Lolita L'ouvrage:
En 1923, à treize ans, Humbert Humbert connut le grand amour en la personne d'Annabel Leigh. Les deux enfants étaient faits l'un pour l'autre, ils s'adoraient. Mais quatre mois après l'été magique de leur rencontre, Annabel mourut du typhus.
Humbert resta choqué et perturbé de la mort de son amour avec qui il n'avait presque rien vécu. Son traumatisme se traduisit par le fait qu'il chercha inlassablement Annabel dans toutes les petites filles entre 9 et 14 ans qu'il rencontra. Il appela ces enfants les nymphettes. Selon sa définition, la nymphette n'est pas n'importe quelle enfant entre 9 et 14 ans, mais un certain type de fillette.

Pendant vingt-quatre ans, Humbert essaya de refouler son obsession. Il tenta même de se marier. Cela se conclut par un cuisant échec. Puis un jour, il rencontra Dolores Haze, la fille de sa logeuse, Charlotte. Elle était la réincarnation de son amour perdu. Dans sa tête, il l'appela sa Lolita. Il rêvait de l'aimer, de faire revivre Annabel grâce à elle, et de vivre enfin cet amour qu'il n'avait pas pu connaître vingt-quatre ans plus tôt.

Humbert finira par devenir le tuteur plus ou moins légal de Lo, car Charlotte fut renversée par une voiture quelques semaines après leur mariage.

Humbert va pouvoir assouvir sa passion. Pourtant, il hésite: il voudrait caresser voire posséder Lo, mais ne veut pas salir son innocence enfantine. Elle mettra fin à ses hésitations en lui proposant un nouveau jeu qu'elle a appris en colonie de vacances...

Critique:
Ce livre est magnifique. Il est trouble, troublant, fascinant, poignant, et il pose des questions compliquées en mettant en scène des personnages complexes. Mais il est aussi malsain, plein de personnages détestables. C'est un livre ambivalent, qui ne peut que susciter de forts sentiments.

Les deux personnages principaux sont très complexes. Lo est à la fois naïve, fragile, superficielle, peste, insupportable, crédule... Elle se conduit en fille entretenue, elle traite Humbert comme la dernière des bêtes galeuses, et en même temps, crie sa détresse.
Humbert est une bête avide de luxure, avide de posséder la nymphette, jamais rassasié. Mais c'est aussi un homme emporté par une passion dévorante qui s'exacerbe de n'être pas partagée. Un homme qui aime follement, et qui dépeint son amour de la manière la plus poétique, la plus poignante, la plus bouleversante qui soit. Les motivations psychologiques de chacun sont très importantes, surtout celles d'Humbert. Humbert n'est pas un simple pédophile abjecte. Ce serait si facile si on pouvait le détester pour ce qu'il fait. Ce serait si aisé de dire que Lo n'est qu'une pauvre enfant privée de la liberté d'être. Beaucoup de gens préfèrent simplifier "Lolita" (comme l'a d'ailleurs fait Stanley Kubrick), vilipender Humbert et plaindre Lo. D'autres sont dérangés par le roman, parce qu'ils se rendent compte qu'il n'est pas tout blanc ou tout noir. Certains critiques n'hésitent pas à surinterpréter certaines choses, me semble-t-il, afin de montrer Humbert comme un véritable monstre, dépourvu de coeur et de sentiments. Il est vrai que certaines paroles d'Humbert sont terribles. Il les cache parmi d'autres pour qu'elles passent inaperçues, mais elles sont tout de même ignobles. D'un autre côté, ces critiques qui se servent de ces paroles pour descendre Humbert ne veulent pas voir d'autres mots qui témoignent de sa souffrance, de son amour. Ce livre montre donc deux personnages très complexes, et très intéressants à étudier.

Ce roman a été adapté deux fois au cinéma. La première fois, en 1962, par Stanley Kubrick. Personnellement, je n'ai pas aimé ce film. Je trouve qu'il simplifie l'histoire, lui ôte son côté dérangeant et ambigu. En outre, il ne retranscrit pas le style poétique du livre. Le film d'Adrian Lyne garde le côté ambigu du livre, et arrive à en retranscrire certains passages poétiques en les faisant dire à Jeremy Irons (qui joue le rôle d'Humbert) en voix off.

En 2002-2003, j'ai fait une maîtrise sur la comparaison entre le roman et le scénario du film d'Adrian Lyne.

Éditeur français: Gallimard.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Brigitte Bourge en français, et par Jeremy Irons en anglais.

Acheter « Lolita » sur Amazon