Seigneur des Anneaux voit la fin de la quête de Frodo en Terre du Milieu. Le Retour du Roi raconte la stratégie désespérée de Gandalf face au Seigneur des Anneaux, jusqu'à la catastrophe finale et au dénouement de la grande Guerre où s'illustrent Aragorn et ses compagnons, Gimli le Nain, Legolas l'Elfe, les Hobbits Merry et Pippin, tandis que Gollum est appelé à jouer un rôle inattendu aux côtés de Frodo et de Sam au Mordor, le seul lieu où l'Anneau de Sauron peut être détruit.
    Cette nouvelle traduction prend en compte la dernière version du texte anglais, les indications laissées par J.R.R. Tolkien à l'intention des traducteurs et les découvertes permises par les publications posthumes proposées par Christopher Tolkien.
  • SoeursSoeurs, de Bernard Minier, lu par Hugues Martel, 12h58.
    Mai 1993. Deux sœurs, Alice, 20 ans, et Ambre, 21 ans, sont retrouvées mortes en bordure de Garonne. Vêtues de robes de communiantes, elles se font face, attachées à deux troncs d’arbres. Le jeune Martin Servaz, qui vient d’intégrer la PJ de Toulouse, participe à sa première enquête. Très vite, il s’intéresse à Erik Lang, célèbre auteur de romans policiers à l’œuvre aussi cruelle que dérangeante. Les deux sœurs n’étaient-elles pas ses fans ?
    Février 2018. Par une nuit glaciale, l’écrivain Erik Lang découvre sa femme assassinée... elle aussi vêtue en communiante. Vingt-cinq ans après le double crime, Martin Servaz est rattrapé par l’affaire. Une épouse, deux sœurs, trois communiantes... et si l’enquête de 1993 s’était trompée de coupable ?
  • La parole est un sport de combat

La parole est un sport de combat, de Bertrand Périer, lu par l'auteur et François Montagut, 4h56.
« J’ai une histoire d’amour contrariée avec la parole. C'est parce que j’ai l’impression d’avoir perdu des années à l'apprivoiser que je mets aujourd'hui un point d'honneur à transmettre l'art de bien parler aux jeunes pour qu’ils se libèrent des déterminismes sociaux. Les mots pour débattre, plutôt que pour se battre. Bien parler suppose un entraînement, des techniques pour être à l’aise en public, mais aussi pour structurer un discours, le délivrer avec aisance, convaincre en toutes circonstances. Puisez dans ce livre de bons conseils pour nourrir et libérer votre parole. Devenez orateurs ! Si j’y suis arrivé, vous pouvez le faire ! »

Partage

258 lectures

vendredi, 22 juin 2018

*Parutions Sixtrid, juin 2018.

Ces titres sont annoncés pour le 28 juin.

  • La cabane des pendus La cabane des pendus, de Gordon Ferris, interprété par Bernard Malaka.
    Compte à rebours macabre dans le Glasgow de l’après-guerre.
    Hugh Donovan a été piégé. Accusé à tort d’un crime pédophile, il est condamné à mort. Depuis sa prison, il appelle à l'aide un ami d'enfance : Douglas Brodie, ex-policier, vétéran de la campagne d'Afrique, devenu reporter. Bagarres de pub ou courses-poursuites dans les paysages sauvages d'Écosse, rien n'arrête Douglas dans sa quête de justice. Au risque de replonger dans la spirale de la violence...
    "La Cabane des pendus" est la première d’une série de quatre enquêtes menées par Douglas Brodie.
  • Falaise des fous Falaise des fous,de Patrick Grainville, interprété par Marc-Henri Boisse.
    Fresque historique vertigineuse, saga familiale et amoureuse, évocation puissante de la pulsion créatrice.
    1868-1927 : de l'invention de l'impressionnisme à la traversée de l'Atlantique par Lindbergh, un Normand établi à Étretat entreprend le récit de sa vie. Orphelin de mère, jamais reconnu par son père, il s'est installé chez son oncle, dans la splendeur des falaises, après avoir été blessé lors de la sanglante aventure coloniale en Algérie. Sous son regard, un homme peint : c'est Monet. Pour le jeune homme, qui ne connaît rien à la peinture, c'est un choc. La naissance d'un art et d'une époque se joue là, et, dès lors, il n'aura de cesse d'en suivre les métamorphoses, guidé par deux amantes, Mathilde, une bourgeoise mariée, sensuelle, puis Anna, passionnée. Elles l'initient à Monet, présent de bout en bout, mais aussi à Courbet, Boudin, Degas, Flaubert, Hugo, Maupassant... Tous passent à Étretat ou dans son voisinage.
    De la débâcle de la guerre de 1870 à la découverte de New York, de l'affaire Dreyfus au gouffre de la Grande Guerre, c'est tout un monde qui surgit, passe, et cède la place à un autre. Dans la permanence des falaises lumineuses, la folie de Monet affrontant l'infini des Nymphéas. Le tout sous la plume d'un homme qui a beaucoup vécu, beaucoup ressenti, aimé et perdu.
  • La débâcle La débâcle, d'Émile Zola, interprété par Éric Herson Macarel.
    «La débâcle» est le dix-neuvième volume des Rougon-Macquart.
    À la suite de la mort de son épouse, Jean Macquart, désespéré, personnage principal de «La Terre», reprend du service dans l’armée. Incorporé dans le 106e de ligne, il y est caporal. Ses hommes le respectent. Lors de la guerre franco-prussienne de 1870, il ne peut qu’assister impuissant à l’effondrement de l’Empire et à la déroute de ses armées. Pour Zola, l’incompétence de l’état-major, l’impréparation des troupes, l’archaïsme des matériels et le rôle néfaste joué par l’impératrice Eugénie auprès de Napoléon III ont amené cette déroute. C’est aussi l’histoire d’une amitié entre Jean Macquart et l’un de ses soldats, l’intellectuel Maurice Levasseur. Le premier défend une France où règnent l’ordre et la sagesse ; le second souhaite mettre fin aux injustices et rêve de révolution. Ces divergences idéologiques ne les empêchent pas de se respecter. Lors de la déroute, chacun sauvera la vie de l’autre. Mais une fois la guerre finie, tous deux vont se retrouver à Paris et participer à la Commune: Macquart avec les Versaillais et Levasseur avec les communards...
    Zola signe ici son seul roman historique. Il y dénonce les horreurs de la guerre, ce qui lui créera bien des inimitiés. Mais dans cette débâcle, n’assiste-t-on pas à l’avènement d’un monde nouveau, plus juste, plus humain, plus démocratique ?

Partage

259 lectures

vendredi, 15 juin 2018

*Parutions Audiolib, juillet 2018.

Ces titres sont annoncés pour le 4 juillet.

Calendar Girl 3 - Été (Juillet, Août, Septembre), d'Audrey Carlan, lu par Helena Coppejans, 10h7.
En juillet, direction Miami, où Mia est engagée pour jouer dans le clip d’un artiste de hip-hop. Malgré une expérience douloureuse quelques jours auparavant, Mia tombe sous le charme du latin lover. Ragaillardie, Mia s’envole pour le Texas où elle doit jouer le rôle de la soeur cachée de Maxwell Cunningham pour qu’il puisse toucher l’héritage de son père, un magnat du pétrole. Elle quitte cette famille d’adoption à regret pour retrouver Las Vegas, son père dans le coma, ses dettes et son ex-fiancé qui la harcèle. Pour couronner le tout, son amoureux, Wes, disparaît…

Madame Pylinska et le secret de Chopin, d'Eric-Emmanuel Schmitt, lu par l'auteur, 2h22.
« Madame Pylinska, quel est le secret de Chopin ?
-Il y a des secrets qu’il ne faut pas percer mais fréquenter : leur compagnie vous rend meilleur. »
Dans le cadre du Cycle de l’Invisible, Madame Pylinska et le secret de Chopin est un conte initiatique, plein d’intelligence et d’humour, où la musique apprend à vivre et à aimer. Dans cet enregistrement exceptionnel, la lecture douce et malicieuse d’Éric-Emmanuel Schmitt s’allie à la virtuosité du pianiste-concertiste Nicolas Stavy pour nous faire découvrir, avec humour et poésie, l’univers fascinant de Chopin.

La symphonie du hasard 2, de Douglas Kennedy, lu par Ingrid Donnadieu, 7h52.
La suite de la vie tumultueuse d’Alice Burns : entre une famille aux personnalités complexes et une société en pleine mutation. Prise d’un besoin urgent de s’évader, le premier tome se terminait sur son départ pour l’Europe. Loin des siens et des liens toxiques qui les unissaient, Alice arrivera-t-elle à devenir la femme qu’elle a toujours rêvé d’être?

La daronne, d'Hannelore Cayre, lu par Isabelle Botton, 4h43.
Comment, lorsqu’on est une femme seule, travailleuse avec une vision morale de l’existence, qu’on a trimé toute sa vie pour garder la tête hors de l’eau tout en élevant ses enfants, qu’on a servi la justice sans faillir, traduisant des milliers d’heures d’écoutes téléphoniques avec un statut de travailleur au noir, en arrive-t-on à franchir la ligne jaune ? Rien de plus simple, on détourne une montagne de cannabis d’un Go Fast et on le fait l’âme légère, en ne ressentant ni culpabilité ni effroi, mais plutôt... disons…un détachement joyeux. Et on devient la Daronne.

La reine du bal, de Mary Higgins Clark et Alafair Burke, lu par Marcha Van Boven, 7h41.
Deux mois après sa dernière affaire, Laurie Moran cherche désespérément un nouveau sujet pour son émission Suspicion. Ryan Nichols, son nouveau collègue toujours aussi agaçant, lui fait une proposition : il y a trois ans, Ginny Wakeling, membre du conseil d’administration et riche donatrice de Metropolitan Museum of Art, a été retrouvée morte dans la neige, poussée du toit du musée lors de la célèbre soirée du Met Gala. Nichols cherche en fait à faire innocenter son coach Ivan Gray, le jeune petit-ami de la victime, qui reste le principal suspect. Malgré la réticence de Laurie à défendre Ivan Gray, son équipe soutient le projet au fort potentiel d’audience. Au cours de l’enquête, il s’avérera que Gray n’avait rien à gagner à la mort de Ginny, et Laurie se penchera du côté de l’héritage familial…

Le miracle Spinoza - Une philosophie pour éclairer notre vie, de Frédéric Lenoir, lu par David Manet, 4h53.
Banni de la communauté juive à 23 ans pour hérésie, Baruch Spinoza décide de consacrer sa vie à la philosophie. Son objectif ? Découvrir un bien véritable qui lui « procurerait pour l’éternité la jouissance d’une joie suprême et incessante. » Au cours des vingt années qui lui restent à vivre, Spinoza édifie une oeuvre révolutionnaire. Comment cet homme a-t-il pu, en plein XVIIe siècle, être le précurseur des Lumières et de nos démocraties modernes ? Le pionnier d’une lecture historique et critique de la Bible ? Le fondateur de la psychologie des profondeurs ? L’initiateur de la philologie, de la sociologie, et de l’éthologie ? Et surtout, l’inventeur d’une philosophie fondée sur le désir et la joie, qui bouleverse notre conception de Dieu, de la morale et du bonheur? À bien des égards, Spinoza est non seulement très en avance sur son temps, mais aussi sur le nôtre. C’est ce que j’appelle le « miracle » Spinoza. F.L.

Jeunesse

Les Indestructibles - Les histoires des deux films, de Walt Disney, lu par Déborah Perret, 1h53.
Bob Parr, alias M. Indestructible, père de famille aux super pouvoirs, travaille dans une société d’assurances où il s’ennuie. Une mission secrète lui est confiée, qui va lui donner l’occasion de remettre son costume. Pour vaincre l’effroyable Syndrome, c’est toute la famille Indestructible qui reprend du service! Lorsqu’il s’agit de sauver le monde, son épouse Elastigirl n’est pas en reste, elle n’hésite pas à affronter un super-vilain qui a le pouvoir d’hypnotiser la population. En l’absence de sa femme, M. Indestructible, s’occupe des tâches domestiques. Pas facile de revenir au quotidien quand sommeille en vous l’âme d’un héros…

Le carnet d'Allie 1 - Le déménagement, de Meg Cabot, lu par Camille Donda, 3h46.
Parce que ses parents ont décidé de déménager, Allie Finkle, neuf ans, va devoir abandonner sa belle chambre rose, ses meilleures amies, son école, et tout ça pour quoi ? Pour une vieille maison délabrée, toute grise et grinçante. Sans parler de la nouvelle école qu'elle ne connaît pas! Comment empêcher ce désastre ? Pour se faciliter la vie, Allie invente des règles folles, qu'elle note précieusement dans son carnet.

L'Affaire Caïus, d'Henry Winterfeld, lu par Nicolas Lumbreras, 4h11.
CAÏUS EST UN ÂNE. La phrase inscrite par Rufus sur sa tablette remporte un grand succès en classe. Mais Caïus rougit de colère. Comment Rufus ose-t-il l’insulter, lui, le fils d’un richissime sénateur ? Mais le lendemain, plus personne n’a envie de rire. La même phrase est tracée en lettres rouges sur la façade du temple de Minerve. Or, dans la Rome impériale, le sacrilège est terrible...

Partage

274 lectures

vendredi, 11 mai 2018

*Parutions Audiolib, juin 2018.

Ces titres sont annoncés pour le 6 juin.

  • La disparition de Stephanie Mailer, de Joël Dicker, lu par Philippe Sollier, 18h21.
    30 juillet 1994. Orphea, petite station balnéaire tranquille des Hamptons dans l’État de New York, est bouleversée par un effroyable fait divers: le maire de la ville et sa famille sont assassinés chez eux, ainsi qu’une passante, témoin des meurtres. L’enquête, confiée à la police d’État, est menée par un duo de jeunes policiers, Jesse Rosenberg et Derek Scott. Ambitieux et tenaces, ils parviendront à confondre le meurtrier, solides preuves à l’appui, ce qui leur vaudra les louanges de leur hiérarchie et même une décoration. Mais vingt ans plus tard, au début de l’été 2014, une journaliste du nom de Stephanie Mailer affirme à Jesse qu’il s’est trompé de coupable à l’époque. Avant de disparaitre à son tour dans des conditions mystérieuses.
  • La jeune fille et la nuit, de Guillaume Musso, lu par Rémi Bichet, 9h19.
    Côte d’Azur, hiver 1992. Une nuit glaciale, alors que le campus de son lycée est paralysé par une tempête de neige, Vinca Rockwell, 19 ans, l’une des plus brillantes élèves des classes prépas, s’enfuit avec son professeur de philo avec qui elle entretenait une relation secrète. Pour la jeune fille, «l’amour est tout ou il n’est rien». Personne ne la reverra jamais.
    Côte d’Azur, printemps 2017. Autrefois inséparables, Fanny, Thomas et Maxime, les meilleurs amis de Vinca, ne se sont plus parlé depuis la fin de leurs études. Ils se retrouvent lors d’une réunion d’anciens élèves. Vingt-cinq ans plus tôt, dans des circonstances terribles, ils ont tous les trois commis un meurtre et emmuré le cadavre dans le gymnase du lycée. Celui que l’on doit entièrement détruire aujourd’hui pour construire un autre bâtiment.
  • Une vie sans fin, de Frédéric Beigbeder, lu par Jonathan Lambert, 7h6.
    « La vie est une hécatombe. 59 millions de morts par an. 1,9 par seconde. 158 857 par jour. Depuis que vous lisez ce paragraphe, une vingtaine de personnes sont décédées dans le monde - davantage si vous lisez lentement. L'humanité est décimée dans l'indifférence générale. Pourquoi tolérons-nous ce carnage quotidien sous prétexte que c'est un processus naturel ? Avant je pensais à la mort une fois par jour. Depuis que j'ai franchi le cap du demi-siècle, j'y pense toutes les minutes. Ce livre raconte comment je m'y suis pris pour cesser de trépasser bêtement comme tout le monde. Il était hors de question de décéder sans réagir. » Contrairement aux apparences, ceci n'est pas un roman de science-fiction.
  • Éléphant, de Martin Suter, lu par Samuel Labarthe, 8h7.
    Dans une grotte près de Zurich, Schoch, un sans-abri, découvre un jour un petit animal improbable, un éléphant rose et luminescent. Une seule personne sait comment la petite créature est née et d'où elle vient : le généticien Roux. Il aimerait en faire un événement mondial, une sensation. Mais il lui a été dérobé. Kaung, un Birman, l'un de ceux qui chuchotent à l'oreille des éléphants, a accompagné la naissance de l'animal et estime qu'un être pareil doit être caché et protégé.
  • Sleeping Beauties, de Stephen King et Owen King, lu par Marie Bouvier, 27h54.
    À travers le monde, un étrange phénomène touche les femmes quand elles s’endorment : elles se retrouvent enveloppées dans un cocon. Si on tente de les réveiller, elles se transforment en bêtes sauvages mais quand elles dorment, elles sont transportées ailleurs, dans un endroit où l’harmonie et la paix règnent. Seule l’une d’entre elles, la mystérieuse Evie, semble immunisée. Est-elle un cas d’étude pour la science ou un démon qui doit disparaître? Les hommes sont quant à eux livrés à leurs instincts primaires et se divisent en deux camps: ceux qui veulent tuer Evie et ceux qui veulent la sauver. D’autres encore profitent du chaos ambiant pour assouvir des vengeances personnelles.
  • Homo deus - Une brève histoire du futur, de Yuval Noah Harari, lu par Philippe Sollier, 14h48.
    Sapiens décrivait la façon dont les humains ont conquis le monde par leur capacité unique de croire à des mythes collectifs tels que les dieux, l’argent, l’égalité et la liberté. Homo Deus, nous offre une vision de ce que le monde deviendra quand à ces mythes millénaires s’allieront des nouvelles technologies démiurgiques comme l’intelligence artificielle et la manipulation génétique. Que deviendra la démocratie quand Google et Facebook connaîtront mieux que nous nos goûts et nos préférences politiques ? Qu’adviendra-t-il de l’Etat providence lorsque les humains seront évincés du marché de l’emploi par les ordinateurs? Alors que l’Homo Sapiens devient un Homo Deus, quel nouveau destin sommes-nous en train de nous forger ? Ce livre nous donne un aperçu des rêves et des cauchemars qui façonneront le XXIè siècle.
  • Sauve-toi, la vie t'appelle, de Boris Cyrulnik, lu par Vincent Schmitt, 6h41.
    « Lors de ma première naissance, je n’étais pas là. Mon corps est venu au monde le 26 juillet 1937 à Bordeaux. On me l’a dit. Je suis bien obligé d’y croire puisque je n’en ai aucun souvenir. Ma seconde naissance, elle, est en pleine mémoire. Une nuit, j’ai été arrêté par des hommes armés qui entouraient mon lit. Ils venaient me chercher pour me mettre à mort. Mon histoire est née cette nuit-là. » B.C. C’est cette histoire bouleversante que Boris Cyrulnik nous raconte pour la première fois en détail dans ce livre où l’émotion du survivant se conjugue au talent de l’écrivain, où le récit tragique se mêle à la construction de la mémoire, où l’évocation intime d’une enfance fracassée par la guerre exalte la volonté de surmonter le malheur et de répondre à l’appel de la vie.

Jeunesse:

  • La bande à Picsou, de Walt Disney, lu par Donald Reignoux, 1h.
    Donald, qui a décroché un entretien d'embauche, se voit contraint de confier ses neveux, Riri, Fifi et Loulou, à son Oncle Picsou auquel il n'a pas adressé la parole depuis dix ans. Les trois canetons réveillent alors chez le vieux milliardaire sa soif de l'aventure au point de les entraîner sur la piste de l'Atlantide, la cité engloutie.
  • Virus L.I.V. 3 ou la mort des livres, de Christian Grenier, lu par Audrey D'Hulstère, 3h35.
    Le gouvernement des Lettrés a interdit les écrans et décrété la lecture obligatoire. Face à cette tyrannie, les Zappeurs se révoltent : ces jeunes rebelles, adeptes de l’image, propagent un virus qui efface les mots des livres à mesure qu’ils sont lus. Seule Allis est capable d’identifier l’inventeur du virus et de trouver un antidote.
  • Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens, de Becky Albertalli, lu par Gauthier Battoue, 5h51.
    Moi, c’est Simon. Simon Spier. Je vis dans une petite ville en banlieue d’Atlanta. J’ai deux soeurs, un chien et les trois meilleurs amis du monde. Je suis fan d’Harry Potter, j’ai une passion profonde pour les Oréo, je fais du théâtre. Et je suis raide dingue de Blue. Blue est un garçon que j’ai rencontré sur le Tumblr du lycée. Je le croise peut-être tous les jours, mais je ne sais pas qui c’est. On se dit tout, sauf notre nom. À part Blue, personne ne sait que je suis gay.

Partage

282 lectures

vendredi, 20 avril 2018

*Parutions Audiolib, mai 2018.

Ces titres sont annoncés pour le 16 mai.

  • La chambre des merveilles, de Julien Sandrel, lu par Sophie Duez, 5h13.
    Ce matin, Louis 12 ans, veut confier à sa mère, Thelma, qu’il est amoureux pour la première fois. Mais il voit bien qu’elle pense à autre chose, à son travail sûrement. Alors il part, fâché et déçu, avec son skate, et traverse la rue à fond. Un camion le percute de plein fouet. Le pronostic est sombre. Dans quatre semaines, s’il n’y a pas d’amélioration, il faudra débrancher le respirateur de Louis. En rentrant de l’hôpital, désespérée, Thelma trouve un carnet sous le matelas de son fils. A l’intérieur, il a dressé la liste de toutes ses « merveilles », c’est-à-dire les expériences qu’il aimerait vivre au cours de sa vie. Thelma prend une décision : page après page, ces merveilles, elle va les accomplir à sa place. Si Louis entend ses aventures, il verra combien la vie est belle. Peut-être que ça l’aidera à revenir. Et si dans quatre semaines, Louis doit mourir, à travers elle, il aura vécu la vie dont il rêvait. Mais il n’est pas si facile de vivre les rêves d’un ado quand on a presque quarante ans...
  • Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie, de Virginie Grimaldi, lu par Sophie Frison, 7h16.
    « Je ne t’aime plus. » Il aura suffi de cinq mots pour que l’univers de Pauline bascule. Installée avec son fils de quatre ans chez ses parents, elle laisse les jours s’écouler en attendant que la douleur s’estompe. Jusqu’au moment où elle décide de reprendre sa vie en main. Si les sentiments de Ben se sont évanouis, il suffit de les ranimer. Chaque jour, elle va donc lui écrire un souvenir de leur histoire. Mais cette plongée dans le passé peut faire resurgir les secrets les plus enfouis.
  • Les Nouvelles Aventures du fakir au pays d'Ikea, de Romain Puértolas, lu par Dominique Pinon, 6h7.
    « Acheter le tout dernier modèle de lit à clous d’IKEA, le KISIFRØTSIPIK, voilà ce qu’il lui manquait pour redevenir celui qu’il avait toujours été. » Quelques heures plus tard, le fakir abandonne son bel appartement parisien et sa vie d’écrivain médiatique, et embarque pour la Suède. Au fil du voyage, il se rappelle les étapes de sa formation, enfant, pour devenir fakir.
  • American Gods, de Neil Gaiman, lu par Valentin Merlet, 19h11.
    À peine sorti de prison, Ombre apprend que sa femme et son meilleur ami viennent de mourir dans un accident de voiture et qu'ils étaient amants. Désemparé, il accepte de travailler pour un mystérieux individu qui se fait appeler Voyageur. Entraîné dans une aventure où ceux qu'il rencontre semblent en savoir plus sur ses origines que lui-même, Ombre va découvrir que son rôle dans les desseins de l'énigmatique Voyageur est bien plus dangereux qu'il aurait pu l'imaginer. Car, alors que menace un orage d'apocalypse, se prépare une guerre sans merci entre les anciens dieux saxons des premiers migrants, passés à la postérité sous les traits des super-héros de comics, et les nouveaux dieux barbares de la technologie et du consumérisme qui prospèrent aujourd'hui en Amérique...
  • Sur un mauvais adieu, de Michael Connelly, lu par Jacques Chaussepied, 12h40.
    Missions « haute tension » pour Bosch : traquer un violeur en série et retrouver l’héritier d’un magnat de l’industrie aéronautique que certains n’ont aucune envie de voir apparaître dans le tableau. Bosch se retrouve immédiatement en danger. À présent inspecteur de réserve au San Fernando Police Department, Bosch est mis à rude épreuve, d’autant plus qu’il se retrouve confronté à un passé qui le plonge à nouveau dans de graves angoisses existentielles.
  • Histoire mondiale de la France, de Patrick Boucheron, lu par Mathieu Buscatto, 32h54.
    Voici une histoire de France, de toute la France, en très longue durée, qui mène de la grotte Chauvet aux événements de 2015. Une histoire qui prend aularge le destin d’un pays qui n’existe pas séparément du monde, même si parfois il prétend l’incarner tout entier. Une histoire qui n’abandonne pas pour autant la chronologie ni le plaisir du récit, puisque c’est par dates qu’elle s’organise et que chaque date est traitée comme une petite intrigue.
  • Sauvez votre peau ! Devenez narcissique, de Fabrice Midal, lu par Patrick Mancini, 3h54.
    « Dans ce livre, je propose une toute nouvelle interprétation du mythe de Narcisse, qui n’est nullement cet homme coupable de ne penser qu’à lui, mais l’être qui apprend à se rencontrer, à se respecter, à se faire confiance.
    Contrairement à une illusion tenace, c’est en étant narcissique, en étant en paix avec soi, que nous pouvons développer un rapport authentique aux autres, sans les prendre de haut ni se rabaisser soi-même. » Fabrice Midal.
  • Imparfaits, libres et heureux - Pratiques de l'estime de soi, de Christophe André, lu par Jean-Marc Delhausse, 12h58.
    Être enfin soi-même. Ne plus se soucier de l’effet que l’on fait. Agir sans craindre ni l’échec ni le jugement. Ne plus trembler à l’idée du rejet. Et trouver tranquillement sa place au milieu des autres. Ce livre va vous aider à avancer sur le chemin de l’estime de soi. À la construire, la réparer, la protéger. Il va vous aider à vous accepter et à vous aimer, même imparfaits. Non pour vous résigner, mais pour mieux évoluer. Imparfaits, mais libres et heureux...

Jeunesse:

  • Les mondes d'Ewilan 1 - La forêt des captifs, de Pierre Bottero, lu par Kelly Marot, 6h44.
    Tandis que ses parents explorent des territoires sauvages de l'autre monde, Ewilan se retrouve prisonnière, sur Terre, d'une sinistre Institution. Au cœur de ce laboratoire clandestin, la Sentinelle Eléa Ril' Morienval fomente son retour en Gwendalavir qu'elle cherche plus que jamais à conquérir. Réduite à l'impuissance par de terribles expériences, Ewilan ne peut compter que sur le courage de Salim pour s’échapper.
  • La sélection 2 - L'Elite, de Kiera Cass, lu par Claire Tefnin, 6h7.
    La Sélection de trente-cinq candidates s'est réduite, désormais l'Élite restante n'est plus composée que de six prétendantes. L'enjeu pour ces jeunes filles? Convaincre le Prince Maxon, le Roi et la Reine ses parents, qu'elles sont les mieux à même de monter sur le trône d'Illeá, alors que deux factions de rebelles veulent faire tomber la monarchie. Pour America Singer, demeurer au palais est encore plus compliqué : ses sentiments envers Maxon viennent se heurter à l'amour qu'elle éprouve depuis l'enfance pour Aspen, garde royal qu'elle croise tous les jours dans les galeries, et à son sens aigu de la justice trop souvent déçu par les décisions royales... Entre intrigues de cour, dilemmes tragiques et loyautés divisées, America navigue à vue dans la tourmente, en quête du déclic qui changera à jamais le cours de sa vie...

Partage

249 lectures

- page 2 de 26 -