Voici venir les rêveurs

L'ouvrage:
Jende Jonga a réussi à quitter le Cameroun pour travailler en Amérique. Il espère pouvoir obtenir des papiers, travailler sérieusement, avoir une bonne situation, et être heureux avec sa femme (Neni) et leur fils (Liomi). Lorsqu'il parvient à décrocher l'emploi de chauffeur de Clark Edwards (banquier pour une entreprise de Wall Street), il pense que la chance lui sourit enfin.

Critique:
Ce livre rappelle, à travers tous ses personnages, que chacun voit les choses avec ses paramètres. Jende et Neni croient dur comme fer au rêve américain. Vince, qui y est né et que l'attitude de son père a aguerri, voit davantage ce qui sonne faux. Chacun a sa vérité, et aucune n'est fausse. Cindy m'a un peu agacée, parce que si je l'ai comprise, j'ai trouvé qu'elle ne savait que se lamenter. Certains de ses griefs sont justifiés, notamment le fait que Clark ne soit pas assez disponible pour ses enfants. D'autre part, on comprend son mal être lorsqu'elle se dévoile un peu à Neni. Certes, mais chacun a sa part de souffrance. Cindy reproche à Clark de ne pas s'occuper des enfants, mais c'est elle qui réagit le moins bien à la décision de Vince. Elle se montre généreuse avec Jende et Neni, mais elle peut également être absolument injuste consciemment.

Au début, on pourrait penser que cela va être cliché: les pauvres veulent une vie dorée, et les riches se paient le luxe d'être dépressifs. Seulement, ce n'est pas si simple. Vince, par exemple, n'est pas un jeune écervelé qui tourne en rond et se fiche de tous.

Certains évoluent d'une manière inattendue. Jende et Neni finissent par ne pas aller dans le même sens. Neni a une idée en tête et ne veut pas en démordre. Elle est tellement obnubilée par cela qu'elle envisage des solutions extrêmes, et en met même une en pratique. Je ne peux pas dire comment j'aurais réagi à sa place, mais son attitude m'a déplu. Elle ne parvient pas à voir la réalité en face. À un moment, Jende lui explique certaines choses, et elle ne veut pas les entendre. Elle tient à son raisonnement et ne veut pas en sortir. Jende fait un travail sur lui-même, rationalise, et veut saisir les bonnes choses qui peuvent l'être au lieu de courir après des chimères. Il faut avoir une grande force de caractère pour passer ce cap. En effet, si Neni m'exaspère, je comprends qu'elle ait du mal à accepter, qu'elle soit prête à sacrifier certaines choses. Seulement, elle ne sait même pas si ses sacrifices auraient des conséquences positives. À côté de cela, Fatou aimerait avoir l'opportunité qu'a son amie. Là encore, l'auteur montre que chacun réagit en fonction de son vécu et des circonstances. Pour Fatou, c'est une opportunité, une chance; pour Neni, c'est un malheur.

Clark évolue également. Il était sympathique, mais ensuite, il semble avoir tiré une leçon des épreuves vécues, et s'assouplit, revoit ses priorités.

Si l'histoire et la psychologie des personnages m'ont plu, j'ai également apprécié le décor. Imbolo Mbue décrit une ville où la vie n'est pas simple, elle parle du communautarisme, des préjugés (pas forcément méchants) que certains ont... Par exemple, Jende en a assez des personnes qui mélangent tous les pays d'Afrique, et pour qui le Cameroun, c'est comme le Sénégal. J'aime bien la manière dont il réplique, sur les conseils de son cousin Winston.

Service presse des éditions Audiolib.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Julien Chatelet.
Je pense qu'il n'est pas facile de lire ce roman à voix haute en le jouant, mais sans le surjouer. Lorsque Jende et Neni s'emportent, par exemple, entre ce qu'ils disent et la manière dont ils le disent, il n'est pas simple d'être à la fois vivant et naturel. Julien Chatelet s'en sort très bien, à mon avis. De plus, il ne fait pas d'horribles voix (qui seraient peu crédibles) pour les rôles féminins. C'est un comédien que je retrouve avec plaisir sur les livres audio.

Acheter « Voici venir les rêveurs » en audio sur Amazon
Acheter « Voici venir les rêveurs » sur Amazon