Letters to Zell

À ma connaissance, cet ouvrage n'a pas été traduit.

L'ouvrage:
Grimland.
Rapunzell, dite Zell (Raiponce) et son mari sont partis vivre dans le royaume d'Oz. Cecilia (Cendrillon), Bianca (Blanche-Neige), et Rory (la belle au Bois dormant) lui écrivent et lui racontent comment se passe la vie sans elle.

Critique:
J'ai aimé la perspective adoptée par l'auteur. Après avoir lu «Les chroniques lunaires», je n'imaginais pas qu'on puisse aborder les contes sous un autre angle. Camille Griep est très forte. Elle projette ses héroïnes dans la réalité, mettant en avant les incohérences ou les étrangetés des contes. Par exemple, il est logique que les héroïnes n'aient pas toutes les mêmes aspirations. Elles sont d'ailleurs assez exaspérées de la manière dont les voient les humains. Parfois, cela leur pèse, et parfois, c'est traité de manière plus légère. Par exemple, lorsque nos princesses se rendent à Disneyland, la réaction de Rory à la vue de son château et de la manière dont elle est représentée m'a beaucoup fait rire. Certaines répliques sont amusantes, par exemple, à un moment, Cecilia et Bianca se disputent, et Cecilia assène: «Étouffe-toi avec une pomme!»

Outre l'univers des contes adapté et détourné, la romancière nous parle d'amitié, de rêves qu'on n'ose pas vivre, etc. Les trois jeunes filles ont du mal à se mettre à la place de leurs amies. C'est sûrement Rory que j'ai le moins appréciée. Je comprends qu'elle soit frustrée, car elle fait son possible pour maintenir ce qui ne peut l'être, elle ne peut retrouver ce qu'elle a perdu, et elle voit que ses amies ont la possibilité d'avoir ce qu'elle souhaite de toutes ses forces. Je l'ai comprise, mais je n'ai pas accepté son absence d'empathie (du moins sur une grande partie du roman) et sa mièvrerie. D'un autre côté, Cecilia et Bianca tentaient d'imaginer ce qu'elle endurait, et voulaient lui rendre la vie plus facile.

Étant très proches de Rory, Cecilia et Bianca ne parviennent pas à comprendre ce qu'a fait Henry (le mari de Rory). Bien sûr, on aura tendance à blâmer Henry, mais Rory et lui se sont retrouvés coincés de tous les côtés alors qu'ils n'étaient pas faits pour s'entendre. Que pouvaient-ils faire?

J'ai aimé la destinée et le caractère que Camille Griep imagine pour les princesses. C'est un peu étrange quand on connaît les contes, mais c'est très sympathique. Il faut d'ailleurs bien connaître certains contes, et ne pas se tromper de version. Comme cela se passe à Grimmland, on comprend que la romancière s'est basée sur les contes de Grimm. De ce fait, il faut se souvenir de ce qui arrivent aux demi-soeurs de Cendrillon à la fin de cette version. Ainsi, quand l'auteur le rappelle à travers son adaptation, on voit de quoi elle parle.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Amy McFadden pour les éditions Brilliance audio.
C'est le premier livre enregistré par cette lectrice que j'écoute. Elle a une voix agréable, dynamique, et met le ton approprié. Ici, elle a un peu forcé le trait (pour la mièvrerie de Rory ou le fait que Bianca soit un peu comme une tornade), sûrement pour bien montrer la personnalité des princesses. Cela m'a un peu agacée, mais la comédienne ayant enregistré les trois rôles, on lui a peut-être demandé d'accentuer les différences entre les héroïnes.