Une vie entre deux océans L'analphabète qui savait compter Rendez-vous à Fontbelair - Les noces de soie 3
L'écorchée - Le chuchoteur 2 Fétiches Plaidoyer pour l'altruisme - La force de la bienveillance

Ces titres sont annoncés pour le 12 février.

  • Une vie entre deux océans, de M.L. Stedman, lu par Martin Spinhayer, 13h.
    Libéré de l’horreur des tranchées où il a combattu, Tom Sherbourne, de retour en Australie, devient gardien de phare sur l’île de Janus, une île sur les Lights, sauvage et reculée. À l’abri du tumulte du monde, il coule des jours heureux avec sa femme Isabel ; un bonheur peu à peu contrarié par l’impossibilité d’avoir un enfant. Jusqu’à ce jour d’avril où un dinghy vient s’abîmer sur le rivage, abritant à son bord le cadavre d’un homme et un bébé sain et sauf. Isabel demande à Tom d’ignorer le règlement, de ne pas signaler « l’incident » et de garder avec eux l’enfant. Une décision aux conséquences dévastatrices...
  • L'analphabète qui savait compter, de Jonas Jonasson, lu par Maia Baran, 13h.
    Née à Soweto pendant l’apartheid, Nombeko Mayeki commence à travailler à cinq ans, devient orpheline à dix et est renversée par une voiture à quinze. Tout semble la vouer à mener une existence de dur labeur et à mourir dans l’indifférence générale. Mais c’est sousestimer le destin... et le fait qu’elle est une analphabète qui sait compter – deux facteurs qui la conduisent loin de l’Afrique du Sud et la font naviguer dans les hautes sphères de la politique internationale. Durant son périple, Nombeko réussit à se mettre à dos les services secrets les plus redoutés au monde et se retrouve enfermée dans un camion de pommes de terre. C’est à ce moment-là que l’humanité est menacée...
  • Rendez-vous à Fontbelair - Les noces de soie 3, de Jean-Paul Malaval, lu par Xavier Béja, 10h.
    En quittant son Ardèche natale, Silvius Andromas, fils de petit paysan, a fait le bon choix. Et si son amour avec Roxane, fille d’un riche soyeux lyonnais, est porteur de déception, du moins a-t-il appris à voler de ses propres ailes. Silvius conquiert une position enviable dans le cercle des négociants. Il a su tirer parti du déclin de la soie naturelle. Tandis que les affaires du clan familial de Roxane périclitent, son mari connaît des succès dans la production de la soie artificielle. Si longtemps négligé, floué, trompé, humilié, Silvius est-il encore disponible pour Roxane ? La Grande Guerre de 14 approche et Silvius retourne à Fontbelair pour clore à jamais les portes sur son passé.
  • L'écorchée - Le chuchoteur 2, de Donato Carrisi, lu par Antoine Tomé, 11h35.
    On a tous ressenti un jour ou l’autre l’envie de disparaître. De fuir le plus loin possible. De tout laisser derrière soi. Mais il y en a pour qui cette sensation n’est pas que passagère. Elle les obsède, les dévore, les engloutit. Ces individus se volatilisent corps et bien. Nul ne sait pourquoi. Nul ne sait où. Et si, soudain, ces disparus réapparaissaient pour tuer ? Les ténèbres recrachent d’abord les indices d’une existence passée. Puis les êtres. Ils semblent identiques, mais le mal les a transformés. Où étaient-ils ? Pourquoi sont-ils revenus ? Pour arrêter cette armée des ombres, Mila devra échafauder une hypothèse convaincante, solide, rationnelle. Une hypothèse du mal.
  • Fétiches, de Mo Hayder, lu par François Hatt, 13h.
    Les patients de l’unité psychatrique Beechway sont très sensibles à la suggestion. Une hallucination peut se répandre tel un virus. Aussi, lorsque plusieurs malades se donnent la mort après s’être atrocement mutilés, le fantôme de « La Maude » ressurgit. Selon la légende, au XIXe siècle, à l’époque où Amberly était une maison de redressement, une surveillante naine et sadique surnommée Soeur Maude terrorisait les pensionnaires. Son spectre n’aurait depuis cessé de hanter les lieux, et aurait causé au fil des ans de nombreuses victimes. Soucieux de protéger ses patients mais aussi de mettre fin à l’hystérie collective qui gagne même son équipe, AJ, infirmier fait appel au commissaire Jack Caffery.
  • Plaidoyer pour l'altruisme - La force de la bienveillance, de Matthieu Ricard, lu par Michel Raimbault, 8h.
    Abreuvés d’images violentes, confrontés à une société en crise, on n’imagine pas la force de la bienveillance, le pouvoir de transformation positive qu’une véritable attitude altruiste peut avoir sur nos vies au plan individuel et, partant, sur la société tout entière. Moine bouddhiste depuis près de quarante ans, Matthieu Ricard, lui, expérimente les vertus de l’altruisme au quotidien. Plaidoyer pour l’altruisme est la somme d’années de recherches, de lectures, d’expériences, d’observation et de réflexion. Il démontre que l’altruisme n’est ni une utopie ni un voeu pieux, mais une nécessité, et une urgence, à l'heure de la mondialisation.