Vivre vite Joseph La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel L'Ile du point Nemo
Tu me manques La Pyramide de glace La Vérité et autres mensonges Alors voilà

Ces titres sont annoncés pour le 18 mars.

  • Vivre vite, de Philippe Besson, lu par Sébastien Hébrant, Olivier Prémel, et Nathalie Hugo, 4h10.
    Aucun comédien de sa génération n'a réussi à incarner avec autant de naturel cette jeunesse rebelle prête à faire sauter les tabous de l'Amérique puritaine. Mais qui était vraiment James Dean, cet enfant terrible et surdoué du cinéma américain ? Que cachait-il en réalité derrière cette moue sensuelle et cette chevelure en bataille gravées dans toutes les mémoires ? On raconte souvent James Dean par le prisme de sa mort prématurée. Philippe Besson a fait le choix inverse : décrire une enfance singulière, heureuse, une adolescence tourmentée, une jeunesse fulgurante, tenter de cerner un jeune homme dans toute sa complexité, dans toute son ambiguïté, aussi.
  • Joseph, de Marie-Hélène Lafon, lu par Marie-Christine Barrault, 3h.
    Joseph est ouvrier agricole dans une ferme du Cantal. Il a bientôt soixante ans. Il connaît les fermes de son pays, et leurs histoires. Il est doux, silencieux, sait parler aux bêtes, et est très apprécié de ses patrons. Au départ de Sylvie, la femme qu’il a aimé, Joseph s’était mis à boire, comme on tombe dans un trou. Mais son travail à la ferme l’a sauvé. Joseph est le témoin et l’observateur silencieux des campagnes qui se vident, de l’ancien et du nouveau qui s’entrechoquent, des paysans résignés à l’idée qu’il faut bien survivre avec son temps.
  • La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel, de Romain Puértolas, lu par Grégori Baquet, 6h4.
    Le jour où Providence doit se rendre à Marrakech pour ramener Zahera, une petite fille gravement malade qu’elle vient juste d’adopter, un volcan se réveille en Islande et paralyse le trafic aérien européen empêchant tout avion de décoller. L’amour d’une mère est-il assez fort pour déplacer les nuages ? Un roman à la fois drôle, décalé, extrêmement touchant, avec des personnages hauts en couleurs et des situations hilarantes comme seul Puértolas peut les imaginer.
  • L'Ile du point Nemo, de Jean-Marie Blas de Roblès, lu par Thibault de Montalembert, 12h36.
    Un fabuleux diamant vient d’être dérobé à Lady MacRae. Nous voilà donc embarqués à la poursuite de l’insaisissable Enjambeur Nô. Avec Martial Canterel, richissime dandy opiomane, son vieil ami Holmes (John Shylock), mais aussi Grimod de La Reynière en majordome ou la très inventive Miss Sherrington. Par une mise en abyme jubilatoire, cette intrigue rebondissante vient s’inscrire dans les aléas d’une fabrique de cigares du Périgord noir où, comme aux Caraïbes, se perpétue la tradition de la lecture à voix haute. Bientôt reconvertie en usine de liseuses électroniques par Monsieur Wang, voyeur high-tech et directeur de B@bil Book...
  • Tu me manques, Harlan Coben, lu par Maud Rudigoz, 11h33.
    Kate n'a jamais oublié ses vingt-deux ans. D'abord, son père, policier à la NYPD se fait tuer, puis c'est Jeff, son fiancé, qui la quitte brusquement et disparaît... Quel choc, dix-huit ans plus tard, lorsqu'elle découvre la photo de Jeff sur un site de rencontres sous une nouvelle identité ! Piquée par sa curiosité de policière, mais aussi blessée dans son coeur de femme, Kate plonge alors dans l'affaire la plus terrifiante et sordide de sa carrière... Au même moment, nouveau choc : le meurtrier présumé de son père remet tout en question sur son lit de mort. Qui a tué le père de Kate ? Et qu'est-il arrivé à Jeff ?
  • La pyramide de glace, de Jean-François Parot, lu par François d'Aubigny, 12h3.
    1784, l'hiver du siècle. À Paris, le peuple élève des obélisques de neige et de glace en reconnaissance de la charité des souverains. Dans l'une d'elles, au dégel, apparaît le corps d'une femme dénudée qui ressemble étonnamment à la reine Marie-Antoinette. Nicolas Le Floch se lance dans une enquête minutieuse. Derrière ce fait divers se dissimule un complot visant à compromettre la Couronne. Jamais le commissaire Le Floch, bénéficiant de la confiance de Louis XVI, n'aura mené une recherche aussi précise et documentée qui le conduira, après bien des périls, à un dénouement inattendu.
  • La vérité et autres mensonges, de Sascha Arango, lu par Olivier Cuvellier, 8h31.
    Henry Hayden sort de nulle part, il n’a pas de travail fixe, pas d’amis ni de famille, et un passé à cacher, qu’on devine lourd. Un matin, il se réveille à côté d’une femme inconnue et, devient en quelques mois le mari idéal et un auteur de best-sellers adulé. Tout irait pour le mieux, si ce n’est que Henry n’écrit pas ses romans – c’est sa femme qui le fait pour lui – et que sa maîtresse – son éditrice – vient de lui annoncer qu’elle est enceinte. Quand il essaie de se débarrasser d’elle, c’est sa femme qu’il élimine par erreur, mettant en péril sa carrière, son existence, et son précieux dernier manuscrit.
  • Alors voilà, de Baptiste Beaulieu, lu par Emmanuel Dekoninck, 6h44.
    Baptiste Beaulieu, jeune interne, a crée le blog « Alors voilà » dans le but de réconcilier les soignants et les soignés en racontant, avec humour et sensibilité, l’incroyable réalité de l’hôpital. Se nourrissant de situations vécues par lui ou par ses collègues, chirurgiens ou aides-soignants, Baptiste Beaulieu passe l’hôpital au scanner. Il peint les chefs autoritaires, les infirmières au grand coeur, les internes gaffeurs, les consultations qui s’enchaînent... Par ses histoires drolatiques, poignantes et tragiques, il restitue tout le petit théâtre de la Comédie humaine.