No one knows

L'ouvrage:
Voilà cinq ans que Josh Hamilton a disparu alors qu'il était à une fête avec sa femme, Aubrey. Il vient d'être officiellement déclaré mort.
Aubrey ne parvient pas à l'oublier. Son corps n'ayant pas été retrouvé, elle se prend à croire qu'il est vivant, d'autant que parfois, elle a l'impression de le voir. C'est d'ailleurs ce qui arrive, ce jour-là. La jeune femme s'aperçoit vite de son erreur. Quelques heures plus tard, elle retrouve l'inconnu qu'elle a pris pour Josh. Il l'invite à prendre un verre...

Critique:
Ce roman m'a d'abord plu. Le scénario de départ et la suite paraissaient un peu convenus, mais j'aimais bien l'héroïne. En outre, l'auteur a rendu son récit vivant grâce à des répliques, des personnages (comme Megan ou Tyler), et même des retours en arrière. D'habitude, je n'aime pas les retours en arrière. Ici, on pourrait les penser inutiles parce qu'ils racontent des choses qu'on sait déjà. Cependant, ils aident à mieux connaître les personnages, à les voir agir dans diverses situations...
Par ailleurs, si l'histoire d'amour peut sembler un peu rapide, l'auteur parvient à faire en sorte que ça passe.

Au bout d'un moment, mon engouement s'est teinté d'agacement. l'auteur traîne beaucoup quant à certaines révélations, et elle le fait avec de gros sabots. Par exemple, on change de sujet au lieu d'aborder ce qui importe, il y a une distraction, etc. Ensuite, plus j'ai avancé, plus l'agacement a pris le dessus. Puis, la fin a tout gâché pour moi. L'auteur a voulu trop en faire et a surenchéri dans le spectaculaire, quitte à créer des incohérences. J'ai commencé par en pardonner une: celle du sang dans la maison la nuit de la disparition de Josh. En effet, lorsqu'on apprend comment c'est arrivé, on se rend compte qu'il y a trop peu de sang pour qu'on puisse croire que la personne qui l'a versé est morte. J'ai aussi pardonné le fait que la police n'ait pas creusé toutes les pistes... mais ensuite... Je veux bien qu'un personnage puisse jouer la comédie, mais alors, l'auteur aurait dû le rendre plus neutre aux yeux du lecteur au long du roman.

Afficher Attention! Je dévoile des éléments clés!Masquer Attention! Je dévoile des éléments clés!

L'auteur a voulu créer un énorme retournement de situation en montrant qu'Aubrey avait trempé jusqu'au cou dans l'histoire. Cependant, elle aurait dû trouver un moyen pour ne pas que le lecteur soit dans les pensées de la jeune femme pendant le roman, car il y a fatalement des incohérences lorsqu'on découvre la vérité. Par exemple, il n'est pas logique qu'Aubrey n'évoque pas du tout le plan lorsque le narrateur omniscient est dans sa tête. Bien sûr, l'auteur tente de nous montrer ses zones d'ombre, mais ça ne cadre quand même pas avec ce qu'on apprend quand elle fait arrêter Josh. Cela nous montre une Aubrey trop différente. Il aurait fallu qu'elle soit plus nuancée au long du roman. En outre, je n'ai pas compris pourquoi elle est internée pendant deux ans. De deux choses l'une:soit elle est folle, et dans ce cas, il faut l'interner à vie; soit elle est froide et manipulatrice, et dans ce cas, elle mérite le même type de peine que Josh.
La toute fin est encore plus convenue que le reste. Chase a l'air d'un gros benêt, et on se croirait dans un mauvais film ou livre d'horreur où tous les coups sont déjà prévus par le spectateur intelligent.

À cause de la fin, les autres défauts, que je pardonnais au long de ma lecture, m'ont sauté aux yeux après que j'ai refermé le livre. Par exemple, Daisy peut paraître caricaturale. Elle déteste Aubrey et sa mère sans qu'on sache trop pourquoi. D'abord par snobisme, comme le dit Josh, ensuite parce qu'elle est extrêmement possessive envers son fils..
Certaines révélations (celle concernant Daisy, par exemple) sont à peu près passées, mais ajoutées au gâchis de la fin, elles passent moins.

Quant aux autres personnages, je ne sais pas trop quoi en penser... Au final, aucun ne me plaît. L'auteur a trop voulu brouiller les cartes et a fini par les rendre inconsistants (sauf Tyler), à trop vouloir impressionner le lecteur.

Certains critiques comparent ce livre à «La fille du train». À mon avis, il ne faut pas les écouter. Le roman de Paula Hawkins est cohérent, l'auteur fait des révélations en faisant en sorte de les préparer, en montrant des personnages qui se tiennent. Dans «No one knows», c'est le contraire. Au départ, les choses semblent cohérentes, les personnages ne semblent pas aussi fouillés que ceux de Paula Hawkins, mais on les comprend... et la fin détruit tout.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Teri Schnaubelt et Nick Podehl pour les éditions Brilliance audio.
J'ai beaucoup apprécié les lecteurs. Ils mettent le ton approprié, ne cabotinent pas... Je les réentendrai avec plaisir. Espérons que ce sera dans un livre qui me plaira.