1793

L'ouvrage:
Suède, 1793. Cardell, vétéran de la guerre russo-suédoise (il y a perdu un bras) travaillant en tant que boudin (c'est-à-dire qu'il aide la police), découvre, dans le lac Fatburen de Stockholm, un cadavre atrocement mutilé. Le chef de la police confie l'affaire à Cecil Winge, un ancien magistrat. Cardell, choqué par la découverte de ce corps sans bras ni jambes, décide d'aider Cecil à mener l'enquête.

Critique:
J'ai commencé par me méfier de ce roman, ayant peur que la révolution française (et donc la politique) y joue une trop grande part. Heureusement, j'ai quand même essayé ce livre. La révolution est, bien sûr, évoquée, et ce contexte 'est pas étranger aux événements, mais tout s'imbrique très bien, et l'auteur n'en fait pas trop.

J'ai d'abord apprécié Cardell et Cecil. Leur psychologie et leurs motivations sont bien exposées par l'écrivain. À cause de ce qu'il a vécu, Cardell semble en quelque sorte «désespéré», au départ. J'ai eu peur qu'il ne soit pas de taille à supporter les retombées de l'enquête. Je suis contente d'avoir eu tort.

L'intrigue est bien menée. J'ai beaucoup apprécié de m'être trompée sur quelque chose, et que l'auteur n'ait absolument rien fait pour me fourvoyer. ;-) En effet, quand on lit des thrillers, on échafaude (parfois trop tôt) un tas de théories... Au début de la deuxième partie, j'ai immédiatement pensé savoir qui était le narrateur. Mon impression était renforcée par le fait que l'auteur ne donnait aucun indice qui allait dans le sens de ce que je pensais... Hé oui... normal, puisque ce que je pensais était erroné. ;-) D'ailleurs, Niklas Natt och Dag ne met jamais de faux indices, ne propose jamais de faux coupables. Son roman contient suspense et rebondissements sans besoin de cet artifice des fausses pistes.

Je me suis longtemps demandé quel serait le rapport entre le personnage que nous découvrons dans la troisième partie et les événements du début. Là encore, l'auteur a finement joué. Sans grandiloquence, sans ennuyer le lecteur (il était impossible de trouver le temps long en compagnie d'Anastina) il a assemblé toutes les pièces au moment adéquat. Ce qui arrive à Anastina était, apparemment, habituel à l'époque. Il est assez effrayant de voir la vitesse avec laquelle la jeune fille a été condamnée, alors qu'aucune preuve ne l'incriminait. Elle fait partie des personnages qu'il me plairait de retrouver. Cependant, je ne pense pas que Niklas Natt och Dag pourrait écrire une suite, car un événement du roman rend cela impossible... ou presque.

Je me suis demandé ce que j'aurais fait à la place de Cecil à la fin. On ne peut que comprendre ses motivations, mais je ne peux m'empêcher de désapprouver son acte. Pourtant, n'importe quelle personne normale l'approuvera. En fait, je l'approuve et le désapprouve à la fois. Je suis tordue... ;-)

J'ai hâte de lire un autre roman de cet auteur.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Martin Spinhayer pour les éditions Lizzie.

Martin Spinhayer fait partie des comédien dont j'apprécie beaucoup le jeu. Ici, il n'a pas démérité. Il a joué sans être trop sobre ni surjouer, et n'a pas fait d'horribles effets de voix pour les rôles féminins. J'espère qu'il enregistrera davantage de livres.

Acheter « 1793 » sur Amazon
Acheter « 1793 » en audio sur Amazon ou en téléchargement audio (Audible.fr)