Les quatre vérités L'ouvrage:
Adrian et Eleanor Ludlow habitent dans une ferme, à la campagne, en Angleterre. Ils mènent une vie retirée, voire austère.

Un jour, en lisant le journal, Eleanor tombe sur une interview de Sam Sharps, un scénariste, ami commun du couple. Il est interviewé par Fanny Tarrent, une journaliste réputée pour ses papiers cinglants. En général, les gens sur qui elle écrit des articles sont descendus en flamme. Le papier sur Sam ne fait pas exception.
Eleanor se met franchement en colère. La réaction d'Adrian est plus mesurée.

Peu après cette découverte, ils reçoivent la visite de Sam. Il a une idée derrière la tête: se venger de Fanny Tarrent. Pour cela, il a besoin d'Adrian. Eleanor ne voit pas leur plan d'un très bon oeil...

Critique:
Le livre est très court, donc très dense. C'est un huis clos, tout se passe chez Adrian et Eleanor, à l'exception d'une scène qui se passe dans une voiture. Le nombre des personnages est réduit, il y en a cinq.

Au fil du livre, on apprend les blessures qui se cachent dans les coeurs des trois personnages principaux. Leurs motivations nous apparaissent. La peur d'Adrian, que finit par révéler Eleanor, est bien compréhensible, si l'on y réfléchit. Tout romancier a dû éprouver cette peur. Bien sûr, chez Adrian, cela devenait une psychose, cela devenait maladif.
On apprend aussi la nature exacte des liens qui unissait les trois amis: Adrian, Sam, et Eleanor. On voit des couples qui se déchirent, et quand ils ne se déchirent pas, qui vivotent les uns avec les autres. On se demande s'ils se sont vraiment aimés un jour. Les événements font ressurgir un passé douloureux que l'auteur exploite très bien.

Jusque-là, le livre est une vraie réussite. Seulement, il y a la fin. D'abord, on attend beaucoup de cette fin. Lorsque Eleanor, Sam et Adrian attendent le journal, nous pouvons ressentir et partager leur anxiété. Ce moment est parfaitement décrit par David Lodge.
Et puis, la fin arrive... On dirait que David Lodge était pris dans les filets de son histoire et de ses personnages, et qu'il n'a pas su comment s'en tirer. Pour moi, la fin est ratée, car trop invraisemblable. En fait, ce sont les actes de Fanny Tarrent qui sont invraisemblables. Effectivement, une telle nouvelle fait que nous relativisons nos problèmes, c'est d'ailleurs ce que font Sam, Eleanor et Adrian, à mon avis. Mais la réaction de Fanny est disproportionnée et inadaptée à son caractère. D'ailleurs, Sam exprime très bien ce que je pense. Fanny dit se rendre compte de quelque chose. Mais il est étrange qu'il ait fallu cela pour qu'elle s'en rende compte, alors que c'était évident.

J'ai donc été très déçue par la fin de ce livre, dont les trois quarts sont prometteurs.

Éditeur: Rivages. Acheter « Les quatre vérités » sur Amazon