Les fabuleuses aventures d'un indien malchanceux qui devint milliardaire

Note: je n'ai pas trouvé l'orthographe de tous les noms propres que j'ai cités, et bien sûr, ils n'ont pas été épelés pendant l'enregistrement...

L'ouvrage:
Ram Mohamad Thomas a gagné un milliard à un jeu télévisé. Seulement, on refuse de lui donner son dû. D'abord, cela ruinerait la production qui n'avait pas prévu de gagnants. Ensuite, on pense que le jeune garçon a triché. On n'arrive pas à imaginer qu'un simple serveur, à l'enfance pauvre et mouvementée, ait réellement eu la culture nécessaire pour répondre aux questions du jeu. Un garçon qui na reçu aucune instruction, sauf celle de la vie...

Alors, on le torture. On compte bien le faire avouer.
Mais soudain, comme dans un rêve, une jeune avocate surgit, et fait cesser les tortures. Elle emmène le jeune garçon chez elle, et lui demande de lui raconter comment il a pu gagner. Après avoir lancé sa pièce porte-bonheur, il se décide à raconter. C'est sa jeune vie qu'il nous livre.

Critique:
Ce livre m'a beaucoup plu. D'abord parce qu'il est une note d'espoir. Un jeune garçon pauvre, méritant, courageux, qui a connu plus d'épreuves que de joie, parvient à gagner une grosse somme grâce à la chance! Car la plupart des réponses, c'est à l'école de la vie qu'il les a apprises. Par exemple, il sait que Pluton est la plus petite planète du système solaire grâce à l'un de ses voisins. Ces coïncidences peuvent paraître grosses, mais l'auteur a finement tissé son histoire, et rien n'est incongru.

C'est un livre riche en événements, en leçons de courage, en personnages intéressants, en rebondissements... On découvre un jeune garçon que les épreuves ont aguerri, rendu fort et malin au lieu de le briser, un garçon qui, malgré les coups durs, sait profiter des étincelles de bonheur, et ne laisse pas place à l'aigreur, qui sait tirer des leçons de ce qu'il a vécu, qui sait être généreux avec ceux qui le méritent, un garçon épris de justice. Oui, car savez-vous quelle est la véritable raison pour laquelle Ram a participé à ce jeu télévisé? Pour l'argent?...
L'auteur sait évoquer les coups du sort du personnage sans en faire quelque chose de mièvre ou de mélodramatique.
Il sait nous faire entrer dans la vie de son personnage principal, et on ne pourra pas poser le livre tant qu'on ne l'aura pas fini. (Je sais de quoi je parle: j'ai passé une semi-nuit blanche pour le terminer.) On est très souvent ému, notamment lorsque Ram et son ami doivent fuir, lorsque Ram décide de sauver Gaudilla coûte que coûte, lorsqu'un jeune enfant que l'on croit attardé (mais qui, en fait, a trop souffert), meurt dans l'indifférence générale, lorsqu'on constate la détresse d'une grande actrice déchue qui ne l'accepte pas et qui fait les mauvais choix, et bien sûr quand Karim trouve le moyen d'éliminer deux problèmes à la fois!

Je n'adresserai que trois petits reproches à ce livre. Le premier est un semi-reproche. Étant donné que Rahm doit raconter sa vie en fonction des questions du jeu, les événements ne sont pas racontés de manière chronologique. Cela perturbe et embrouille un peu. Mais si la chronologie avait été respectée, cela n'aurait pas été crédible.
Ensuite, je me suis un peu ennuyée pendant l'histoire du soldat. La fin de ce chapitre rattrape un peu l'ennui, car là encore, on découvre qu'il ne faut pas se fier aux apparences.
Enfin, à la fin, Ram nous explique comment toute l'histoire s'est terminée pour tous les personnages. Mais il ne nous dit pas s'il a revu le professeur d'anglais. Le connaissant, on aurait pu penser qu'il aurait voulu le retrouver pour le remercier, et lui expliquer... Est-ce un oubli de l'auteur?

Malgré mon pinaillage, je vous recommande vivement ce livre avec lequel on passe un très bon moment.

Éditeur: 10*18.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Vincent Lavieuville pour la Bibliothèque Braille Romande.
C'est le deuxième roman que je lis enregistré par ce lecteur. Là encore, il montre un grand talent, interprétant sans surjouer. Par exemple, à un moment, Ram discute avec un homme saoul. Vincent Lavieuville réussit à merveille à imiter un homme saoul sans surjouer. C'est comme ça pour tous les personnages qu'il interprète. Bravo à lui!
Je trouve extrêmement regrettable que le lexique ait été enregistré en fin d'ouvrage. Il aurait été plus commode et logique que les définitions fussent enregistrées au fur et à mesure que les mots se présentaient dans le roman.

Acheter « Les fabuleuses aventures.... » sur Amazon