A paraître en Audio

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi, 3 août 2018

*Parutions Audiolib, septembre 2018.

Ces titres sont annoncés pour le 12 septembre.

  • Les prénoms épicènes, d'Amélie Nothomb, lu par Françoise Gillard, 2h28.
    Épicène, adj. : Qui a la même forme au masculin et au féminin. Claude et Dominique, dont la rencontre au café a été fortuite, se marient et filent à Paris conquérir une nouvelle vie. De leur union naquit un enfant: Épicène. Un amour mère-fille fusionnel. Une détestation père-fille immédiate.
  • J'ai perdu Albert, de Didier Van Cauwelaert, lu par Didier Van Cauwelaert, 5h.
    « Je suis la voyante la plus en vue du pays et, depuis hier midi, je ne vois plus rien. »
    Pourquoi, après vingt-cinq ans de cohabitation, l’esprit qui hante Chloé l’a-t-il soudain quittée pour sauter dans la tête d’un garçon de café, Zac, apiculteur à la dérive qui ne croit en rien ? La situation est totalement invivable, pour elle comme pour lui, d’autant que cet esprit qui s’est mis à le bombarder d’informations capitales et pressantes n’est autre qu’Albert Einstein...
  • L'Archipel du chien, de Philippe Claudel, lu par Féodor Atkine, 6h10.
    Dans l’Archipel du Chien, on enterre les morts debout car la terre est rare. Par moments, une odeur, comme un cadavre en décomposition empeste l’île. La découverte de trois corps isolés sème le trouble dans la petite communauté.
  • Sentinelle de la pluie, de Tatiana de Rosnay, lu par Stéphane Ronchewski, 9h23.
    La famille Malegarde est réunie à Paris pour fêter les 70 ans de Paul, le père, arboriste de renommée internationale. Sa femme Lauren prépare l'événement depuis deux ans, alors qu'importe les pluies diluviennes qui s'abattent sur la Ville Lumière et contrarient les retrouvailles. Mais Linden, le fils cadet, photographe charismatique, pressent que la redoutable crue de la Seine n'est pas la plus grande menace qui pèse sur l'unité de sa famille. Les secrets enfouis déferlent sous le ciel transpercé par les flots...
  • La terre des morts, de Jean-Christophe Grangé, lu par Lionel Bourguet, 16h6.
    Quand le commandant Corso est saisi de l’enquête sur les meurtres de stripteaseuses à Paris, il pense hériter d’une nouvelle affaire criminelle. Il a tort. S’amorce alors un affrontement sans merci avec son principal suspect, Philippe Sobieski, peintre débauché, assassin. Mais un nouvel adversaire change la donne. Claudia Muller, une avocate manipulatrice et capable de tous les sortilèges va projeter une lumière nouvelle sur l’affaire. Corso découvrira qu’un assassin peut en cacher un autre et qu’une femme peut renverser le monde surtout quand ce monde est celui de la jouissance par le mal.
  • L'héritage des espions, de John le Carré, lu par Vincent Schmitt, 9h37.
    1961. L’espion britannique Alec Leamas et son amie Liz Gold trouvent la mort au pied du mur de Berlin. 2017. Peter Guillam, fidèle collègue et disciple de George Smiley dans les services de renseignement autrefois surnommés « le Cirque », est tiré de sa retraite en Bretagne par une lettre de son ancien employeur, qui le convoque à Londres. Pourquoi ? Ses activités d’agent secret pendant la guerre froide le rattrapent. Des opérations qui firent la gloire du Londres secret vont être minutieusement décortiquées par une nouvelle génération qui n’a que faire des luttes menées jadis par les Occidentaux contre le bloc communiste. Quelqu’un doit payer pour le sang des innocents sacrifiés sur l’autel de l’intérêt général.
  • La Guerre des intelligences, de Laurent Alexandre, lu par Arnaud Romain, 8h51.
    Notre cerveau biologique est de plus en plus concurrencé par l’Intelligence Artificielle. Tous les métiers, mêmes les plus complexes, seront touchés par ce tsunami technologique. La cohabitation entre les cerveaux humains et ceux de silicium pourrait conduire à des inégalités insupportables voire à une guerre des intelligences. Mais, en dopant les capacités intellectuelles des hommes de demain, une révolution de notre système éducatif pourrait rendre les Intelligences Humaines et Artificielles complémentaires, et créer une société au potentiel illimité. Quels scénarios l’Humanité devra-t-elle choisir ? Laurent Alexandre nous appelle à prendre conscience de ce changement de civilisation.

Ouvrages pour la jeunesse.

  • Les Mondes d'Ewilan 2 - L'OEil d'Otolep, de Pierre Bottero, lu par Kelly Marot, 7h8.
    À Gwendalavir, Ewilan se prépare à partir pour Valingaï afin de rendre Illian à sa famille et retrouver les siens. Avec Liven, apprenti dessinateur, elle découvre qu’une méduse aux tentacules mortels tente de bloquer l’accès à l’Imagination. Mais peu à peu, un mal sourd infecte son organisme. Soutenue par Salim et Ellana, elle parvient cependant aux confins de l’Empire devant l’œil d’Otolep. Ce lac mythique la délivrera-t-il du parasite mortel qui lui a été inoculé à l’Institution ?
  • Les orangers de Versailles, d'Annie Pietri, lu par Emmylou Homs, 2h37.
    Fille de l’un des jardiniers du château, Marion entre au service d’Athénaïs de Montespan, favorite du Roi-Soleil. Marion a un don : elle reconnaît les odeurs et sait marier les essences. La marquise comprend le parti qu’elle peut en tirer. Un jour, la jeune servante découvre qu’un terrible complot se trame contre la reine, et qu'à son insu, elle en est complice...

Partage

50 lectures

mercredi, 1 août 2018

*Parutions Audible, août 2018.

Les titres suivants sont annoncés pour le 2 août.

  • Une fille, qui danse, de Julian Barnes, lu par Théo Frilet.
  • Crime et déluge (Agatha Raisin enquête 12), de M. C. Beaton, lu par Françoise Carrière.
  • Le puits d'argent (Les Cités des Anciens 8), de Robin Hobb, lu par Raphaël Mathon.
  • Un espion dans l'équipe (Goal ! 2), d'Antoine Griezmann, lu par Raphaël Mathon.
  • La colère des anges (Charlie Parker 12), de John Connolly, lu par François Tavares.
  • Le royaume en danger (Les héritiers 5), d'Erin Watt, lu par Benjamin Jungers et Bénédicte Charton.
  • Osez: 20 histoires de correspondance érotique, Collectif d'auteurs, lu par Isabelle Coltel et Michel Parpaing.

Les titres suivants sont annoncés pour le 9 août.

  • Le cimetière du diable (Bourbon Kid 3), auteur anonyme, lu par Nicolas Justamon.
  • Les Canons de la liberté (Outlander 6.2), de Diana Gabaldon, lu pa Marie Bouvier.
  • Les secrets de l'île (Meurtres à Sandhamn 4), de Viveca Sten, lu par Raphaël Mathon.
  • Goldman sucks, de Pascal Grégoire, lu par Yann Sundberg.
  • Rebecca, de Jean-Yves Masson, lu par Victorien Robert.
  • Porteurs d'âmes, de Pierre Bordage, lu par Damien Witecka.
  • Les blessures du silence, de Natacha Calestrémé, lu par Alexandra Mori.

Les titres suivants sont annoncés pour le 16 août.

  • Abnégation, d'Éva Delambre, lupar Laure Giappiconi.
  • La philo des super-héros, de Jonas Mary, lu par Barbara Tissier.
  • La nuit a dévoré le monde, de Martin Page, lu par François Montagut.
  • Ces gestes qui parlent à votre place, de Joe Navarro et Marvin Karlins, lu par Alexandre Donders.
  • Hunter, de Roy Braverman, lu par Florian Wormser.
  • Comment gérer un partenaire toxique, de Christophe Medici, lu par Ludmila Ruoso.
  • La magie de la peur (Le Soldat chamane 4), de Robin Hobb, lu par Matthieu Dahan.
  • Vous êtes 10 fois plus intelligent que vous ne l'imaginez, de Christophe Bourgois-Costantini, lu par Nicolas Djermag

Les titres suivants sont annoncés pour le 23 août.

  • La France mystérieuse, de David Galley, lu par Hervé Carrascosa.
  • Sans plus attendre (Blue Heron 2), de Kristan Higgins, lu par Tatiana Werner.
  • L'avenir au bout du pied (Goal ! 3), d'Antoine Griezmann, lu par Raphaël Mathon.
  • La cité du feu sacré (The Mortal Instruments 6), de Cassandra Clare, lu par Bénédicte Charton.
  • Les anges sont sans merci (Felicity Atcock 4), de Sophie Jomain, lu par Lila Tamazit.
  • Exercices sexuels de style (Tome 2), de Maïna Lecherbonnier, lu par Pascale Chemin.
  • Le retour de l'assassin (Le fou et l'assassin 4), de Robin Hobb, lu par Sylvain Agaësse.

Les titres suivants sont annoncés pour le 30 août.

  • L'art d'aller à l'essentiel, de Leo Babauta, lu par Marie-Christine Letort.
  • Tout sur mon chien, d'Alejandro Palomas, lu par Martin Amic.
  • Prendre un papa par la main, de Tristane Banon, lu par Christine Braconnier.
  • Flambeau, de Marc Laine, lu par Hervé Carrascosa.
  • Petits meurtres à Mangle Street, de M. R. C. Kasasian, lu par Sophie Loubière.
  • L'amour en marge, de Françoise Rey, lu par Linda Limier.

Partage

45 lectures

mardi, 10 juillet 2018

*Parutions Audiolib, août 2018.

Ces titres sont annoncés pour le 16 août.

  • La femme qui ne vieillissait pas

La femme qui ne vieillissait pas, de Grégoire Delacourt, lu par Françoise Cadol, 3h54.
« À quarante-sept ans, je n’avais toujours aucune ride du lion, du front, aucune patte d’oie ni ride du sillon nasogénien, d’amertume ou du décolleté ; aucun cheveu blanc, aucune cerne ; j’avais trente ans, désespérément. »
Il y a celle qui ne vieillira pas, car elle a été emportée trop tôt. Celle qui prend de l’âge sans s’en soucier, parce qu’elle a d’autres problèmes. Celle qui cherche à paraître plus jeune pour garder son mari, et qui finit par tout perdre. Et puis, il y a Betty.

  • Légende d'un dormeur éveillé

Légende d'un dormeur éveillé, de Gaëlle Nohant, lu par Antoine Leiris et Rafaèle Moutier, 14h17.
Robert Desnos a vécu mille vies – écrivain, critique de cinéma, chroniqueur radio, résistant de la première heure –, sans jamais se départir de sa soif de liberté. Pour raconter l’histoire extraordinaire de ce dormeur éveillé, Gaëlle Nohant épouse ses pas ; comme si elle avait écouté les battements de son cœur, s’était assise aux terrasses des cafés en compagnie d’Éluard ou de García Lorca, avait tressailli aux anathèmes d’André Breton, fumé l’opium avec Yvonne George, et dansé sur des rythmes endiablés au Bal Blomet aux côtés de Kiki de Montparnasse et de Jean-Louis Barrault. S’identifiant à Youki, son grand amour, la romancière accompagne Desnos jusqu’au bout de la nuit.

  • Les huit montagnes

Les huit montagnes, de Paolo Cognetti, lu par Emmanuel Dekoninck, 6h50.
« Quel que soit notre destin, il habite les montagnes au-dessus de nos têtes. »
Pietro est un garçon de la ville, Bruno un enfant des montagnes. Ils ont 11 ans et tout les sépare. Dès leur rencontre à Grana, au cœur du val d’Aoste, Bruno initie Pietro aux secrets de la montagne. Ensemble, ils parcourent alpages, forêts et glaciers, puisant dans cette nature sauvage les prémices de leur amitié.
Vingt ans plus tard, c’est dans ces mêmes montagnes et auprès de ce même ami que Pietro tentera de se réconcilier avec son passé – et son avenir.

  • Le seigneur des anneaux 3 - Le retour du roiLe seigneur des anneaux 3 - Le retour du roi, de John Ronald Reuel Tolkien, lu par Thierry Janssen, 19h13.
    La dernière partie du Seigneur des Anneaux voit la fin de la quête de Frodo en Terre du Milieu. Le Retour du Roi raconte la stratégie désespérée de Gandalf face au Seigneur des Anneaux, jusqu'à la catastrophe finale et au dénouement de la grande Guerre où s'illustrent Aragorn et ses compagnons, Gimli le Nain, Legolas l'Elfe, les Hobbits Merry et Pippin, tandis que Gollum est appelé à jouer un rôle inattendu aux côtés de Frodo et de Sam au Mordor, le seul lieu où l'Anneau de Sauron peut être détruit.
    Cette nouvelle traduction prend en compte la dernière version du texte anglais, les indications laissées par J.R.R. Tolkien à l'intention des traducteurs et les découvertes permises par les publications posthumes proposées par Christopher Tolkien.
  • SoeursSoeurs, de Bernard Minier, lu par Hugues Martel, 12h58.
    Mai 1993. Deux sœurs, Alice, 20 ans, et Ambre, 21 ans, sont retrouvées mortes en bordure de Garonne. Vêtues de robes de communiantes, elles se font face, attachées à deux troncs d’arbres. Le jeune Martin Servaz, qui vient d’intégrer la PJ de Toulouse, participe à sa première enquête. Très vite, il s’intéresse à Erik Lang, célèbre auteur de romans policiers à l’œuvre aussi cruelle que dérangeante. Les deux sœurs n’étaient-elles pas ses fans ?
    Février 2018. Par une nuit glaciale, l’écrivain Erik Lang découvre sa femme assassinée... elle aussi vêtue en communiante. Vingt-cinq ans après le double crime, Martin Servaz est rattrapé par l’affaire. Une épouse, deux sœurs, trois communiantes... et si l’enquête de 1993 s’était trompée de coupable ?
  • La parole est un sport de combat

La parole est un sport de combat, de Bertrand Périer, lu par l'auteur et François Montagut, 4h56.
« J’ai une histoire d’amour contrariée avec la parole. C'est parce que j’ai l’impression d’avoir perdu des années à l'apprivoiser que je mets aujourd'hui un point d'honneur à transmettre l'art de bien parler aux jeunes pour qu’ils se libèrent des déterminismes sociaux. Les mots pour débattre, plutôt que pour se battre. Bien parler suppose un entraînement, des techniques pour être à l’aise en public, mais aussi pour structurer un discours, le délivrer avec aisance, convaincre en toutes circonstances. Puisez dans ce livre de bons conseils pour nourrir et libérer votre parole. Devenez orateurs ! Si j’y suis arrivé, vous pouvez le faire ! »

Partage

82 lectures

vendredi, 22 juin 2018

*Parutions Sixtrid, juin 2018.

Ces titres sont annoncés pour le 28 juin.

  • La cabane des pendus La cabane des pendus, de Gordon Ferris, interprété par Bernard Malaka.
    Compte à rebours macabre dans le Glasgow de l’après-guerre.
    Hugh Donovan a été piégé. Accusé à tort d’un crime pédophile, il est condamné à mort. Depuis sa prison, il appelle à l'aide un ami d'enfance : Douglas Brodie, ex-policier, vétéran de la campagne d'Afrique, devenu reporter. Bagarres de pub ou courses-poursuites dans les paysages sauvages d'Écosse, rien n'arrête Douglas dans sa quête de justice. Au risque de replonger dans la spirale de la violence...
    "La Cabane des pendus" est la première d’une série de quatre enquêtes menées par Douglas Brodie.
  • Falaise des fous Falaise des fous,de Patrick Grainville, interprété par Marc-Henri Boisse.
    Fresque historique vertigineuse, saga familiale et amoureuse, évocation puissante de la pulsion créatrice.
    1868-1927 : de l'invention de l'impressionnisme à la traversée de l'Atlantique par Lindbergh, un Normand établi à Étretat entreprend le récit de sa vie. Orphelin de mère, jamais reconnu par son père, il s'est installé chez son oncle, dans la splendeur des falaises, après avoir été blessé lors de la sanglante aventure coloniale en Algérie. Sous son regard, un homme peint : c'est Monet. Pour le jeune homme, qui ne connaît rien à la peinture, c'est un choc. La naissance d'un art et d'une époque se joue là, et, dès lors, il n'aura de cesse d'en suivre les métamorphoses, guidé par deux amantes, Mathilde, une bourgeoise mariée, sensuelle, puis Anna, passionnée. Elles l'initient à Monet, présent de bout en bout, mais aussi à Courbet, Boudin, Degas, Flaubert, Hugo, Maupassant... Tous passent à Étretat ou dans son voisinage.
    De la débâcle de la guerre de 1870 à la découverte de New York, de l'affaire Dreyfus au gouffre de la Grande Guerre, c'est tout un monde qui surgit, passe, et cède la place à un autre. Dans la permanence des falaises lumineuses, la folie de Monet affrontant l'infini des Nymphéas. Le tout sous la plume d'un homme qui a beaucoup vécu, beaucoup ressenti, aimé et perdu.
  • La débâcle La débâcle, d'Émile Zola, interprété par Éric Herson Macarel.
    «La débâcle» est le dix-neuvième volume des Rougon-Macquart.
    À la suite de la mort de son épouse, Jean Macquart, désespéré, personnage principal de «La Terre», reprend du service dans l’armée. Incorporé dans le 106e de ligne, il y est caporal. Ses hommes le respectent. Lors de la guerre franco-prussienne de 1870, il ne peut qu’assister impuissant à l’effondrement de l’Empire et à la déroute de ses armées. Pour Zola, l’incompétence de l’état-major, l’impréparation des troupes, l’archaïsme des matériels et le rôle néfaste joué par l’impératrice Eugénie auprès de Napoléon III ont amené cette déroute. C’est aussi l’histoire d’une amitié entre Jean Macquart et l’un de ses soldats, l’intellectuel Maurice Levasseur. Le premier défend une France où règnent l’ordre et la sagesse ; le second souhaite mettre fin aux injustices et rêve de révolution. Ces divergences idéologiques ne les empêchent pas de se respecter. Lors de la déroute, chacun sauvera la vie de l’autre. Mais une fois la guerre finie, tous deux vont se retrouver à Paris et participer à la Commune: Macquart avec les Versaillais et Levasseur avec les communards...
    Zola signe ici son seul roman historique. Il y dénonce les horreurs de la guerre, ce qui lui créera bien des inimitiés. Mais dans cette débâcle, n’assiste-t-on pas à l’avènement d’un monde nouveau, plus juste, plus humain, plus démocratique ?

Partage

109 lectures

vendredi, 15 juin 2018

*Parutions Audiolib, juillet 2018.

Ces titres sont annoncés pour le 4 juillet.

Calendar Girl 3 - Été (Juillet, Août, Septembre), d'Audrey Carlan, lu par Helena Coppejans, 10h7.
En juillet, direction Miami, où Mia est engagée pour jouer dans le clip d’un artiste de hip-hop. Malgré une expérience douloureuse quelques jours auparavant, Mia tombe sous le charme du latin lover. Ragaillardie, Mia s’envole pour le Texas où elle doit jouer le rôle de la soeur cachée de Maxwell Cunningham pour qu’il puisse toucher l’héritage de son père, un magnat du pétrole. Elle quitte cette famille d’adoption à regret pour retrouver Las Vegas, son père dans le coma, ses dettes et son ex-fiancé qui la harcèle. Pour couronner le tout, son amoureux, Wes, disparaît…

Madame Pylinska et le secret de Chopin, d'Eric-Emmanuel Schmitt, lu par l'auteur, 2h22.
« Madame Pylinska, quel est le secret de Chopin ?
-Il y a des secrets qu’il ne faut pas percer mais fréquenter : leur compagnie vous rend meilleur. »
Dans le cadre du Cycle de l’Invisible, Madame Pylinska et le secret de Chopin est un conte initiatique, plein d’intelligence et d’humour, où la musique apprend à vivre et à aimer. Dans cet enregistrement exceptionnel, la lecture douce et malicieuse d’Éric-Emmanuel Schmitt s’allie à la virtuosité du pianiste-concertiste Nicolas Stavy pour nous faire découvrir, avec humour et poésie, l’univers fascinant de Chopin.

La symphonie du hasard 2, de Douglas Kennedy, lu par Ingrid Donnadieu, 7h52.
La suite de la vie tumultueuse d’Alice Burns : entre une famille aux personnalités complexes et une société en pleine mutation. Prise d’un besoin urgent de s’évader, le premier tome se terminait sur son départ pour l’Europe. Loin des siens et des liens toxiques qui les unissaient, Alice arrivera-t-elle à devenir la femme qu’elle a toujours rêvé d’être?

La daronne, d'Hannelore Cayre, lu par Isabelle Botton, 4h43.
Comment, lorsqu’on est une femme seule, travailleuse avec une vision morale de l’existence, qu’on a trimé toute sa vie pour garder la tête hors de l’eau tout en élevant ses enfants, qu’on a servi la justice sans faillir, traduisant des milliers d’heures d’écoutes téléphoniques avec un statut de travailleur au noir, en arrive-t-on à franchir la ligne jaune ? Rien de plus simple, on détourne une montagne de cannabis d’un Go Fast et on le fait l’âme légère, en ne ressentant ni culpabilité ni effroi, mais plutôt... disons…un détachement joyeux. Et on devient la Daronne.

La reine du bal, de Mary Higgins Clark et Alafair Burke, lu par Marcha Van Boven, 7h41.
Deux mois après sa dernière affaire, Laurie Moran cherche désespérément un nouveau sujet pour son émission Suspicion. Ryan Nichols, son nouveau collègue toujours aussi agaçant, lui fait une proposition : il y a trois ans, Ginny Wakeling, membre du conseil d’administration et riche donatrice de Metropolitan Museum of Art, a été retrouvée morte dans la neige, poussée du toit du musée lors de la célèbre soirée du Met Gala. Nichols cherche en fait à faire innocenter son coach Ivan Gray, le jeune petit-ami de la victime, qui reste le principal suspect. Malgré la réticence de Laurie à défendre Ivan Gray, son équipe soutient le projet au fort potentiel d’audience. Au cours de l’enquête, il s’avérera que Gray n’avait rien à gagner à la mort de Ginny, et Laurie se penchera du côté de l’héritage familial…

Le miracle Spinoza - Une philosophie pour éclairer notre vie, de Frédéric Lenoir, lu par David Manet, 4h53.
Banni de la communauté juive à 23 ans pour hérésie, Baruch Spinoza décide de consacrer sa vie à la philosophie. Son objectif ? Découvrir un bien véritable qui lui « procurerait pour l’éternité la jouissance d’une joie suprême et incessante. » Au cours des vingt années qui lui restent à vivre, Spinoza édifie une oeuvre révolutionnaire. Comment cet homme a-t-il pu, en plein XVIIe siècle, être le précurseur des Lumières et de nos démocraties modernes ? Le pionnier d’une lecture historique et critique de la Bible ? Le fondateur de la psychologie des profondeurs ? L’initiateur de la philologie, de la sociologie, et de l’éthologie ? Et surtout, l’inventeur d’une philosophie fondée sur le désir et la joie, qui bouleverse notre conception de Dieu, de la morale et du bonheur? À bien des égards, Spinoza est non seulement très en avance sur son temps, mais aussi sur le nôtre. C’est ce que j’appelle le « miracle » Spinoza. F.L.

Jeunesse

Les Indestructibles - Les histoires des deux films, de Walt Disney, lu par Déborah Perret, 1h53.
Bob Parr, alias M. Indestructible, père de famille aux super pouvoirs, travaille dans une société d’assurances où il s’ennuie. Une mission secrète lui est confiée, qui va lui donner l’occasion de remettre son costume. Pour vaincre l’effroyable Syndrome, c’est toute la famille Indestructible qui reprend du service! Lorsqu’il s’agit de sauver le monde, son épouse Elastigirl n’est pas en reste, elle n’hésite pas à affronter un super-vilain qui a le pouvoir d’hypnotiser la population. En l’absence de sa femme, M. Indestructible, s’occupe des tâches domestiques. Pas facile de revenir au quotidien quand sommeille en vous l’âme d’un héros…

Le carnet d'Allie 1 - Le déménagement, de Meg Cabot, lu par Camille Donda, 3h46.
Parce que ses parents ont décidé de déménager, Allie Finkle, neuf ans, va devoir abandonner sa belle chambre rose, ses meilleures amies, son école, et tout ça pour quoi ? Pour une vieille maison délabrée, toute grise et grinçante. Sans parler de la nouvelle école qu'elle ne connaît pas! Comment empêcher ce désastre ? Pour se faciliter la vie, Allie invente des règles folles, qu'elle note précieusement dans son carnet.

L'Affaire Caïus, d'Henry Winterfeld, lu par Nicolas Lumbreras, 4h11.
CAÏUS EST UN ÂNE. La phrase inscrite par Rufus sur sa tablette remporte un grand succès en classe. Mais Caïus rougit de colère. Comment Rufus ose-t-il l’insulter, lui, le fils d’un richissime sénateur ? Mais le lendemain, plus personne n’a envie de rire. La même phrase est tracée en lettres rouges sur la façade du temple de Minerve. Or, dans la Rome impériale, le sacrilège est terrible...

Partage

133 lectures

- page 1 de 25