Comme vous le savez (ou pas), le choix des livres audio est très restreint. Je peux m'approvisionner à la bibliothèque municipale de ma ville qui reçoit tout ce qui sort dans le commerce, et je suis abonnée à quatre bibliothèques pour lesquelles enregistrent des lecteurs bénévoles. Cependant, entre les auteurs qui ne me plaisent pas, les lecteurs dont je n'aime pas le jeu, le format DAISY qui m'embête de plus en plus (ceci est une très longue histoire), et les auteurs que j'aimerais lire et qui ne sont pas édités en audio, j'ai décidé de chercher ailleurs.

Pour cela, et pour ne pas perdre mon anglais, je me suis remise à lire dans la langue de Shakespeare. Il y a énormément de choix, et bien sûr, je ne lis que du «unabridged», soit «texte intégral». Quand je fais des critiques de ces livres, j'indique, bien sûr, le titre français.
Le dommage colatéral (si j'ose dire), c'est que je tombe sur des livres, voire des auteurs qui ne sont pas édités en France. Ma question est la suivante: pensez-vous que cela vaut la peine d'en faire des critiques? D'un côté, je pense que si d'autres personnes qui lisent en anglais lisent mes critiques, cela ne les gênera pas. Mais les autres risquent d'être frustrés. J'ai quand même fait la critique du dernier Jodi Picoult («Handle with care», qui paraîtra le 11 février), parce que je pense que les fans de cette romancière se mettront peut-être à l'anglais, et que le roman finira bien par sortir en France. Mais je ne sais pas s'il en ira de même pour les autres.